Aïki Mag n°13 déc 06 à mai 2007
Aïki Mag n°13 déc 06 à mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de déc 06 à mai 2007

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Aïkibudo, Yudansha l'étape essentielle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
AÏKIBUDO YUDANSHA siques, techniques et mentales afin de présenter la plus belle prestation qu’ils puissent donner. Autrement dit, on attend du candidat qu’il se surpasse et qu’il aille au delà de ce qu’il pouvait luimême imaginer. Il apparaît donc nécessaire que le passage du 1er dan soit précédé d’une période intense de préparation à la fois technique et physique. Au bout du compte, il y a bien un « avant » et « après », de telle sorte que le nouveau promu a réellement le sentiment d’avoir donné tout ce qu’il pouvait et franchi une étape. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir de jeunes yudanshas qui, dans les semaines qui suivent leur passage de grade, « décollent » littéralement dans leur pratique et progressent à grands pas. Une première porte Le premier dan n’est donc qu’une première porte, mais sur laquelle se construit toute la progression Te hodoki : apprendre à mobiliser sa force pour se dégager d'une saisie. future du pratiquant. Si les bases ne sont pas justes, tout le reste se construit sur des fondements erronés. Par conséquent, le candidat doit-il maîtriser un contenu pléthorique de techniques, de kata et être essentiellement évalué sur l’étendue de ses connaissances ? Le contenu de l’Aïkibudo est extrêmement vaste, et il serait vain d’exiger un savoir encyclopédique après quelques années de pratiques. Ce sont donc les principes fondamentaux qu’un 1er dan doit avoir acquis, principes qui lui permettront d’accéder à ce contenu extrêmement riche dans les meilleures conditions. Par ailleurs, peut-on définir, a priori et dans l’absolu, un niveau technique donné requis ? Le panel des pratiquants d’Aïkibudo est très divers : certains commencent très jeunes et d’autres commencent plus tard ; certains sont des athlètes et d’autres ont des aptitudes physiques plus modestes ; certains pratiquants ont des handicaps physiques. À force de persévérance, d’effort, d’implication, chacun progresse, devient physiquement plus disponible, plus souple, et atteint un niveau tout à fait honorable. Néanmoins, peuton avoir les mêmes exigences vis-à-vis de tous ? Le passage de la ceinture noire, qui n’est qu’une première étape, valorise l’engagement de chacun selon ses aptitudes et ses possibilités. « L’essentiel n’est pas de briller, mais de durer ». ● Christophe Gobbé, 4e dan, D.E. professeur à Viuz en Sallaz, Photos : Evelyne Chapeau 22 ▼…En Aïkibudo, c’est la patience, l’assiduité et l’implication qui sont les seuls moteurs de la découverte que chacun fait de lui,en lui-même*…▲ 1- kyu : les kyu correspondent à la classification des grades avant le passage de la ceinture noire. Ils fonctionnent eux par ordre décroissant : le tout débutant est 7e kyu, celui qui se prépare à la ceinture noire est 1er kyu. 2- te hodoki : littéralement « dénouer les mains ». C’est un éducatif qui s’exécute sur une distance courte (chika ma) et qui consiste à se dégager d’une saisie ferme et de ponctuer ce dégagement par une frappe, un atemi. 3- wa no seshin : « le parfait esprit d’harmonie ». C’est un mouvement éducatif qui consiste à canaliser l’attaque du partenaire et à le projeter sans le resaisir. Le wa no seishin permet l’apprentissage du sens du mouvement, du « timing ». Mais c’est en même temps le but ultime de la pratique, le mouvement parfait à la fois harmonieux, esthétique et efficace. 4- yudansha : le yudansha est un titulaire d’un grade dan, c'est-à-dire d’une ceinture noire. Les grades dan sont classés par ordre croissant : 1er dan, 2e dan, etc. Les hauts gradés d’une école sont appelés : kodansha. 5- kaeshi waza : C’est une riposte, un « retournement technique » qui consiste à profiter de l’opportunité offerte par l’action adverse pour la retourner contre elle, dans le mouvement et surtout sans opposition de force. Action trop souvent confondue avec "le contre" qui ne doit pas exister dans l’art de l’aïki. * Pensées en mouvement, Alain Floquet, Budo Éditions.
O.V.N.I PAQFOIG, 0-Gf:NGf:l MONTQAIT A Gf:G f:L.Vf:GL.A NOTION Oé DISTANCE AL.'AIOé OE SON EVENTAIL. L'AIIC/00 EST SOUPLESSE UN POUf ? TOUS... VOICI LE : St:CI ? f:T Ot : L:AIICIOO : Lt:S CHAUSSUI ? f:S HYPEI ? -AOHE:l ? t:NTE:S POUl ? UNE : STABILITE : PAI ? f'AITE : ! IL éXISTé UNe NOTION TRéS IMPOQT ANTe A MAITRISéR LORS O'UN RANOORI AUX ARMéS SAINTE PAf ? OLE SELON UN VIEUX PI2ECEP'TE JAPONAIS, L'ELEVE NE PEUT Arx ? ETE L'ENTAINEMENT QUE LOSQUE LE MAITE LE LUI OEMANOE... 0 SENSE: ! 6 fiLS 23 HEU... HUMOUR Par Guillaume Guérillot TOUCHé ! Lé NOMBRé Oé w:e f



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :