Aide et Action n°136 oct/nov 2015
Aide et Action n°136 oct/nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°136 de oct/nov 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Aide et Action France

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : des solutions pour mieux vivre ensemble.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
f 1 g GRAND ANGLE ON VA TOUT VOUS DIRE%.‘#11", — UN PÈRE QUI TIENT SA PROMESSE Il était une fais un père qui avait une Mle. La plus belle de tout te pays. Les demandes en mariage lui arrivaient très souvent. Un jour, il fit dire dans tout le pays  : Je donnerai ma fille en mariage à celui qui traversera d'un seul coup de flèche le gros baobab qui se dresse sur la place du village. Une fête sera donnée. Tous ceux qui veulent épouser ma fille viendront avec leur arc et leur tlèche ils essaieront Leur force et Leur adresse, Le père pensait ainsi pouvoir garder toujours sa fine car le baobab du village était plus gros qu'une case, et personne, semblait-il, ne serait assez fart pour Le terrasser d'un seul coup de flèche. Modou était intéressé par L'offre du père, lui qui n'avait d'yeux que pour cette perle rare depuis des lustres. IL fit preuve de malice. IL s'en alla trouver un perceur de bois et lui dit Perceur de bois, mon arni, je t'ai rendu bien des services. titan tour de m'aider, Tu vas percer de part en part Le gros I Baobab grand arbre au tronc très larget + I l'1, I # 9 baobab qui se dresse sur la place du village, tain des regards indiscrets. Le perceur partit et se mit à L'ouvrage aussitôt. IL gratta, il rongea, et travailla avec tant d'ardeur qu'en trois jours la besogne fut terminée. Modou fabriqua une flèche assez petite pour passer par Le trou, puis il ferma avec de la toile d'araignée Les deux ouvertures. Tout cela fut fait si rapidement et si habilement que personne ne se douta de rien. Le jour de La fête arriva. Ce fut Les grandes personnes qui commencèrent les premiers. Les plus forts arrivèrent tout juste à enfoncer dans t'arbre le fer de Leur flèche. Furieux. ils vinrent se rasseoir à leur place. Modou dut passer le dernier. Vêtu d'un Large pantalon vert. d'un veston noir à boutons oranges, coiffé d'une chéchia blanche, il se leva Lentement, d'un air fier et important. Quand il se présenta devant l'assistance, tout Le monde éclata de rire. PP LEXIQUE A TOI DE JOUER eku "CL ▪ Comment ! disaient Les spectateurs, voilà Modou, qui veut se montrer plus fart que les grandes personnes. Modou dédaignait les moqueries, salua humblement Le père, salua galamment La fille, puis dignement les grands chefs et Les notables. Puis. ii s'en alla à ta place réservée aux tireurs. IL mit un genou à terre, visa Longuement et Lâcha la flèche. La flèche partit en sifflant, elle arriva juste sur la toile d'araig née. traversa Le baobab et souleva La poussière det'autre côté du tronc. Les spectateurs étaient médusés devant tant d'adresse et de force. Un cri d'admiration s'éleva de la foule. Modou e gagné ! Modou a gagné ! Le père tint sa promesse. Le vainqueur partit à l'instant, tenant son épouse par la main. pendant que la 1- foule s'écartait respectueusement pour Leur céder la place Les étbies du CH2 A Diamaguèfie 2 Recherche dans le texte des indices (mots connus) qui montrent de i on parle dans ce texte. lille.5tionne chaque passage du texte puis résume-le en quelques Lignes. Range ces si noily mes a leur place dans un tableau a trois cotonnes  : Me, m'Araire, franchimmt, iriaisanterie,prrblc,passage, &dore solen, parcems. Mails oma M En quoi consiste ta promesse du père ? A quelle condition ? , Pourquoi le respect& la parole donnée est-il important ? 11110 Due pensez-vous de l'attitude de MCIAiDU ? ; —allet. PillilL g ef
LE NON-RESPECT DES BIENS PUBLICS Pendant h grive des étudiants, un bus Dakar Dern Dikk latter et venirl a été saccagé et brûlé par Les manifestants. Les étudiants ont été arrêtés et condamnés par la justice sénégalaise. Ces faits sont courants. Tout te monde en parte. IL faut sensibiliser [es jeunes pour trouver des solutions. Oui ! Les biens publics sont les biens qui appartiennent à toute la population. Exemptes  : Les stades, Les écoles, Les mairies, Les hôpitaux, tes bancs publics, [es bus, [es routes, les Lampadaires, Les ressources naturelles... -fflunni -wergarew Les biens publics sont réalisés pour le bien de toute La popuLation. Pour les réaLiser L'Etet doit trouver L'argent nécessaire de deux manières L'État doit collecter les taxes et Les impôts que les différents usagers paient (taxes sur Les véhicuLes, marchandises. impôts des contribuabLes...1. Ces sommes proviennent de notre propre poche. Quand Les financements sont insuffisants, L'État emprunte ou demande de L'aide à d'autre pays. Comme on Le voit, nous construisons nous-mêmes Les biens publics grâce aux impôts et taxes que nous payonsLE RESPECT DES BIENS PUBLICS Dans notre pays, te Sénégal, beaucoup de gens pensent que tes biens appartenant à tout le monde doivent être utilisés n'importe comment. Quand il. y B. des grèves ou des ma n festafians, tes véhicules pu bLics et Les bâtiments administratifs sont attaqués et saccagés. Dans [es quartiers, La voie publique est occupée. On dépose [es ordures partout sous Le prétexte que la rue n'appartient à personne. Les éLèves de notre cesse ont réfléchi sur Le problème pour participer à La sensibiLi- cation de tous Les élèves, de nos frères et soeurs. —r— 1. 0 o $ei r r rame- Awaii.._' « 1r Un bien public est un bien commun à tout te monde. Il est réalisé par ['État. La municipalité ou La communauté. ltest destiné à tous pour satisfaire L'intérêt général.. On distingue beaucoup de biens publics Les bâtiments administratifs, tes véhicu [es administratifs, Les ressources de la mer, ta végétation, Les voiries. La faune. Les espaces verts. tes instattations sportives, le sable marin, etc. Pour financer ces biens, L'État ou Les collectivités collectent des taxes et des impôts payés par nous-mêmes. Quand Les ressources sont insuffisantes, il faut demander de t'aide à d'autres pays ou contracter des dettes. Nous ne devons donc pas saccager ces biens. On doit les respecter. Les protéger, les sauvegarder car iLs nous appartiennent à tousDonc on doit sensibiliser la population pour cela Je ne dois pas casser Les tables bancs. Je ne dois pas brûler Les bus. Je ne dois pas détruire les mairies. Je ne dois pas gaspiller les ressources naturelles. CE7 B Mené Djime, Yacine liclaye, Doha Mbéguéré, Ndoumbé Diop,'agie Falou Gueye,Aissalou Dieng, Samba Cissokho de récole Diamaguène 2 Le financement des biens publics n'est pas aussi facile. Nous avons donc Le devoir de respecter tes biens publics, de les protéger et de Les sauvegarder. À L'école, on doit veiller à respecter tes toiLettes, Le matériel des cesses, tes ordinateurs, Les livres de la bibliothèque, les parterres de fleurs, t'eau, etc. Si nous faisons preuve de respect, l'État va économiser beaucoup de moyens pour construire d'autres biens pour satisfaire plus de monde. La classe de CE2A Abdou Mao, Awa firlaye, Mica Garnis, MoubamedMbaye Diop, Awa Diout DiappGring, Cécile Bandia de récole Diamaguène 2 LEXIQUE La faune  : cimt l'enserres des argraaux. Dette  : C'est de L'allient que roi emprunte â quequ-tin d autre el que rata s'engage à Tembaurser. LeilfinflEjide « Met* I r In-orne RE 2C11 I H



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :