Aïki Mag n°11 déc 05 à mai 2006
Aïki Mag n°11 déc 05 à mai 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de déc 05 à mai 2006

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Paul Nicolaï, un artiste peut en cacher un autre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
ART ZEN le sourire du zen Maître dans l’art du pinceau, le maître de zen Sengaï (1750-1837), a donné à la calligraphie des accents modernes et à ses dessins, humour et vivacité qui semblent annoncer la bande dessinée actuelle. L Les dessins du maître Sengaï ne trahissent jamais une quelconque mauvaise humeur mais sont l’expression d’un humour d’une grande lucidité. Pas de trace d’ironie ou de sarcasme, plutôt une chaleureuse compassion et de la bienveillance à l’égard de ses contemporains, comme pour le monde qui l’entoure. Beaucoup de mystère, et un sens inné du magique trempé dans l’encre de chine font de Sengaï le maître zen du Myô. Sengaï calligraphe et peintre n’était ni un artiste professionnel, ni un moraliste voué à une critique satirique ou humoristique de la condition humaine de son temps. Il était avant tout un moine zen pénétré d’amour pour l’humanité. Son souhait le plus profond était de répandre la paix et l’harmonie dans l’univers, comme le désirait fortement le fondateur de l’Aïkido Morihei Ueshiba dans la pratique martiale de son art. Sengaï était le troisième fils d’une famille de paysans de la province de Minô dans le centre du Japon. À 11 ans, âge habituel de l’initiation à son époque, il fut tonsuré et reçu l’habit monastique. À 19 ans il débute son Angya, pèlerinage qui consiste à rendre visite à des maîtres les uns après les autres. Quand le jeune moine pense avoir trouver le maître qui lui convient, il reste auprès de lui quelques années pour approfondir son étude du zen. Sengaï décida de suivre l’enseignement de Gessen Zenji, un grand maître demeurant à Nagata et ce jusqu’à la mort de ce dernier. C’est en s’ouvrant au sens d’un koan du maître chinois Kyôgen que Sengaï connut l’éveil dans la voie du zen : Voici un homme suspendu par les dents à la branche d’un arbre, quand survient un moine qui lui pose la question fondamentale concernant le grand principe du bouddhisme. Si l’homme ne répond pas à la question du moine, il manque à son devoir de piété. S’il ouvre la bouche pour répondre, il tombe. Quelle solution proposez-vous dans cette situation critique ? Parlez ! Parlez ! L’UNIVERS Le carré -triangle-cercle est pour Sengaï la représentation de l’Univers. Le cercle représente l’infini qui est à l’origine de tous les êtres. Le triangle est le commencement de toutes les formes. De lui naît le carré, un double triangle… Ce processus de doublement se poursuit et produit la multitude des phénomènes. 14 BU JI Le véritable aristocrate est un homme Bu Ji, libre d’anxièté. Rinzaï UN HOMME TRAVERSE LE PONT DE LOG Tremblant et frissonant, Un homme traverse le pont. Comment se fait-il que le pont coule Et que l’eau ne coule pas ?
BODHIDHARMA DARUMA Ces honorables professeurs de bouddhisme, qui révèrent le Bouddha, quittent l’Est pour se rendre à l’Ouest, c’est-à-dire l’Inde. Monsieur Daruma qui n’aime pas le Bouddha, quitte l’Ouest pour se rendre l’Est. Je croyais qu’ils allaient se rencontrer à l’auberge de l’éveil. Pauvre de moi ! C’était un rêve ! PORTIQUE SHINTÔ Les Sept dieux du bonheur. MONT FUJI Quand il léve la tête, jusqu’au confins de l’horizon, il voit le déploiement des Cieux. Quand il la baisse il voit l’étendu de la terre. Au-delà, brille une perle blanche, unique, il n’y en a pas deux. 15 LA LOUCHE ET LE PILON Quand la belle-mère use de la louche trop sévèrement, les jambes de la bru se durcissent comme deux pilons. À la mort de son maître, après treize années passées auprès de lui, Sengaï entreprit son deuxième pèlerinage en s’arrêtant dans divers monastères du centre et du nord du Japon. Un de ses camarades, qui avait étudié avec lui auprès de Gessen Zenji, l’invita à séjourner au Shôfukuji, un temple de Hakata dans la province de Kyûshû. Quelques années plus tard, à l’âge de 40 ans, il fut nommé supérieur du Temple. Le Shôfukuji, fondé en 1191 par Eisaï est le premier monastère zen du Japon. Sengaï s’y installa en tant que 123e Supérieur, jusqu’à l’âge de 61 ans puis passa ses 24 dernières années libéré et retiré des affaires de ce monde. Bien que n’ayant pas reçu de formation en calligraphie ni en technique de l’art de l’encre, ni même en peinture, ses dispositions naturelles d’artiste de la vie et de la nature humaine étaient particulièrement riches. C’est surtout pendant cette période qu’il se lia d’amitié avec son voisinage et, en exprimant avec esprit et humour sa profonde compréhension du zen, il révéla l’originalité de ses talents. De nombreuses légendes circulent à son sujet. L’une d’elle, particulièrement populaire, raconte comment il vint un jour en aide à un des membres de son monastère : Sengaï avait entendu dire que la nuit tombée, un de ses disciples avait l’habitude de quitter clandestinement l’enceinte monastique et rentrait sans bruit à l’aube. Un matin où pour enjamber la clôture du monastère, le délinquant posait le pied de l’autre côté et tatônait pour trouver la pierre qui lui servait d’appui, il sentit quelquechose de mou et de tiède. Parvenu de l’autre côté sans incident il reconnu le visage de son maître, qui accroupi, faisait de son mieux pour lui assurer la sécurité de son passage. Le moine se sentit couvert de honte. Sengaï lui conseilla de retourner tranquillement dans ses quartiers sans un mot de plus sur le sujet. Sengaï*, dont le nom est parfois abrégé en Gaï, est le azana ou surnom sous lequel il est le plus connu. Mais souvent, selon sa fantaisie, il signait ses calligraphies, ses peintures à l’encre ou céramiques des noms différents : Hyaku dô (Cent huttes), Kyo haku (Vide blanc), Mu hô sai (Sans lois), Amaku oshô (Prêtre Amahâ), entre autres. Sa vie, riche et heureuse, s’acheva l’année de ses 88 ans. ● *Sengaï,D.T. Suzuki - Le Courrier du Livre



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :