Aide et Action n°92 sep/oct/nov 2004
Aide et Action n°92 sep/oct/nov 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°92 de sep/oct/nov 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Aide et Action France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : minorités, l'éducation en question

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Photo : Geneviève Bardy Parole de… Aide et Action : Comment s’est passée votre arrivée en Guinée ? Geneviève Bardy : Après quelques jours à la capitale, où j’ai rencontré l’équipe dirigeante d’Aide et Action Guinée, je me suis rendue à Fria, à 150 km au nord-est de Conakry. Le jour même, j’ai pu visiter l’école de Sabendé, où étudiait Jean- Baptiste. J’ai été accueillie très chaleureusement, tant par l’équipe de Fria que par toutes les écoles visitées et la famille de Jean-Baptiste. Visite de la sous-préfecture de Baguinet. De fil en aiguille… une marraine en Guinée Geneviève Bardy est éducatrice spécialisée dans un foyer éducatif pour adolescentes, à Limoges. Marraine depuis décembre 1995, elle est partie en octobre 2003 voir son filleul Jean-Baptiste. Une grande expérience. A & A : Vous avez assisté à l’arrivée du courrier. Comment cela s’est-il passé ? G. B. : Le hasard a fait que mon arrivée à Fria a coïncidé avec celle du courrier. J’ai donc donné un coup de main à l’animateur de parrainage pour le tri (c’est là que j’ai retrouvé la lettre que j’avais envoyée en août dernier !) et pour la distribution dans les écoles. Les quelques cadeaux qui accompagnaient certains courriers ont 6 été particulièrement appréciés s’ils étaient destinés à la classe entière. Il y avait un beau livre sur le football par exemple. Les courriers qu’en retour les enfants rédigent avec leur enseignant sont utilisés par ce dernier comme support pédagogique. Je reçois ainsi de mon filleul, outre de ses nouvelles, des dictées, des lignes d’opérations mathématiques… et son enseignante ajoute sa moyenne trimestrielle. C’est une bonne manière d’évaluer ses progrès. A & A : Une image forte ? G. B. : J’ai été très impressionnée par une femme : Moussa Yéro Bah. C’est « l’animatrice opérationnelle » de l’association pour la zone de Fria : elle met en œuvre les projets et organise, par exemple, des « réunions de restitution ». Son énergie est à toute épreuve. C’est une animatrice d’exception, un symbole de l’implication des femmes dans les projets de société. La famille… A & A : Que se passe-t-il dans une « réunion de restitution » ? G. B. : J’ai assisté à la réunion de restitution du projet d’école de Baguinet centre. Il s’agissait de présenter à la communauté éducative (directeur et enseignants, parents d’élèves, élus communautaires et représentants préfectoraux) le bilan des actions menées depuis trois ans et « le recyclage », c’est-à-dire la poursuite du projet pour les trois ans à venir. L’un des objectifs d’Aide et Action en Guinée était d’augmenter la proportion de filles scolarisées. Je dois dire que je suis assez impressionnée par le résultat : même s’il reste beaucoup de choses à faire, la prise de conscience générale est effective, que ce soit La distribution du courrier. Photo : Geneviève Bardy Photo : Geneviève Bardy
• ACTIONS LOCALES » > Vie associative » > Près de chez vous » >• PAROLE DE… » > De fil en aiguille… une marraine en Guinée » > Daouda, ancien filleul au Sénégal » >• PERSPECTIVES » > L’éducation au centre du développement » >• ACTUS• AIDE ET ACTION JUNIOR• INNOVATION » > Minorités : les enjeux éducatifs » >• ACTIONS INTERNATIONALES » > « Genève internationale » » >• RÉALITÉS » > La Casamance, entre conflit et reconstruction » >• CULTURE » > Jour de marché pour Diaraye » >• ÉCHO DES MÉDIAS » > Extraits » > chez les mères de famille ou chez les hommes. Souvent, le fait d’être en milieu urbain est un avantage. Dans les villages, les choses sont plus lentes à se mettre en place. Jean-Baptiste et ses parents. A & A : Vous avez l’air très motivée par la scolarisation des filles… G.B : Dans une autre réunion de travail de l’équipe de Fria, le responsable de zone rapportait les propos tenus à Labé dans une concertation inter-programmes. Il y a été question de la formation professionnelle féminine : Aide et Action serait favorable à la mise en place de formations à destination des jeunes femmes qui voudraient exercer d’autres métiers que ceux, traditionnels, de la coiffure ou de la couture. Visitant le centre de formation professionnelle de Fria, j’y ai notamment vu quelques filles dans des ateliers d’électricité et de menuiserie : on m’a assuré qu’elles auraient un emploi, les employeurs confirmant qu’elles sont sérieuses et compétentes. Pour elles, c’est une véritable chance d’épanouissement et de reconnaissance. Il y a une réelle volonté des équipes sur le terrain d’impliquer les filles dans la recherche de nouvelles formations. Une volonté également d’accompagnement et d’insertion dans la vie économique en impliquant la société civile. A & A : Vous êtes plutôt engagée ! G.B : Je crois beaucoup à l’élément féminin dans « le développement durable », Daouda, ancien filleul au Sénégal Dans un contexte souvent difficile, la scolarisation des enfants leur permet, quel que soit le niveau atteint, d’améliorer leurs conditions de vie. Témoignage. « Je m’appelle Daouda et je suis né au village de Sanancoro au Sénégal. J’ai fait mes premiers pas à l’école de Saré Koutayel située à 3 km seulement de mon village natal, dans le département de Kolda. La correspondance que je faisais m’a beaucoup servi : je devais lire le courrier et c’était un bon entraînement. Cela m’a beaucoup aidé au cours de ma scolarité. Maintenant, j’apprends la mécanique de motos à Kolda depuis trois ans. Le fait que je sois instruit m’a beaucoup servi car je fais mes factures moi-même contrairement à beaucoup de mes camarades qui ne savent ni lire ni écrire. Même mon « maître de mécanique « n’a pas eu la chance d’aller à l’école. Moi, avec Photo : Geneviève Bardy concept cher à Aide et Action et que je partage. J’envisage d’ailleurs de reprendre un parrainage, de projet cette fois. Si possible en Guinée : j’y ai créé des liens amicaux qui me sont chers ! ■ Retrouvez le témoignage de Geneviève Bardy sur le site de MSN Actions Solidaires : www.msn.fr/actionssolidaires. Daouda Sylla, 17 ans, ancien filleul devenu mécanicien de motos. mon petit niveau de l’école primaire, je parviens à résoudre mes problèmes de lecture et d’écriture sans l’aide de personne. Maintenant tous mes frères et sœurs sont à l’école et je ferai tout pour qu’ils y restent le plus longtemps possible car avec mon petit métier, je parviens à satisfaire leurs besoins primaires. Mon rêve, c’est d’être parmi les mécaniciens les plus qualifiés de la ville de Kolda et d’installer un garage de renom, ici, à Kolda. » ■ Témoignage recueilli par Mamadou Sow, responsable Communication à Kolda. Photo : Aide et Action 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :