Aide et Action n°98 mar/avr/mai 2006
Aide et Action n°98 mar/avr/mai 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°98 de mar/avr/mai 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Aide et Action France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : la mobilisation pour l'éducation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
 » > Dossier : la mobilisation pour l’éducation MOBILISATIONS RÉGIONALES La notion de région implique des populations nombreuses, qui forment généralement un ensemble culturel homogène. C’est son atout. Elle est le siège de nombreuses mobilisations qui peuvent rapidement avoir un impact fort. Photo : F. Dubos Photo : A & A France 22 » Inde » France Expo photo : « Après le tsunami, la reconstruction ». Dans l’État du Gujarat, le Festival des inscriptions Le 17 juin 2005, dans le village de Niloshi, enfants et parents ont participé au Festival des inscriptions. Lancée par le gouvernement local, cette initiative est l’un des efforts que l’État du Gujarat fait pour promouvoir l’Éducation pour tous. Une grande partie de la sensibilisation concerne les filles, car certaines localités ont un taux d’inscription encore très bas, de l’ordre de 6 à 7%. Pour de nombreuses familles, le fait que les enfants aillent à l’école n’est pas du tout acquis. Quand ni les parents ni les Grâce au Festival des inscriptions, des milliers d'enfants ont été inscrits à l'école. André Schaeffer raconte… les communes du Haut-Rhin mobilisées pour le tsunami Délégué départemental des bénévoles d’Aide et Action, élu de la commune de Spechbach (Haut-Rhin), André Schaeffer est également parrain en Inde. « Au printemps 2005, le Conseil général du Haut- Rhin a décidé en assemblée plénière de se mobiliser pour les personnes touchées par le tsunami fin 2004. Ils ont convenu de contacter plusieurs associations pour connaître leurs projets dans la région et d’en choisir une. Aide et Action était dans la liste. J’ai eu un appel téléphonique du Conseil général pour présenter un dossier de financement fin avril et participer ainsi à une sorte « d’appel d’offres ». J’y suis allé avec une documentation fournie par l’association Post-urgence tsunami, se reconstruire après l’urgence, qui rendait compte du contexte et donnait des tableaux budgétaires prévisionnels. J’ai présenté un argumentaire général sur Aide et Action, ses principes, ses valeurs et sa transparence financière. Les élus ont été sensibles au professionnalisme et à l’ancienneté d’Aide et Action en Inde [plus de vingt ans]. L’approche globale de l’ONG leur a beaucoup plu. Et puis n’oublions pas que ce sont des collectivités ! Présenter un dossier avec des budgets précis, des noms de villages, des choses très concrètes, les élus ont apprécié. J’ai également parlé de mes expériences personnelles en Inde : en tant que parrain, j’ai visité plusieurs programmes sur le terrain et j’ai pu leur parler concrètement de ce que j’avais vu dans le Tamil Nadu, dans les bidonvilles de Delhi et le Rajasthan. Pour le suivi du projet, Aide et Action s’est engagée à produire des bilans trimestriels sur ses actions, en direction des bailleurs : le Conseil général et l’Association des maires du Haut-Rhin. Les habitants du village de Niloshi, État du Gujarat.frères et sœurs ne sont allés à l’école, il n’est pas facile d’imaginer ses enfants dans cette institution. Dans plus de 18 000 villages, tout le monde s’est mobilisé, y compris les responsables locaux, ce qui a conduit à l’inscription de 235 000 filles et garçons pour l’année scolaire 2005-2006. Un bien beau début de campagne ! Nous allons poursuivre la mobilisation avec une exposition photo, appuyée par l’équipe bénévole du département et Aide et Action. Elle aura lieu du 12 au 30 juin dans le hall de l’Hôtel du département à Colmar (8 h-12 h/14 h- 18 h) : tous les parrains et marraines de la région sont invités. Les photos d’Anne-Emmanuelle Thion illustrent la reconstruction, avec des portraits ou des scènes de travail. Ensuite, nous prévoyons une animation, toujours à l’Hôtel du département, en direction des écoles. Les classes de la région seront invitées à venir voir l’exposition, sachant que nous allons la compléter avec un module d’éducation au développement. Le but, c’est d’enclencher un débat avec les jeunes sur le thème de l’éducation, de les faire réagir. » Photo : F. Dubos Photo : A.-E. Thion
 » > Dossier : la mobilisation pour l’éducation » Francophonie M me Kaba, ancienne ministre guinéenne : Au Mémorial de Caen (France), 9 e Concours de plaidoyer pour les Droits de l’homme La presse s’est largement fait écho du Concours de plaidoyer pour les Droits de l’homme. Comme chaque année, des lycéens de l’espace francophone se sont retrouvés au Mémorial de Caen pour Un concours de plaidoyers de qualité. plaider « leurs causes ». La lauréate, une prise de parole remarquée. Aurélie Janice Bayimbi, est une Martiniquaise de 17 ans. Son plaidoyer lui a permis de dénoncer le Bouschimans, habitants du Botswana dont les terres ont été discours sur le rôle positif de la colonisation. Le deuxième prix a volées par des diamantaires. Le lendemain, dix avocats du été remporté par trois élèves libanais d’un lycée français de monde entier ont eux-mêmes dénoncé des cas de violation Beyrouth : Stéphanie Antoun, Joanne Semaan et Georges des Droits de l’homme, dans des plaidoiries courtes et incisives. L’ensemble de ces journées a permis aux spectateurs Baydoun. Ils ont défendu la liberté de la presse et la liberté d’expression à travers le cas de Samir Kassir, journaliste libanais d’apprécier des textes forts, ancrés dans l’actualité. Hadja assassiné à Beyrouth le 2 juin 2005. Thibaut Derudder a Saran Daraba Kaba (voir p.12) ne s’y est d’ailleurs pas trompée : « Vous n’êtes pas l’avenir, vous êtes le présent obtenu le troisième prix avec une plaidoirie en faveur des ». MOBILISATIONS NATIONALES Sur le territoire national, de nombreux réseaux existent, l’essentiel étant de les activer. Savoir se rassembler et s’accorder sur un message global est une nécessité… qu’il soit porté par des corporations au Bénin, des coalitions en République dominicaine ou des ONG au Cambodge. Récits. » Laos Ces enfants des rues ont monté un spectacle qui parle d'eux. Les enfants des rues sur scène Les enfants de l’association partenaire Peuan Mit (« amitié forte » en lao) ont monté un nouveau spectacle dans le cadre des ateliers d’expression du centre. Il a permis aux enfants, soutenus par l'Unesco, Friends international, Aide et Action, l'ambassade d'Australie et le ministère du Travail et des Affaires sociales laotien, de mener leur projet de bout en bout, tout en sensibilisant le public à leur quotidien. My Dream (« mon rêve ») est l’histoire d’un groupe de jeunes qui sont allés ensemble à l’école primaire et qui ont pris des directions différentes : quelques-uns ont eu la chance d’aller à l’université alors que d’autres devaient rester chez Photo : G. Motel eux pour aider financièrement leurs parents. L’une des jeunes filles de ce groupe, qui a été obligée d’arrêter ses études, rencontre quelqu’un qui lui promet la fortune en travaillant dans une usine. Plusieurs années s’écoulent et ses parents décident de partir à sa recherche… Photo : G. Motel Photo : A & A Laos 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :