Aide et Action n°93 déc 04/jan-fév 2005
Aide et Action n°93 déc 04/jan-fév 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°93 de déc 04/jan-fév 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Aide et Action France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'alphabétisation des adultes, une clé du développement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Actions internationales 10 Cambodge : partenaires pour l’éducation à Poïpet Le projet « École Prum Nimith de Poïpet » permet la scolarisation de centaines d’enfants sur la frontière Cambodge-Thaïlande. Le développement des échanges économiques entre le Cambodge et la Thaïlande attire de nombreuses familles fuyant la misère. Elles viennent avant tout y chercher du travail. Mais cette augmentation d’activités génère de nombreux trafics dont les enfants sont les premières victimes. Dans cette jungle économique, ils sont souvent considérés comme une source potentielle de revenus par leurs proches. Voituriers, collecteurs de bouteilles en plastique, voire même prostitués… l’exploitation n’a pas de limites. Quand une école existe, tous n’y ont pas accès. Très souvent, les revenus des instituteurs sont beaucoup trop bas et les conduisent à demander des droits d’inscription, ce qui pénalise fortement les familles les plus pauvres. En outre, dans certaines écoles, le manque d’enseignants et de classes oblige les responsables à ne recevoir les enfants que par demi-journées. Les actions de Krousar Thmey Malgré la dureté incontestable des conditions de scolarisation au niveau local, des efforts sont faits au niveau national pour améliorer les choses. L’éducation est aujourd’hui une priorité pour le gouvernement, qui s’appuie énormément sur les compétences des associations spécialistes dans ce domaine. Si la qualité de l’enseignement reste encore fragile, l’évolution est bien là… Krousar Thmey, partenaire d’Aide et Action, est le pilote d’un projet à Poïpet, soutenu par la collecte en Suisse et en France. En 1997, l’école de Prum Nimith a ainsi été bâtie. À 2 km de la frontière, elle est proche du lieu de travail de nombreuses familles en difficulté. Le projet actuel, mis en place pour les années 2003 à 2005, est un plan global de La cour d’école de Prum Nimith. développement qui concerne à la fois l’extension des bâtiments de l’école et les pratiques pédagogiques des enseignants. La construction d’un nouveau bâtiment permettra l’ouverture de nouvelles salles de classe. Un complément de salaire sera versé aux instituteurs, qui leur donnera la possibilité de vivre de leur métier sans demander de « supplément » aux familles. L’une des nouvelles salles sera dédiée à l’accueil des enfants sourds et aveugles, activité pour laquelle Krousar Thmey possède déjà une grande expérience. Enfin, dans le but de redonner aux enfants des racines culturelles malmenées pendant le régime des Khmers rouges, l’accent sera mis sur les activités culturelles, artistiques et sportives. Elles permettront de recréer une ambiance favorable à l’apprentissage et à l’épanouissement personnel des enfants… ces adultes de demain. ■ Un nouvel espace de lecture Outil indispensable au développement de l’éducation, la nouvelle bibliothèque permet de susciter l’envie de lire, de s’instruire et de s’ouvrir sur le monde. Elle est le complément indispensable du projet éducatif. À l’école de Prum Nimith, elle sera mise en place en collaboration avec l’association cambodgienne Sipar, qui soutient l’éducation des enfants par la promotion du livre et de la lecture (voir le « Spécial Asie du Sud-Est » dans le magazine de septembre 2003). Elle se situera au premier étage de l’école, à côté de la salle destinée aux cours de soutien. Un professeur est actuellement en formation dans la province de Kratié, dans l’objectif de remplir la fonction de bibliothécaire. Les fournitures pour équiper la bibliothèque ont déjà été commandées. Des résultats encourageants L’an dernier, 893 enfants ont été scolarisés à Prum Nimith. Et plus de 1000 inscriptions sont prévues pour la rentrée 2004.• Depuis 1997, chaque année, plus de 100 nouveaux enfants se sont inscrits à l’école.• Tous les enfants scolarisés disposent d’un repas préparé gratuitement à l’école par l’ONG Don Bosco.• Le pourcentage d’enfants lettrés augmente chaque année (par rapport au nombre d’élèves inscrits). Cependant, le taux de réussite chez les enfants du grade 1 reste inférieur à celui des autres écoles du Cambodge. Prum Nimith accueille en effet les élèves les plus pauvres, souvent obligés de travailler, plus souvent malades que les autres…• Les méthodes d’enseignement de l’école sont améliorées grâce au soutien de l’Unicef, qui forme tous les jeudis les professeurs de l’école Prum Nimith aux pratiques pédagogiques et à la fabrication de matériel didactique. Photo : Krousar Thmey
Réalités L’alphabétisation des adultes, un atout pour l’éducation des enfants Parmi les objectifs fixés par le Forum de Dakar en 2000, l’alphabétisation des adultes figure en bonne place. C’est en effet une des clés du développement, qui permet d’améliorer les conditions de scolarisation des enfants. Explications… « Je veux bien aider Bintou à réviser ses leçons. Mais je n’ai jamais appris à lire, ni à écrire. » Cet aveu d’impuissance est celui de Ramata. Elle répondait à l’instituteur de sa fille qui lui suggérait de l’aider dans ses devoirs. D’après l’Unesco, il y a dans le monde 800 millions d’adultes qui n’ont appris ni à lire, ni à écrire. Ce chiffre pourrait malheureusement augmenter : aujourd’hui, plus de 100 millions d’enfants ne vont toujours pas à l’école. L’alphabétisation des adultes, difficile mais nécessaire. Ici, au Togo. La persistance de ce phénomène est à la fois préoccupante et complexe. C’est pourquoi l’Organisation des Nations unies a proclamé 2003-2012 « Décennie de l’alphabétisation ». L’enjeu est considérable. Tous les analystes de développement établissent un lien étroit entre pauvreté et analphabétisme. Réduire la pauvreté passe donc par la réduction de l’analphabétisme. À l’origine de ce grave problème, plusieurs raisons : parmi elles, la domination de la tradition orale, qui est encore forte dans de nombreux pays. Mais aussi le manque d’écoles et de centres d’alphabétisation ou le faible usage de l’écrit dans certains environnements peu lettrés. En Afrique, une tradition orale Dans diverses sociétés, l’introduction de l’écriture est un événement assez récent. Dans des pays du Sahel comme le Mali, 11 Photo : Aide et Action



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :