Aïki Mag n°10 jun à nov 2005
Aïki Mag n°10 jun à nov 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de jun à nov 2005

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : Nishio Shoji, un grand maître nous a quittés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ENTRETIEN AVEC PHILIPPE LÉON chuter n’est pas jouer Délégué Technique de la Région Aquitaine, Philippe Léon 6 e dan pourrait bien avoir débuté l’Aïkido dès le bac à sable tant sa maîtrise de l’espace et son sens de l’équilibre force l’admiration de ses pairs. Formé auprès de sensei prestigieux, il n’en reste pas moins modeste dans la transmission de son art. VOUS SEMBLE-T-IL SUFFISANT DE NE PARLER DE MORIHEI UESHIBA QU’AU TRAVERS DE LA PHILO- SOPHIE DE L’ART QU’IL A CRÉÉ ? La première image que l’on a de Morihei Ueshiba reste la démonstration de sa pratique de l’Aïkido. Il a d’abord développé cet art, et seulement après est apparu le côté philosophique. Dans la pratique de l’Aïkido, avant de parler de philosophie, il est nécessaire de passer par une pratique physique de la discipline ainsi qu’une éducation du corps pour enfin essayer d’approcher son côté philosophique. 4 QU’ELLE EST LA SIGNIFICATION DES ARMES EN AÏKIDO ? Pour moi, l’Aïkido se suffit à lui-même, mais le travail des armes reste toutefois complémentaire. Dans ma pratique et dans mon enseignement, je n’ai pas de cours spécifiques avec armes (bien que je les enseigne ponctuellement) car en Aïkido, comme tous les enseignants doivent le savoir ou s’en sont aperçus, il est difficile de programmer un cours à l’avance. En effet, l’enseignement s’adapte à la disponibilité des élèves et à la sienne propre. C’est dans cet esprit là que je n’ai pas de cours spécifiques d’armes. On ne peut tout de même pas concevoir le travail des armes seulement au moment de la préparation des grades. Dans le monde de l’Aïkido, certains enseignants font référence aux armes. Cela dépend de l’enseignant et de ce qu’il désire faire passer à travers les armes et la pratique à mains nues. Dans mon esprit, la pratique de l’Aïkido commence par un travail à mains nues. Certains pensent que le travail des armes développe la vigilance. Pour moi, la vigilance se développe avant la pratique des armes qui ne sont qu’un complément à celle-ci.
QUELS SONT LES FONDEMENTS PRINCIPAUX DE VOTRE ENSEIGNEMENT ? PRIVILÉGIEZ-VOUS CER- TAINES TECHNIQUES ? Dans mon enseignement de l’Aïkido, j’essaie d’utiliser tout le patrimoine technique que l’Aïkido offre, sous différentes formes de travail, sans toutefois en privilégier une par rapport aux autres, car pour moi toutes les techniques méritent d’être enseignées et pratiquées. Ce que je privilégie davantage, c’est l’adaptation de tori par rapport à uke. J’essaie de diversifier mon enseignement au travers des techniques de projection et de contrôle. QUELLE SIGNIFICATION A POUR VOUS LE TAI SABAKI, EN QUOI EST-CE FONDAMENTAL POUR L’AÏKIDO ? Dans la pratique de l’Aïkido, on ne peut ignorer le taï sabaki. Ce déplacement est fondamental pour l’Aïkido. Son utilisation, soit dans son intégralité, soit partiellement, selon le choix de la technique (omoté ou ura), permet de s’adapter à la situation choisie et surtout donne une signification particulière dans l’utilisation des hanches en Aïkido. Le taï sabaki est l’élément moteur de la mobilité dans l’Aïkido. PRÉCONISEZ-VOUS UN TRAVAIL SPÉCIFIQUE DU KI ? Non, je ne préconise pas de travail spécifique du ki. Pour moi, le travail du ki se fait dans la pratique de l’Aïkido. Quand sa pratique personnelle devient partie intégrante de soi, on commence alors à parler de ki. C’est pour cette raison qu’il me semble difficile d’avoir des mouvements spécifiques de travail du ki. Je conçois très bien cependant que certains enseignants développent un enseignement sur cette énergie, présente mais difficile à mettre en évidence. LA MIXITÉ DANS LA PRATIQUE VOUS PARAÎT- ELLE PROFITABLE À L’AÏKIDO ? Dans ma pratique, c’est une question que je ne me suis jamais posé car, dans mon enseignement, j’ai toujours eu des cours mixtes. Ma façon d’enseigner l’Aïkido reste identique, que ce soit pour une femme ou pour un homme. Pour moi il n’y a pas d’enseignement spécifique pour les femmes. Certains diront qu’il est plus difficile de travailler avec les femmes, étant donné leur semblant de fragilité par rapport Pour Philippe Léon, le ki doit se développer dans une pratique courante de l’Aïkido sans technique spécifique. 5 Photos Gunther Vincente



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :