Agir Par la Culture n°38 jun/jui/aoû 2014
Agir Par la Culture n°38 jun/jui/aoû 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de jun/jui/aoû 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : le livre en mutation... face au numérique et la marchandisation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
À l’occasion, il refait surface. La dernière fois c’était en 2012, dans la trilogie « La colère de Fantômas » du duo Bocquet/Rocheleau (deux tomes parus à ce jour chez Dargaud). Et si, un siècle plus tard, l’ombre maléfique de Fantômas s’étendait de nouveau sur Paris et sur le monde ? Ce ne serait que justice après tout… Pensez donc ! Fantômas entame sa carrière criminelle dans la France de la Belle Époque. De fait, une époque où le bourgeois s’ennuie. Les classes laborieuses, elles, œuvrent à son bien-être mais n’en retirent que des miettes, et aucun droit. La condition des femmes ? Pfff… Le bourgeois, lui, cherche le dépaysement, le vice à bon marché. Comme dérivatif il y a les exécutions publiques, le théâtre du Grand-Guignol (cf. APC n°37), les faits divers sanglants qu’une certaine presse met en exergue et puis les romans-feuilletons, les villes électrifiées, le téléphone, l’automobile et le cinéma. C’est le monde né de l’exposition universelle de 1889 et de la tour Eiffel, avec son esprit revanchard (la défaite de 1870 attise le nationalisme), son antisémitisme, ses bombes anarchistes et ses « bandits tragiques » (dixit Robert Desnos). Fantômas surgit dans ce contexte, sous la plume de Marcel Allain et de Pierre Souvestre. L’œuvre-source, c’est 32 volumes publiés entre 1911 et 1913. Dans la foulée, le criminel sans visage – ou plutôt aux mille visages ! – s’impose au cinéma : les cinq films de Louis Feuillade sortent entre 1913 et 1914. Depuis, ce mystère incarné qui se situe au-delà du Bien et du Mal, a toujours hanté l’inconscient collectif sous de multiples avatars. Même les artistes d’avant-garde se sont emparés du phénomène, à des fins plus politiques. Max Jacob tente la création d’une Société des amis de Fantômas, alors que très tôt les Cendrars, Queneau, Desnos, Apollinaire et (plus tard) les Belges Moerman et Magritte, fascinés par la série d’Allain et Souvestre, célèbrent Fantômas dans leurs écrits poétiques ou leurs œuvres plastiques. Les pré-surréalistes puis les surréalistes surtout ne s’y trompent pas, mythifiant le personnage pour dénoncer l’incurie de la société et de l’art bourgeois. Fantômas devient le symbole de la modernité esthétique. De l’utilisation détournée d’un produit de la culture populaire par un groupe d’intellectuels influents. Moderne, en effet. Mais en devenant LE génie du crime à la veille de la Grande Guerre, Fantômas annonce celle-ci en quelque sorte. La guerre sera moderne et totalement meurtrière, comme lui. Mais personne ne le comprend, à part les militaires, peut-être… Car personne, à l’époque, ne se soucie de l’imminence du conflit. Au pire, on imagine que celui-ci sera bref et fera peu de victimes, moins en tout cas que le terrible Fantômas qui est partout, et nulle part. Un siècle de carnages plus tard, rien n’indique qu’on ait retenu la leçon. Fantômas attend son heure. Saurons-nous l’entendre ? Denis Dargent à bas la culture ! FANTÔMAS, QUE TON RÈGNE REVIENNE ! À lire absolument : n°38 - été 2014 - 26 Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux, Fantômas ! Biographie d’un criminel imaginaire, Ed. Les prairies ordinaires, coll. Singulières modernités, Paris, 2013. Sans oublier l’intégrale 1911-1913 qui reparaît chez Laffont, coll. « Bouquins ».
n°38 - été 2014 - 27 Lecture UNE ANTUOLOGrE Dominique Boas Augustin Fragnitre LA PENSÉE ÉCOLOGIQUE, UNE ANTHOLOGIE Dominique Bourg et Augustin Fragnière PUF, 2014 Le philosophe Dominique Bourg vient de publier avec Augustin Fragnière, une superbe et volumineuse anthologie de la pensée écologique. Présentée à la fois de manière chronologique et en fonction des grands enjeux (économiques, éthiques, religieux, techniques, politiques…), cette série de textes balaie trois siècles de réflexions sur notre rapport à la nature, de Jean-Jacques Rousseau à Jared Diamond, de Henry David Thoreau à René Dumont, de Claude Lévi-Strauss à Hans Jonas, Jean-Pierre Dupuy ou Jacques Ellul. Cet ouvrage passionnant et d’une envergure intellectuelle exceptionnelle fait, en définitive, le point sur « l’interprétation nouvelle de la place de l’humanité au sein de la nature, en termes de limites de la biosphère, de finitude de l’homme et de solidarité avec l’ensemble du vivant », et toutes les approches, très diversifiées, de la pensée écologique tentent d’appréhender l’environnement naturel « comme un élément constitutif du fonctionnement des sociétés humaines » et non pas comme « un simple paramètre supplémentaire ». Cette anthologie est une véritable mine d’or spéculative pour tous ceux qui ne se satisfont pas des canons inlassablement ressassés de la pensée dominante. (JC) Gilles Candar Vincent Duclert Jean Jaurès PANTOPIE : DE HERMÈS À PETITE POUCETTE, Michel Serres, entretiens avec Martin Legros et Sven Ortoli, Le Pommier, 2014 Martin Legros et Sven Ortoli nous proposent un long entretien avec le philosophe français Michel Serres. Ce livre captivant est conçu sous forme d’un long entretien qui va des années de jeunesse et d’adolescence de Michel Serres en Gascogne à la conclusion finale sur l’ambition de la philosophie. Son rôle premier c’est d’anticiper sur la civilisation à venir, comme Aristote l’avait fait pour le Moyen-âge, Platon pour la Renaissance et Descartes pour le monde moderne. On suit donc le fil d’une vie curieuse de tout, des mathématiques à popcorns JEAN JAURÈS Gilles Candar et Vincent Duclert Fayard, 2014. Le 29 juillet 1914, Jean Jaurès est à Bruxelles, à la Maison du peuple, pour signer le manifeste commun contre la guerre. Il donne l’accolade à Hugo Haase qui représente les socialistes allemands, geste désespéré quand on connaît la suite de l’histoire. Émile Vandervelde, le Président du POB s’en souviendra avec émotion toute sa vie comme il en témoigne dans le numéro spécial de l’Humanité de 1915 consacré au premier anniversaire de la mort du député socialiste français. Aujourd’hui, le fondateur du socialisme républicain et démocratique est une figure emblématique mise à toutes les sauces et bonne à tout faire, tant référence pour Nicolas Sarkozy que pour le nouveau maire Front National de Hénin- Beaumont. Le 31 juillet 2014, il y aura très exactement un siècle que le leader socialiste aura été assassiné au Café fayard IA° du croissant à Paris par Raoul Villain. Raison de plus, nous les modernes à la mémoire si l’histoire, des transformations des religions à la crise des écosystèmes, de l’apparition de Petite Poucette avec la révolution numérique aux métamorphoses de l’agriculture et du corps. Savoir encyclopédique qui trace aussi le grand Récit de la destinée humaine au travers des concepts nouveaux et de figures symbolisant une problématique comme Hermès, Hominescent, le Malpropre ou Pantope. Michel Serres tente d’embrasser la totalité des lieux, des savoirs et des cultures, comme l’illustraient déjà ses petites chroniques du dimanche soir sur France Info, dans une synthèse éblouissante et vertigineuse. Indispensable ouvrage pour réfléchir un peu pus loin que les apparences et le sens commun. Bel éloge de la pensée du renard, explorateur inlassable de tous les territoires de l’esprit. (JC) courte, de se plonger dans la volumineuse biographie que Gilles Candar et Vincent Duclert consacrent à Jaurès. Le récit, très documenté, suit la destinée exceptionnelle de cet homme, philosophe, professeur, plus jeune député de France à 26 ans, merveilleux orateur, journaliste intransigeant, militant internationaliste, de la grève des mineurs à Carmaux à l’affaire Dreyfus, de la première révolution russe à ses discours enflammés à la tribune de l’Assemblée nationale. Sans avoir pu éviter la guerre, lui l’ardent militant de la paix et de la solidarité internationale entre les prolétaires de tous les pays. Symbole, icône ou emblème, Jaurès reste farouchement un représentant exemplaire d’un engagement socialiste profondément moral et social pour défendre une seule cause, celle de l’humanité. (JC) cle Itermes ‘ CURIE. OU MONDE. FILS DE MAMIE, HOME MUTER !, UMW., PHILOSORIE, pœucette, XISTOPIEN DES SCIENCES, ACADWICIEN, MICHEL SM. VOL. FAME LE i011.11 MONDEntiehet servese,ntretiens (wee martin, legros t spelt ortoti



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :