Aide et Action n°100 oct/nov/déc 2006
Aide et Action n°100 oct/nov/déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°100 de oct/nov/déc 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Aide et Action France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : éducation de qualité pour tous, témoignages d'une ambition.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Nous, responsables universitaires, réunis ce 21 avril 2006 à Santo Domingo, République dominicaine, sur l’initiative de l’ONG Aide et Action : • considérant l’importance du rôle des institutions universitaires dans l’avenir des relations haïtiano-dominicaines ; • considérant l’importance de la production de connaissances scientifiques sur les processus sociaux, économiques, politiques, culturels, démographiques et environnementaux entre la République dominicaine et Haïti, à la fois comme pays et comme région ; • considérant la nécessité de transformer ces connaissances en outils pour l’élaboration de politiques publiques et la planification du développement des deux pays. Avons convenu ce qui suit : 1. nous soutenons l’idée de former des professionnels compétents et des chercheurs capables d’interpréter avec rigueur scientifique les réalités nationales, régionales et internationales marquant le développement des deux pays ; 2. nous partageons l’idée de la création d’un espace de collaboration entre les institutions universitaires des deux pays. Dans cette perspective, nous avons décidé : - de constituer un Comité de suivi dont le mandat est de préparer une deuxième rencontre devant porter sur un document de travail comportant les points suivants : - identification d’au moins sept axes de recherche dont chacun devrait être pris en charge par une université participante, en collaboration avec au moins une université de l’autre pays ; - élaboration d’un portefeuille de deux ou trois projets à présenter par chaque université en relation avec chacun de ces axes ; - d’établir un réseau de communication pour faciliter les échanges entre les institutions participantes. « Mobilisation financière du secteur privé Photo : D.R. La politique de mobilisation de ressources au Sud dans laquelle s’engage le Programme Sénégal intervient dans un contexte marqué par un processus d’internationalisation d’Aide et Action. Pour nous, il s’agit de participer à l’effort de financement de l’éducation de base en suscitant un mécénat en faveur de l’Éducation pour tous et donner ainsi l’opportunité aux Africains de participer de façon plus accrue à l’effort d’éducation de leurs propres enfants. Le contexte sénégalais présente quelques opportunités, notamment grâce à l’engagement du pays en faveur de l’EPT et des 28 AIDE ET ACTION - NUMÉRO 100 LA MOBILISATION PAR LA RECHERCHE À SANTO DOMINGO DÉCLARATION ISSUE DE LA RÉUNION ENTRE LES RESPONSABLES DES UNIVERSITÉS HAÏTIENNES ET DOMINICAINES, 21 AVRIL 2006. Fambodji Fall Gaye est représentante pays Aide et Action Sénégal. Objectifs du millénaire pour le développement (ODM). Il existe des donateurs potentiels parmi les entreprises, les PME et sociétés, qui s’ajoutent au développement de la coopération décentralisée. Mais nous avons un certain nombre de contraintes et limites, à savoir : la pauvreté ambiante qui favorise le développement de stratégies de survie, l’entraide et la solidarité orientée presque exclusivement vers la famille élargie ainsi que l’échec des campagnes de collecte précédentes que le pays a connues. Aujourd’hui, la mobilisation repose sur l’organisation de campagnes de levées de fonds ponctuelles (les campagnes de collecte) ou sur ce que nous appelons des engagements à moyen terme sécurisés : partenariats, conventions et protocoles d’entente. La fondation Sonatel, par exemple, a décidé d’appuyer le projet que nous leur avons soumis et qui porte sur la promotion de la scolarisation des filles dans le département Les universitaires haïtiens et dominicains participent au rapprochement des 2 pays en matière d’éducation. de Vélingara, dans la région de Kolda, pour un montant de 5 000 000 FCFA (7 622 euros). Mais ce que nous cherchons également à développer, c’est la mobilisation de ressources non financières. C’est-àdire qui constituent une contribution humaine, technique ou matérielle afin de promouvoir l’éducation. Il s’agit de se consacrer résolument au financement de l’éducation, aux côtés de l’État et de ses divers partenaires. Au Sénégal, des entreprises appuient des projets liés à la scolarisation des filles. Photo : AEA Caraïbes Photo : E. Fenech
« La Chaîne de solidarité pour l’éducation Photo : D. R. La Chaîne de solidarité, mouvement né au Bénin, réunit des personnes qui aspirent à donner une partie de leur temps, connaissances et moyens pour la cause de l’éducation. Chaque membre est un maillon. Témoignage de l’un d’entre eux : « Je m’appelle Judith Gbehinto et je suis membre du bureau de l’Association béninoise pour la promotion de la famille. Nous nous occupons du planning familial et de la lutte contre le VIH/SIDA. Je pars souvent à la rencontre des familles. Je leur parle d’hygiène, de santé, de protection, etc. À force d’expérience, je me suis rendu compte que nos efforts resteraient stériles s’il n’y avait une amélioration du niveau d’éducation. Alors, quand j’ai su qu’il existait une Chaîne de solidarité pour l’éducation, j’ai tout de suite adhéré. J’ai des idées à proposer : je peux écrire des articles et collecter de l’argent. Mais surtout, je veux convaincre les personnes autour de moi de la puissance de l’éducation et je l’espère, allonger cette Chaîne de solidarité de plusieurs nouveaux maillons. » « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens sérieux et résolus ne peut changer le monde ; c’est en effet la seule chose qui ait jamais fait changer le monde. » MARGARET MEAD, ANTHROPOLOGUE. « « On n’attend plus que vous ! » Photo : RéCit Judith Gbehinto est membre de la Chaîne de solidarité pour l’éducation, Bénin. Julie Banzet est permanente à l’association RéCit, France. Aide et Action : Quelle approche de la mobilisation avez-vous ? Julie Banzet : À RéCit 1, nous accompagnons les gens dans une mobilisation active, pas forcément en grand nombre. Nous visons davantage le forum où s’échangent des expériences phares, des propositions pour faire avancer les visions alternatives de la citoyenneté. Notre ligne d’action, c’est un peu la démarche de Paulo Freire : « personne n’est l’éducateur de quiconque, personne ne s’éduque lui-même, seuls les hommes s’éduquent ensemble, par l’intermédiaire du monde ». AEA : Quels sont les intérêts d’une structure telle que RéCit ? J.B. : RéCit repose sur le fait que l’éducation des citoyens ne se résume pas à l’école. Notre rapport aux arts, à l’environnement, à l’image, aux médias, contribue à chaque instant à nous construire en tant que citoyen responsable et acteur. En matière d’éducation, par exemple, il y a beaucoup d’expériences innovantes mais qui restent confinées dans un cercle d’individus restreint malgré leurs bons résultats. C’est sur ce constat que RéCit est né. Nous voulons apporter une transversalité, faire partager. Parmi les expériences évoquées sur notre site, on retrouve notamment un groupe d’alphabétisation destiné aux parents d’élèves dans une école maternelle à Paris ou encore un projet d’éducation Une réunion d’échange des membres du Réseau des écoles de citoyens (RéCit).communautaire mis en œuvre dans un quartier de Villeneuve de Grenoble. La croisée des regards sur ces expériences redonne à chacun un sens à sa propre action, à ses projets. AEA : Comment envisagez-vous votre avenir ? J. B. : Pour 2007, nous allons continuer à travailler sur la thématique des outils pour résister et construire ensemble un monde plus solidaire, autour de l’engagement des jeunes notamment, et du multiculturel. On n’attend plus que vous ! 1 Réseau des écoles de citoyens : www.recit.net Photo : D. R. AIDE ET ACTION - NUMÉRO 100 29 Photo : RéCit



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :