Aide et Action n°94 mar/avr/mai 2005
Aide et Action n°94 mar/avr/mai 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de mar/avr/mai 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Aide et Action France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : femmes africaines dans l'enseignement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
longtemps et peut ainsi raconter son histoire naturellement. Elle montre les images, puis signe pour les enfants. Après leur avoir raconté des histoires sur les animaux, Ela propose aux enfants de venir eux-mêmes présenter ces animaux aux autres. « Je fais toujours attention de signer 2 lentement pour les enfants, qui n’ont FRANCE Moïra Sauvage, une femme engagée Moïra Sauvage 1 nous donne son point de vue sur les témoignages de Mayra et Ela. Avis d’une femme qui pose l’éducation comme droit fondamental. Moïra Sauvage est journaliste de formation. Mère de quatre enfants, grande voyageuse, elle connaît particulièrement bien les problématiques liées à la défense des droits des femmes. « Dans les deux cas, ce qui me frappe c’est la volonté de transmettre leur expérience. L’effet de levier de l’éducation est ici évident, notamment pour lutter contre les préjugés et les stéréotypes. Rappelons-nous de ce qu’était la France au XIX e siècle ! L’évolution que nous avons pu constater depuis est directement le fruit de l’éducation. Vers l’autonomie J’ai été particulièrement touchée par l’interview de Mayra. L’expression « travail d’homme » qu’elle emploie reflète une certaine vision de la société : sa contribution au changement est indéniable et sa volonté (« Quand on veut, on peut ») vraiment admirable. C’est aussi ma devise ! Mayra dit que ses enfants sont fiers d’elle : c’est essentiel. Cette fierté va se propager et d’autres femmes vont suivre son exemple. L’éducation est une partie du processus de l’autonomisation. La volonté et la personnalité de chacun représentent des clés supplémentaires. Elle pointe également les problèmes d’accès au soin : ce phénomène se retrouve dans le monde entier et il est totalement lié à 8 Attention, travaux ! Tous les jeudis, Ela se rend dans une autre ONG spécialisée pour les sourds : le DDP (Deaf Development Program). Notre partenaire cambodgien Krousar Thmey a développé une langue des signes khmère basée sur la langue des signes américaine. Or le fonctionnement de ses programmes (ouverture d’un nouveau niveau scolaire chaque année) nécessite la création très rapide de nouveaux signes afin de rendre l’éducation possible. Le DDP travaille donc en collaboration « L’éducation, ce n’est pas juste lire et écrire, mais transformer l’être humain en citoyen conscient de ses droits pour l’instant que très peu d’expérience. Mais c’est le but principal de cette classe maternelle : leur donner un niveau suffisant pour faire une entrée réussie en primaire. » Ela est ravie de sa nouvelle vie. Son histoire personnelle lui est très utile pour comprendre les difficultés de ses élèves. Et ici, elle n’est pas perçue comme une étroite avec notre partenaire et des spécialistes des langues des signes et de la linguistique pour élaborer la langue des signes khmère. Quatre autres étudiants sourds de Krousar Thmey réfléchissent avec Ela aux mots non encore traduits et leur trouvent des signes appropriés. Ela est très fière de faire partie de ce comité et de contribuer au développement de l’éducation pour les sourds dans son pays. Sa timidité s’est enfin envolée ! L’éducation sert aussi à lutter contre les préjugés et les stéréotypes. l’éducation. Le rôle de l’éducation est aussi de sensibiliser les femmes sur cet aspect. L’éducation, ce n’est pas » juste lire et écrire, mais transformer l’être humain en citoyen conscient de ses droits. Avec Ela, on assiste à la transformation d’une personnalité, basée sur l’estime de soi. La difficulté pour les femmes est encore trop souvent le manque de reconnaissance et la position d’infériorité qu’elle entraîne dans la société. Amnesty international, dont je fais partie en tant que bénévole, lutte beaucoup handicapée. La vie en dehors de l’école est en effet souvent plus difficile, même si Ela a su développer de nombreuses astuces pour « l’apprivoiser » ! ■ 1 Phalla Neang est directrice de l’école et responsable des programmes de Krousar Thmey (partenaire d’Aide et Action au Cambodge). Retrouvez-la dans le magazine 88, p.13. 2 Verbe se rapportant au langage des signes. La confiance des élèves est essentielle. pour l’universalité des droits et contre le relativisme culturel : on ne peut pas dire que dans tel pays c’est comme ça parce que c’est la tradition ! Les sociétés évoluent en permanence ! Il existe des droits fondamentaux et l’Éducation pour tous en fait partie : elle est nécessaire pour combattre les préjugés. J’ai quatre enfants et j’ai toujours insisté pour leur inculquer le respect de l’égalité des droits, des garçons comme des filles. Car lutter contre l’injustice, c’est aussi transmettre autour de soi ! ■ 1 Moïra Sauvage est présidente de la Commission femmes – section française – d’Amnesty international. Photo : Krousar Thmey/A &A A. S.-E. Photo : M. Sauvage
DOSSIER » Perspectives Femmes africaines dans l’enseignement L’enseignement en Afrique est-il le privilège des hommes ? Malgré les difficultés, les femmes de plusieurs pays africains tiennent vaillamment le haut du pavé dans la lutte contre la sous-scolarisation. Réalités, contraintes et progrès concernant la place des femmes dans l’enseignement… Photo : A & A Togo



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :