Agir Par la Culture n°59 sep/oct/nov 2019
Agir Par la Culture n°59 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°59 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3,0 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveaux habits de l'extrême droite.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Mobilier urbain VOX. la question de la provenance des recettes financières autant que l’usage des dépenses relève d’un véritable choix politique et en décidant de ne plus vendre l’attention de ses citoyens contre une recette issue de la publicité. D’autre part, en compensant son manque à gagner en baissant de 25% les indemnités des élus et en divisant par deux le budget, les frais de protocole et en supprimant les voitures de fonction de certains élus. CONSTRUIRE DES SYSTÈMES ALTERNATIFS D’INFORMATION Avec la sortie du contrat, la Ville de Grenoble va donc supprimer les panneaux publicitaires mais aussi les faces consacrées à l’affichage institutionnel qui y étaient liées. La libération de l’espace public va devenir le point de départ d’une remise en question globale d’un système de diffusion de l’information et de conception du mobilier urbain. S’affranchir du modèle JC Decaux, c’est aussi se défaire de son modèle prêt à penser déterminant la fréquence, le formatage, et l’implantation des lieux de diffusion de l’information dans l’espace public. À la suite d’une recherche menée sur deux années, la Ville va proposer un système d’information innovant  : elle va augmenter par trois le nombre de panneaux d’affichage libre et gratuit disposés là où les associations et les lieux culturels estiment pouvoir rencontrer leurs publics. Pour diminuer une communication tous azimuts par affichage et flyer d’évènements culturels, un vélo cargo se déplace 30\dans ces lieux où sont organisées des animations pour fournir directement sur place aux publics intéressés les infos utiles sur les programmes des évènements à venir. Le dispositif recrée de la parole, encourage la circulation de l’info qui se donne directement entre les citoyenes. Par ailleurs, des murs aveugles du centreville sont recouverts de fresques à la suite d’un concours de street art. L’un est associé à l’annonce de la programmation de la salle de spectacle municipale, l’autre à la programmation du Muséum de Grenoble. Les habitantes sont invitées à se déplacer jusqu’à la fresque pour aller chercher l’information culturelle. Les véhicules municipaux (objets techniques, balayeuses, etc.) vont également servir de supports à l’information institutionnelle, culturelle et associative. Enfin, le dernier dispositif déployé sur le territoire de la ville est le mobilier urbain Vox, un portfolio de trois affiches 50 x 70 cm disposées autour d’un mât en hélice hérissé d’un portevoix symbolique. Conçu à partir de la notion du droit à la non-réception ou comme l’annonce la Ville de la « liberté de réception », il fait savoir de loin que l’info est disponible, mais nécessite que le passant se rapproche pour la découvrir. UN AUTRE MODÈLE DE DIFFUSION D’INFO DANS L’ESPACE PUBLIC EST POSSIBLE La légitimation du financement des services publics par la publicité dépasse largement le cadre stricto sensu du financier. Car le modèle JC Decaux n’est pas seulement un modèle économique, Photo  : Sylvain Frappat, Ville de Grenoble c’est aussi un modèle culturel qui façonne nos paysages se substituant progressivement à notre capacité à penser la ville autrement et à faire exister dans l’espace public la vie politique, culturelle, associative. On est en droit d’oser imaginer toujours plus de singularité de la diffusion de la vie politique, culturelle, sportive à l’échelon communal, local, au niveau du quartier pour faire vivre la démocratie de bas en haut face à un modèle consumériste qui propose une normalisation de l’information commerciale au niveau national, voire international. Construire des alternatives au modèle JC Decaux, c’est s’inscrire aussi dans un rapport de force citoyen pour favoriser l’émancipation des élues vis-à-vis des annonceurs, et la remise en question du modèle économique JC Decaux qui n’est autre qu’une forme de privatisation des services publics et de l’espace public, affaiblissant du même coup notre démocratie. L’exemple grenoblois prouve à cet égard qu’il est possible de faire autrement sans que le soleil ne cesse de se lever. 1. Voir le site de l’annonceur www.jcdecaux-belux.com 2. En plus de ces 20 panneaux LED, JC Decaux a installé 30 écrans vidéo sans que le contrat ne le prévoie à la place des affiches papier dans les abribus. Ces écrans fonctionnent en (super) slow motion brouillant la frontière entre affiche et publicité vidéo animée. 3. www.liegesanspub.be 4. La liberté de non-réception devrait garantir à chaque citoyenne, en particulier dans l’espace public, le droit de choisir où et quand ilelle souhaite accéder à de l’information publicitaire. Ceci pour lui permettre de se protéger de son influence ou simplement de se reposer de la surcharge d’information. 5. La multinationale JC Decaux a re-signé un contrat avec la société de transport public grenobloise et pourra ainsi continuer à apposer ses publicités sur les abribus jusqu’en 2031. Néanmoins, la Ville de Grenoble a obtenu la diminution de 50% de publicité sur le réseau et qu’il n’y ait que dix écrans digitaux à l’échelle de l’agglomération. agir par la culture #59 automne 2019
Du lacrymal aux lacrymos Les menaces qui pèsent sur la démocratie nous arrivent souvent, et simultanément, de directions à priori contradictoires, de l’extrême droite conservatrice – voire fascisante – à l’ultralibéralisme autoritaire déguisé en un centrisme servi à la sauce pensée unique. Ces forces néfastes s’opposent autant qu’elles se complètent. Au débat démocratique se substitue alors une somme de discours et de méthodes qui réactivent de vieux antagonismes de la pensée occidentale. Celui qui oppose raison et émotion en fournit un bel exemple. Plutôt que de prendre parti, trouver une manière de le dépasser pourrait nous aider à déjouer les pièges des stratégies discursives qui conduisent à l’impuissance et la soumission populaire. 31\agir par la culture #59 automne 2019 PAR VALENTINE BONOMO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :