Aïki Mag n°14 jun à nov 2007
Aïki Mag n°14 jun à nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de jun à nov 2007

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Michel Erb, à la rencontre de l'apprenant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
TRIBUNE Chaque technique est alors porteuse d’une capacité à développer permettant l’émergence d’une personnalité. Il est alors un moment où l’enseignant n’a plus de mots pour transmettre la discipline, et c’est la simple connexion par le contact qui va permettre à l’élève de se mettre en résonance avec ce dernier, et réciproquement. La transmission n’est plus alors de l’ordre de la technique mais des affects, le rite de passage se poursuit d’une manière intimiste et directive ; l’examen dan constituant, à titre d’exemple, un rituel bien connu. Souplesse et perméabilité La liberté d’exprimer sa créativité est un facteur de progression personnelle. ▼…La relation maître-élève tendant à disparaître,notre système actuel produit des enseignants « orphelins ».Il en découle une autonomie - source de solitude - donnant alors la responsabilité à chacun de sa propre formation… ▲ sont donc des caractéristiques fondamentales pour aller au-delà des apparences. Se décentrer de soi-même pour être à l’écoute de l’autre, de notre entourage, développe le coté sensitif et intuitif. Esprit de communion L’enseignant tend à fédérer autour de lui de plus en plus de pratiquants. Il est porté dans son enseignement par ses élèves et leurs questionnements. Sa présence doit permettre la mise en place d’un esprit de communion s’exprimant par la répétition, le partage des émotions, le plaisir à pratiquer et à transpirer ensemble afin que les individualités se relient pour former un groupe qui partagera alors des valeurs communes. Lorsque la technique devient ennuyeuse à réaliser, lorsque les principes ont été explorés le plus loin possible, il est alors temps d’exprimer son propre cheminement, d’aller chercher les ressources à développer en soi. La relation maître-élève tendant à disparaître, notre système actuel produit des enseignants « orphelins ». Il en découle une autonomie —source de solitude— donnant alors la responsabilité à chacun de sa propre formation dans un parcours chaotique conduisant vers une plus grande maturité ; le risque étant une dilution des compétences techniques et didactiques. Nous avons les outils pour libérer ou contraindre les pratiquants. C’est donc bien un choix individuel et une prise de conscience qui doivent clarifier nos intentions et nul ne pourra interférer en la matière. Quelle difficulté que de choisir son maître ! Et c’est souvent avec crédulité et confiance que l’élève aborde la relation avec l’enseignant. Mais qui 22 est-il ? Le grade est il synonyme d’honnêteté, de confiance et d’évolution personnelle ? L’enseignant est-il laxiste ou « castrateur » ? Sans être volage (!), le pratiquant peut aller à la rencontre d’autres enseignants à l’occasion de stages. Il est alors temps de porter un regard qui sorte du plaisir à pratiquer, du training qui apporte une sensation de fatigue et de plénitude, et de la démonstration et de ses qualités esthétiques. Quelles qualités humaines peut-on observer dans la prestation ? En dehors du discours et des gesticulations, quel message l’individu transmet-il ? Ce questionnement apporte des clés au pratiquant afin d’évaluer si l’enseignement qu’il reçoit lui est favorable ou pas. Il en est du domaine de l’Aïkido comme de celui des médicaments : surdosages et excès thérapeutiques sont mauvais pour la santé… Transformation du moi Si tout se passe bien dans le parcours du pratiquant, ce dernier aura développé une sagesse, une compréhension des principes transférables à notre quotidien, une transformation du moi. L’Aïkido n’existe qu’au travers de son enseignement. La théâtralité mise en jeu place l’enseignant au centre des relations entre les élèves et leurs plaisirs d’apprendre et de pratiquer et l’exigence d’une rigueur technique indispensable à une progression. La rigidité de cet apprentissage doit laisser la place à l’expression, la créativité et l’inventivité, source de l’émergence d’une identité. La liberté de pratiquer et d’enseigner s’inscrit dans un cadre évitant tout dérapage. ● Alain Tisman aikidovar.com
AII8UI ? EAUL.AVOMATIQUE JAPONAIS "l" ESTL.À ? / ? EVEIL. I ? EL.IGIEUX k':AMI• 0/EU, GéNIE AU JAPON 0 SE:NSE:I S fiLS AU OESUT OE CHAQUE COU$ OE OSENSEI, IL. ETAIT OE COUTUME OE FAPPE OANSL..ES MAINS POU VEIL..L..EL..ES k:'AMIS•... 23 HUMOUR Par Guillaume Guérillot (<.. PAS QUE !.ES ICAMIS O'Aiu..EUflS...'- L/8AI@HOTMAIL..F



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :