Aide et Action n°89 déc 03/jan-fév 2004
Aide et Action n°89 déc 03/jan-fév 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°89 de déc 03/jan-fév 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Aide et Action France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : scolarisation des filles, l'inégalité d'accès.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
,. -10 - les partenaires sur place permet d•êviter des situations de « doublon l, de concurrence ou de contradiction dues à l'implantation de plusieurs projets. Le v é<:u du programme « Mada centre » A l'< ; Jrigine, 37 ONG se réunissent pour créer un collectif dans la région d'Antananarivo. Elles proposent de partager le pouvoir décisionnel, envisagent des échanges d'informations, des coformations et des coréalisations. Un programme ambitieux et volontaire dans l'esprit de la conférence de Jomtien. Mais le collectif revoit ses objectifs à la baisse. Toutes les ONG n'ont pas l'intention d'élargir leurs zones d'acti vite. Elles n'ont pas toutes de projet de collaboration à proposer. La notion de « forte coord ; nation -. n'est pas vue de la même manière par chaque partenaire. Des appréhensions apparaissent quant à la distribution des pouvoirs, notamment en ce qui concerne le volet financier. Enfin, l'idee même de structure commune provoque des tiraillements. Finalement des partenariats bilaté raux sont conclus et des forma tions communes ou des échanges de formation sont mis en place. Ces difficultés ont permis aux différents partenaires d'en anar les causes et de proposer une marche à suivre pour de futures collaborations. L'Intention de départ n'a pas été abandonnée mais seulement reportée et sera reconsidérée régul/erement afin d'atteindre petit à petit l'objectif premier... A suivre ! l'aSS « Jution Mari, parlt•wir (i11dirn, O'lll'r ! RUSÎ lfOUrf'f'nl 1 ÎtoHIIL'tllt'Jit. En 2001. à Madagascar naît le programme « Madi ! centre• d'Aide et Action. Pendant les études exploratoires. un constat émerge : 37 ONC déjà en place sont intéressées par tine collaboration au sein d'un colfecrif. Ce dernier ne travaillerait plus par zones géographiques. mais se préoccuperait d'intégrer les actions à des processus de développement p lus lar... ges. l-'idée centrale consiste à établir une forte coordination des incerventions. Ceci dans un cadre fédérateur sur le long terme. s'éloignant des collaborations ponctuelles. opportunistes ou de la soustraitance de projets Id. encadré). Au Togo, depuis le 3 juillet 1995, le Réseau éducation poor tous iReptol regroupe une cinquantaine d'associations Une réunion à Dakar en 1994, dans la lignée de la conférence de jomtien. a jeté les bases du réseau avec des objectifs précis au Togo:• encourager le gouvememenl togolais à élaborer le Plan d'action national d'édu..­ cation pour tous ; • info.rmer les ONG et la société dvile à propos de l'EPT. dans tous les contextes (local, national. international...):• organiser le réseau pour une intervention plus rationnelle et p lus efficace. Concrètement. cela s'est traduit par la mise en place de groupes de travail (pédagogie et formation d es enseignants. scolarisation des filles, éducation et formation des adultes !. par la production d'un bulle lin de liaison IReptonell, la panicipati on au bilan d'EPT de l'État togolais. etc. Les perspectives aujourd'hui ne man.. quent pas, aussi bien au niveau de la rénex.ion que de l'action. Le suivi d'un pa1tenariat. élément indispensable à une bonne coopération. envi sage de mesurer ce que cette alliance apporte aux parties. l'échange d'informations en est une conséquence principale. avec les échanges documentaires. les rénexions conjointes sur les démarches et les actNités, les échanges d'expériences, les formations nlY ! I ! elles. etç, fiplçment. chacune des associations partenaires en tirera ses propres enseignements. Au début d'un partenariat, le rapport de force entre les signataires est souvent asymétrique, que cela concerne les ressources financières ou les compé[ences techniques. Un dilogue suivi est donc nécessaire à la compréhension des objectifs de cha cun et doit être précéd é d'une exp loration des contextes. des activi tés et de l'iden.. tité de chacun. Élar ; ir sa vision S'intégrer au sein de partenariats. c'est une manièJe réactive d'agrandir sa vision des contextes et d'évoluer plus rapidementCréateurs de cohésion, ils apportent une efficacité dans l'échange et la concer tati on. Mais une telle implication prend du temps et la viabilité d'un partenariat est à ce prix. Son fonctionnement ne peut dépendre seulement d'un accord Institutionnel officiellement signé, mais aussi d'une volonté affichée de syner@.ie, fondée sur la confiance er le respect mutuels.•
lnnov.atio L'éducation se met en spectacle Apprendre en s'amusant. En Afrique comme en Asie, l'art est mis au service de l'éducation. Théâtre, conte, photographie, musique, etc. sont autant de disciplines que de moyens d'apprendre. Des méthodes qui font leurs preuves. Alors, tous en scène... Le théâtre au cœur de la formation des maîtres : « Des hommes, des femmes pieds nus sont dispersés dans l'espi ! ce.t. : an imter c ; le011anc ; le av sta glaires d'imaginer qu'ils attendent la pluie.L..) Visages expressifs, regards qui se promènent de la terre au ciel. mains jointes en signe de prières. gestes symbo liques.t...) Une femme se baisse pour caresser la poussière du sol. l- 1 Tout à çoup, l'animateur crie< Stop ! Il pleut ! • C'est la joie qui explose. le rythme s'accé Ière, les mains claquent, les pîeds tapent, le chant se libè re et, avec lui. les hommes qui le portent. Une leu ne stagiaire, « Les exercices de théâtre sont très importants pour moi qui vais devoir enseigner à des enfants. mais surtout pour les enfants car ils leur permettent de s'exprimer libre ment et sans gêne devant un public. » • Un o util pédagogique Au Burkina Faso. au Bénin. au Togo mais aussi en Inde et au Laos, on met le théâtre, le conte, le dessin. la musique, la photogra phie.. au seNicc de l'enseignement de tous. Le pouvoir de ces disciplines n'est pas à négliger puisqu'elles ont l'avantage de s'adresser et d'être pratiquées par tous : enfants, adultes, communautés. Apprendre à communiquer, à lire, développer la confiance en soi. stimuler la créativité, ras sembler. etc. sont autant de facteurs posirtfs qui poussent à l'utilisation de ces métho des de pédagogie active dans les processus de développement. Puissant moyen de communication. le théatre figure comme un excel ! ent outil de sensibilisation communautaire. Omar Ouattara diri%e une troupe de théâtre-forum au Burkina Faso. Il nous explique que les pièces que sa troupe met en scène permettent de régler des problème de développement dan les commu nautés et ouvrent le dialogue entre les personnes• Par exemple. pour sensibiliser la population à la limitation des naissances, nous avons mis en exergue les difficultés d'un couplellanqué d'une nombreuse progéniture. En parallèle, nous montrons une famille réduite qui maîtrise le nombre de•, ,



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :