Aïki Mag n°14 jun à nov 2007
Aïki Mag n°14 jun à nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de jun à nov 2007

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Michel Erb, à la rencontre de l'apprenant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
KINOMICHI roulant dans une forme spiralée autour de la fibre nue par couches successives (une dizaine environ) ; ne reste-t-on pas émerveillé devant la superbe spirale cochléaire dans l’oreille interne sur laquelle sont les cils qui vont vibrer selon les Les techniques ne peuvent se réaliser parfaitement sans déplacement et sans recherche du mouvement en spirale.fréquences sonores qui leur parviennent ? Certains muscles eux-mêmes s’enroulent comme une spirale autour d’un membre ; ainsi le couturier autour de la cuisse. Il a été suffisamment évoqué l’hypothèse formulée par Madame Struyf-Denys à propos de l’existence d’une fonction spiroïde de certaines chaînes musculaires. L’Homme mystique et la spirale Les premières spirales des temps paléolithiques gravées sur les rochers témoignent de l’incessante préoccupation des hommes au sujet de la spirale et de leur propre évolution. Ainsi en est-il dans le tumulus celtique de Gawr’Inis dans le Morbihan, où nous pouvons découvrir sur les mégalithes des arcs de cercle concentriques et des spirales parfaites ; les mêmes signes se retrouvent en Irlande dans le tumulus de New-Grange, en Suède dans la grotte de Kivik. Les vases étrusques, en Italie, sont décorés de guirlandes spiralées ; en Grèce, à Carpathos, Cyprus, Mycène, Calymna, sur des fragments de poterie se devinent ces mouvements spiralants. En Inde et jusqu’au Tibet, sur les costumes et les objets usuels, les spirales toujours présentes ; les tatouages des noirs en Afrique sont nombreux à représenter la spirale. La tradition maori raconte comment l’âme, après la mort, rencontre un horrible esprit femelle qui, en dévorant ses spirales tatouées, lui dit : « passe de Maura, terre des vivants, à Bouro, la terre des morts » en lui touchant les yeux. Si elle ne trouve pas de tatouages spiralés, elle mange les globes oculaires, et l’âme aveugle ne peut plus trouver l’immortalité. Comment ne pas évoquer également cette production artistico-religieuse, la danse soufi que 18 ▼…C’est à retrouver cette unité perdue,cette expansion unificatrice que s’emploie le Kinomichi.Chaque exercice,chaque mouvement,chaque déplacement se réalise en une infinité de spirales … ▲ réalisent les Mevlevi ; danse qui symbolisent en même temps que la liaison terre-ciel, la spirale qui assure la permanence de l’être à travers le changement. car « la tendance de l’homme a été d’oublier, dans son enthousiasme pour le savoir objectif, qu’en fin de compte le sujet et l’objet sont un, et simplement les extrémités opposées d’un même axe. » (Jill Purce). Le Kinomichi, la recherche de maître Noro, s’inscrivent dans cette longue tradition qui a su rester à l’abri de la mécanisation effrénée, de la séparation radicale de l’être humain du reste du monde. C’est à retrouver cette unité perdue, cette expansion unificatrice que s’emploie le Kinomichi. Chaque exercice, chaque mouvement, chaque déplacement se réalise en une infinité de spirales qui, toutes, convergent vers la grande spirale de notre devenir. Cela n’est pas du superflu. Le message est clair et le Kinomichi n’est pas magique. Seuls le travail, la recherche, dans cette direction, peuvent nous permettre de réaliser, physiquement, ce que la tradition indique depuis des millénaires. ● Raymond Murcia À lire : Le Kinomichi Du mouvement à la création, rencontre avec Masamichi Noro.
LE GESTE CRÉATEUR D’HARMONIE MIYAMOTO MUSASHI ET L’AÏKIDO par PhilippChekler A Artiste hors normes, PhilippChekler est peintre, photographe, graphiste et aïkidoka enthousiaste. Il aime rappeller qu’au Japon, il existe une principe célèbre, Bun bu ryo do, que l’on peut traduire par « Les voies martiales et de la culture doivent être unies ». PhilippChekler a sans aucun doute réussi cet ambitieux pari… Artiste peintre, ses peintures inspirées par l’Aïkido et l'œuvre de Miyamoto Musashi réussissent le défi de faire se rencontrer deux mondes trop souvent éloignés. Mouvements en matière, telles sont les créations de PhilippChekler, un langage intérieur dans un rythme inconnu et écrit avec beaucoup de subtilité. Souvent la présence d’un autre invité —ficelle, sable, etc.— est en adéquation avec sa recherche. Toute sa démarche tend vers les mouvements contrôlés ou non de notre corps, qui vivent, l’esprit calme... La passion de PhilippChekler pour le katana est patente et très sensible dans son œuvre. Né à Paris, autodidacte, étudie Kandinsky et ses principes sur la peinture. Il utilise principalement la peinture à l’huile et travaille la matière au couteau ainsi que l’encre de chine pour les toiles sur papier d’Arche en grands formats. PhilippChekler s’inspire notamment de l’Aïkido, qu’il pratique depuis 1981, et de l’œuvre de Miyamoto Musashi, Le traité des 5 roues, dont il entame une fresque de 43 thèmes : les 10 premiers ont été exposés à la Maison Culture du Japon du Quai Branly à Paris, à la galerie Art Montparnasse également à la Galerie Tsubaki, entre autres. Art et transmission Créateur de transferts sur support Polaroïd PhilippChekler a été responsable du laboratoire photographique parisien Dephti pendant 25 ans, il crée au sein de ce laboratoire des transferts Polaroïd —des pièces uniques—, pour des expositions de photographes professionnels, sur papier d’Arches aquarelle gros grammage, papier japonais, pakistanais, et avec différentes textures. qui seront exposés à la Toast Gallery 19 ART et AÏKIDO Quelques œuvres originales de PhilippChekler inspirées de la gestuelle ainsi que des techniques de la voie de l’harmonie. de Bruxelles et de Paris, ainsi qu’à la Galerie Montparnasse, etc. PhilippChekler 3e dan d'Aïkido, élève de Louis Clériot 7 e dan, depuis 1981, puis de Christian Tissier shihan, enseigne à l'Aïkido CLub Parisien, ainsi qu'aux enfants et adolescents avec Jacqueline Lidy, 5e dan, et à l'Aïkido Champigny. Peintre reconnu, professeur et pratiquant passionné d’Aïkido. Il est un des très rares artistes à avoir su marier avec talent ses deux passions. Ses toiles traduisent en matière et en couleurs tout un monde de gestes et d’énergie. Elles ne manqueront pas d’enthousiasmer les amateurs d’art tout comme les pratiquants de voies martiales. ● Albert Wrac’h À voir sur : http://www.roidexperience3.com/



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :