Agir Par la Culture n°60 déc 19/jan-fév 2020
Agir Par la Culture n°60 déc 19/jan-fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60 de déc 19/jan-fév 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : faire carnaval, faire politique ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Égalité dans les rangs ? PAR MARGAUX JOACHIM En Wallonie, les femmes ne participent pas équitablement à ce qui constitue l’ADN profond de la région : son patrimoine, son folklore, ses traditions. Dernièrement, l’Association des Marches Folkloriques de l’Entre-Sambre-et-Meuse brillait dans la presse par son sexisme assumé, suite aux débats survenus autour de la « possibilité » qu’Alexandra Colin, fille du Tambour-Major de la St-Feuillen, puisse le remplacer en cas de fatigue... « Les femmes, comme l’aurait alors déclaré le président de ladite association, c’est pour le repos du guerrier... » Les Marches de l’Entre-Sambreet-Meuse ? « D’anciennes processions religieuses dédiées à des saints locaux, protecteurs des paroisses, ayant pris au fil des temps un caractère folklorique, sans cependant que l’aspect religieux en soit totalement perdu. Elles sont accompagnées d’escortes armées, également traditionnelles. » 1 On compte 140 de ces processions sur le territoire wallon. D’ampleurs différentes, elles sont gérées par des comités organisateurs indépendants. Ces évènements populaires, à la fois solennels et festifs, ont été reconnus au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco en 2012. Or, sans faire ici une analyse approfondie de toutes ces marches folkloriques, on ne peut nier que leurs organisations comportent des dérives assurément sexistes.Un exemple parmi d’autres ? La Sainte Rolende de Gerpinnes, star des marches, qui se déroule le dimanche et le lundi de Pentecôte. Chaque année, cette procession qui réunit plus de 3.000 marcheurs, répartis en 11 compagnies, retrace en partie le chemin que la Sainte aurait emprunté. MAIS OÙ SONT LES FEMMES ? Trois de ces compagnies n’acceptent aucune femme… Chez les autres, des places comptées sur les doigts de la main sont accordées sous certains critères : femmes non-mariées, limite d’âge, places mises aux enchères, obligations de porter une jupe (!), etc. Notons que la plupart de ces compagnies acceptent favorablement les filles, mais seulement jusqu’à l’âge de 12 ans… Les postes proposés aux femmes reposent le plus souvent sur l’obligation de devoir à la compagnie. Quand il ne s’agit pas de vendre de la goutte aux soldats, il faut porter le matériel des officiers ou accompagner les jeunes marcheur·euses. Seules les places, très limitées, d’infirmières et de vivandières (quand elles ne doivent pas transporter les tartines ou vendre des objets) permettent à une petite partie d’entre elles de profiter de la marche sans obligation. Sauf celle de marcher au pas. Pourtant, les femmes ont un rôle essentiel pour la bonne tenue de ces marches folkloriques. Elles s’occupent des costumes et de la logistique en amont, gèrent l’intendance et les enfants pendant les festivités et accueillent la famille et les visiteurs venus en masse pour profiter de l’évènement. Tout le monde n’a donc pas intérêt à ce que ça change ! Les hommes surtout, qui composent très majoritairement les organes de décision. Pour justifier ces formes d’injustice, les arguments d’un autre âge – très répandus ! –, ne manquent pas : « C’est la tradition ! », « Les femmes ne portent pas le fusil ! », « On a toujours fait comme ça… » Tradition, héritage, souvenir, conscience collective, mais aussi devoir de transmission et d’enrichissement des pratiques à travers le temps 2 . Ces notions se heurtent au traditionalisme ambiant que veulent imposer les comités organisateurs. Une attitude passéiste qui tend à figer l’histoire de manière arbitraire, comme si elle pouvait se résumer à un instant T que l’on pourrait rejouer à souhait, année après année, sans prendre en compte les mutations de la société. L’authenticité que revendiquent ces comités est le résultat d’un tri sélectif servant les intérêts d’une partie seulement de la population. Car il est ici question d’intérêts et de privilèges. Si demain en effet, les rôles devaient changer, si les femmes avaient le droit et l’opportunité de pouvoir marcher aux côtés de leurs ami·es et de leurs voisin·es, qui assurerait l’intendance ? Pour ne pas s’essouffler, la sacrosainte tradition ne doit-elle pas s’adapter aux évolutions positives – parce que justes – de notre société ? Pour quelles raisons valables peut-on aujourd’hui priver la moitié de la population d’un patrimoine commun ? Quels messages envoie-t-on à nos filles lorsqu’à l’âge de 12 ans elles doivent quitter les rangs, laissant leurs frères, leurs cousins, leurs amis parader, eux, librement ? Aujourd’hui, des groupes de femmes se rassemblent pour questionner cette organisation résolument patriarcale de notre folklore. Devront-elles s’imposer par la force ? En recourant à la justice ? Ou pouvons-nous espérer un sursaut des esprits ? Le débat est posé, la question ne pourra plus être évitée, et il semble logique que les autorités locales y prennent aussi leur part de responsabilité. 1. Définition empruntée à l’article « Marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse » sur Wikipédia. 2. Des notions empruntées à l’article « Tradition » sur Wikipédia. agir par la culture #60 Faire carnaval, faire politique ? hiver 2019 22 \
JULIEN TRUDDAÏU Les « Noirauds » bruxellois, la « sortie des Nègres » de la Ducasse des Culants à Deux-Acren, le Sauvage d’Ath, sans compter en Flandre, les chars antisémites et racistes d’Alost, ou, dans un autre registre, Zwarte Piet, les expressions racistes dans le folklore de Belgique sont nombreuses et peu remises en cause. Comment et pourquoi ces figures se sont immiscées dans le folklore. Et comment arriver à s’en départir ? Exploration d’un phénomène aux racines sociohistoriques profondes avec Julien Truddaïu, chargé de projets à l’ONG Coopération par l’Éducation et la Culture et co-auteur (avec l’historien Elikia M’Bokolo) de « Notre Congo / Onze Kongo », ouvrage consacré à la propagande coloniale belge, qui a justement participé à structurer ces expressions folkloriques racistes. Le folklore belge sous influence coloniale PROPOS RECUEILLIS PAR AURÉLIEN BERTHIER agir par la culture #60 Faire carnaval, faire politique ? hiver 2019 23 \



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :