Aide et Action n°100 oct/nov/déc 2006
Aide et Action n°100 oct/nov/déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°100 de oct/nov/déc 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Aide et Action France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : éducation de qualité pour tous, témoignages d'une ambition.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Éducation à la citoyenneté « « Planter une graine de citoyenneté » Photo : AEA France Je suis professeur des écoles à Villiers-le- Bel (Val-d’Oise) depuis maintenant six ans (…) Dans ma classe, il y a 14 nationalités. Autant dire que le premier mois est consacré à la connaissance de l’autre, sa culture, ses spécificités. Au début, je suis arrivée dans la classe avec de gros a priori. Je voyais de nombreux élèves originaires d’Afrique subsaharienne et je pensais que j’avais un groupe homogène. En réalité, et c’est une évidence quand on compare avec l’Europe, ils possèdent des cultures très différentes. Nous sommes partis de ce constat pour faire des cours d’éducation civique ou de religion, le but étant de provoquer l’échange. Souvent, on démarre à partir d’un conflit « Sensibiliser, sensibiliser, sensibiliser Photo : AEA France 14 Devenir citoyen du monde L’éducation à la citoyenneté mondiale est une éducation qui sensibilise les citoyens aux réalités du monde. Elle vise à transmettre les valeurs de liberté, de respect, de solidarité, d’équité, de justice, de paix, d’intégrité et de dignité pour la réalisation d’un monde de droits humains pour tous. AIDE ET ACTION - NUMÉRO 100 T É M O I G N A G E S D’U N E A M B I T I O N Nadia Garcin est professeur des écoles, Villiers-le-Bel, France. Cécile Paillet est bénévole Aide et Action, France, intervenante dans les écoles sur les thèmes éducatifs. Nadia Garcin provoque l’échange avec ses élèves. dans l’école pour faire passer des valeurs fondamentales. Mais les élèves font toujours la différence entre l’école et la cité. Ils le disent eux-mêmes : « Ce n’est pas pareil » ! Ce que nous voulons, c’est planter une graine de citoyenneté… mais on ne voit pas les résultats tout de suite. Pourtant j’y crois ! Un jour un élève m’a dit : « Maîtresse, alors c’est vrai qu’on peut être fier d’être immigré ? ». Pour moi, c’est beaucoup, et ça correspond à un vrai travail sur l’immigration Je suis bénévole depuis deux ans et demi. J’ai passé des modules de formation pour effectuer des animations au sujet de l’éducation des enfants dans le monde, en partenariat avec l’association La Case 1. Cette année, j’ai déjà effectué trois animations à Limoges auprès d’enfants du primaire à la sixième et j’espère augmenter la fréquence de mes interventions l’année prochaine. Après les animations en classe autour du thème « L’éducation dans le monde », les enfants ressortent sensibilisés et en France : on a repris avec toute la classe les grands mouvements migratoires de ce siècle, en insistant sur l’apport culturel de chacun à ce qu’est la France aujourd’hui. L’idée pour moi, à travers ces projets, c’est de leur faire comprendre que les peuples sont interdépendants. Ils apprennent également qu’on peut faire beaucoup de choses à plusieurs, que ce n’est pas non plus impossible de les faire tout seuls, c’est juste plus difficile. c’est déjà un premier pas. Cependant, l’idéal serait aussi de faire intervenir les parents au cours d’animations communes. Et surtout, mon ambition personnelle, c’est de parvenir à établir des contacts moins ponctuels, de créer un programme sur plusieurs séances pour éviter qu’il s’agisse d’un simple « incident de sensibilisation » dans un cursus. 1 La Case – Centre de documentation et d’animation sur la solidarité internationale basée à Villiers-le-Bel (95) – est une association agréée par le ministère de la Jeunesse et des Sports et le ministère de l’Éducation nationale. Photo : V. Godin
« « La non-violence incite à la créativité » Photo : AEA Asie du Sud Rajendran utilise un programme d’éducation à la paix. Association for Sarva Seva Farms (ASSEFA), basée dans le Tamil Nadu en Inde, travaille avec les communautés rurales. L’organisation promeut les valeurs gandhiennes comme l’autonomie des femmes, la création de plans d’épargne pour la communauté, la mise en place d’écoles prônant les concepts de nonviolence ou la création de biens communautaires. Dans nos écoles, hormis les matières académiques, l’attention est portée sur les concepts d’économie, les activités culturelles « « Les gouvernements scolaires en Guinée On a imaginé un processus où les enfants se désignent des représentants qui participent aux débats sur les activités menées autour de l’école. Pour généraliser les Gouvernements scolaires (GS) au plan national, il ne s’agira pas de décréter à travers des textes leur mise en place, mais plutôt de voir comment susciter une réflexion nationale sur la participation des enfants dans la gestion de l’école. Elle devra faire partie intégrante du programme de formation des enseignants pour qu’ils acceptent la responsabilisation de l’enfant dans la vie de l’école. Les parents aussi doivent se préparer à ce nouveau positionnement de l’enfant. Les GS devront s’intégrer au programme d’éducation civique, par exemple en partenariat avec l’Assemblée nationale. Car l’école, au-delà de l’acquisition par l’enfant de compétences académiques, c’est aussi le respect des principes et des règles de la République et de la vie en groupe. Moctar Diallo est responsable des partenariats, Aide et Action Guinée. et la formation professionnelle comme l’élevage de chèvres ou de volailles, la création de laiteries ou de fermes. Sur ces principes, ASSEFA a introduit dans toutes ses écoles de jour et ses écoles complémentaires un programme d’éducation à la paix et à la non-violence. ASSEFA est persuadée que les écoles devraient être des modèles incorporant les valeurs de paix dans toutes leurs activités. Les actions disciplinaires, les abus de pouvoir, le favoritisme et toutes autres mesures négatives qui éloignent les enseignants des enfants n’ont pas leur place dans un modèle d’éducation à la paix. En tant qu’enseignants dans les écoles ASSEFA, nous utilisons un livre sur l’éducation à la paix de manière créative, ce qui rend l’apprentissage et l’enseignement intéressant et joyeux. Par exemple, chaque leçon renvoie à un certain nombre de questions et il peut y avoir plusieurs réponses car il n’en existe pas de toutes faites. La non-violence implique la créativité, l’acceptation de divers points de vue, l’encouragement et la pensée positive. Ainsi une atmosphère informelle, détendue et amicale est créée, au sein de laquelle la participation des enfants et la motivation sont importantes. Ils sentent qu’ils font partie du processus éducatif puisqu’il y a de la place pour chacun, sans notion de gagnant ou de perdant. « Le droit même de vivre ne nous est donné que si nous remplissons notre devoir de citoyens du monde. Le nationalisme n’est pas la plus haute conception. La plus haute conception est la communauté mondiale. » GANDHI, HOMME POLITIQUE ET PHILOSOPHE. En 2006, les femmes des Nippes (Haïti) ont bénéficié de formations sur les droits et devoirs de la femme, les processus de vote, la protection de l’environnement, la gestion du patrimoine et la gestion des conflits. Le 8 mars dernier, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, elles se sont rendu compte que c’est par l’éducation qu’elles auront un pouvoir d’action et que l’éducation les libère mentalement. Elles sont donc animées du désir de changer leurs conditions de vie. Les connaissances acquises vont être transférées à d’autres femmes du milieu rural et urbain. Les connaissances transmises sont pour elles comme un coup de phare projeté sur le sens de la citoyenneté dont l’exercice est faisable à tout âge. Fidèle Nicolas est coordonnateur de zone (Nippes), Aide et Action Haïti. Rajendran est enseignant à l’école primaire Sarva Seva Farms d’Andipuram, Madurai, Inde. Le pouvoir d’action de l’éducation L’éducation libère les femmes. AIDE ET ACTION - NUMÉRO 100 15 Photo : AEA Asie du Sud Photo : AEA Caraïbes



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :