Aide et Action n°94 mar/avr/mai 2005
Aide et Action n°94 mar/avr/mai 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de mar/avr/mai 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Aide et Action France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : femmes africaines dans l'enseignement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
ÉCHO DES MÉDIAS 20 Le parrainage à l’honneur Largement dominée par les conséquences dutsunami en Asie du Sud, la revue de presse de ce trimestre y consacre une part importante. Les médias insistent sur l’utilité du parrainage pour une action à long terme. Tour d’horizon des radios et télés. Dès le 26 décembre, l’actualité mondiale a tristement été dominée par le tsunami et ses conséquences. Après les efforts indispensables de l’urgence, l’opinion mondiale s’est inquiétée à juste titre de la poursuite des efforts des États, des individus et des ONG, dans la durée. Dans ce contexte, le parrainage est apparu comme lien de solidarité avec les enfants et l’ensemble des populations. » Dès le 4 janvier 2005, Claire Calosci, Directrice générale d’Aide et Action, était interviewée sur France 3 : « Nous sommes favorables au parrainage parce qu’il ne faut pas sortir les enfants de leur contexte (…) C’est là leur vie, et c’est là qu’ils ont la chance de pouvoir reconstruire leur pays ». » Sur Arte le 5 janvier, elle poursuit sur le thème de l’adoption : « L’adoption, ce sont des enfants qui sont rejetés de leur société pour différentes raisons. Mais ce n’est pas le cas ici. Là, il y a eu une catastrophe naturelle. Les enfants ne sont pas socialement rejetés. Les adopter reviendrait à les déraciner une deuxième fois. » » TF1, au « 20 heures », a également donné la parole à Aide et Action. Dans le reportage consacré au parrainage, Pierre Soëtard y a poursuivi le débat en tant que directeur de l’action bénévole : « L’adoption est » Si la catastrophe en Asie a largement mobilisé les médias du monde entier, les journaux ont en parallèle poursuivi leur travail d’information générale. Sur le continent africain, les quotidiens sénégalais Le Soleil et Walfadjri ont chacun consacré un article le 19 janvier 2005 à l’étude réalisée par Aide et Action sur le système scolaire au Sénégal. L’étude conclut qu’il est primordial de donner davantage de moyens aux collectivités locales pour développer l’éducation et la formation. L’article précise qu’Aide et Action, au travers de cette étude, recherche synonyme d’un déracinement et ce n’est pas forcément la meilleure des choses après ce qu’ont connu les enfants sur place. Pour notre part, nous sommes vraiment spécialisés dans le parrainage, le retour à Les femmes et l’éducation dans la presse sénégalaise la scolarisation normale pour beaucoup de ces enfants traumatisés. » » Le 18 janvier, l’émission L’École des savoirs sur Radio France Internationale invitait Claire Calosci sur son plateau. Elle a pu la cohérence afin de réajuster son intervention avec les objectifs du millénaire. Il cite Fambodji Fall Gaye, responsable Programme Sénégal d’Aide et Action : « Notre volonté étant d’accompagner les acteurs de l’école, de favoriser la mise en synergie de leurs actions de sorte que notre intervention puisse être rationalisée ». Elle ajoute « Notre association a beaucoup investi dans l’amélioration des conditions matérielles et pédagogiques pour la promotion du système éducatif et de ses différentes composantes ».
insister sur l’importance du retour rapide des enfants à l’école : « La première chose, c’est reconstruire l’enfant et lui permettre de reprendre vie au milieu de sa famille (…). Il est important de laisser les enfants parler, de les laisser s’exprimer et de leur permettre de faire des activités pour qu’ils reprennent pied ». Passer très vite à la post-urgence » Sur Bloomberg TV cette fois, chaîne câblée et spécialisée « Économie-Finances », Claire Calosci est longuement intervenue dans l’émission Décodage immédiat le 19 janvier. Elle revenait juste de mission en Inde du Sud et au Sri Lanka : « On bascule de l’urgence dans la post-urgence sans vraiment s’en rendre compte et aujourd’hui, il faut très vite travailler avec les sinistrés « Version femina » du 23 janvier 2005 « Le Soleil » (19 janvier) Le Soleil rapporte, dans son édition du 19 janvier, la tenue d’un séminaire sous-régional organisé par l’AFAO-Sénégal (Association des femmes d’Afrique de l’Ouest), en partenariat avec Aide et Action Afrique, sur le thème de « l’autonomisation des femmes par l’éducation et la formation dans le contexte de l’intégration ». Youssouf Cissé, Directeur Afrique, y participait aux côtés des représentants des pays de la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest). » » pour qu’ils reprennent vie. Il faut à la fois travailler pour fournir le matériel nécessaire mais aussi sur la psychologie car les populations doivent reprendre confiance. Elles ont peur, elles ne savent plus où elles en sont et l’avenir, elles ne le connaissent pas. Il faut les aider à sortir de cette urgence, nécessaire dans un premier temps, mais qui, si elle dure, risquerait d’installer les populations dans la dépendance. Il faut vite passer à la post-urgence. » Les nombreuses initiatives des bénévoles, qui ont une fois de plus démontré leur dynamisme et leur force de mobilisation, ont largement été relayées dans la presse régionale française. Le Figaro étudiant (26 janvier) consacre un article aux énergies déployées par les associations étudiantes pour récolter des fonds après le désastre dutsunami. Grâce à une « Opération Asie », Aide et Action, partenaire de ce mouvement de solidarité, a pu bénéficier de cet élan de générosité. Un autre étudiant met l’action bénévole à l’honneur en donnant de son temps pour Aide et Action Suisse. » Version femina Suisse (23 janvier), dans un long article, revient sur les divers engagements possibles en faveur de l’éducation, par le biais du parrainage. ■ « Walfadjri » (28 janvier) Dans un article daté du 28 janvier, le quotidien Walfadjri annonce la signature des conventions entre le ministère de l’Éducation sénégalais, l’AGETIP (Agence d’exécution des travaux d’intérêt public) et Aide et Action. Cette convention va permettre à l’État sénégalais, en partenariat avec l’Agence française de développement, de construire 320 classes pour les écoles élémentaires et d’en rénover 100 autres dans la banlieue de Dakar. Ce programme concerne essentiellement les départements de Pikine, Guédiawaye et Rufisque. 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :