Agir Par la Culture n°34 avr à aoû 2013
Agir Par la Culture n°34 avr à aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de avr à aoû 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : collectif Roosevelt 2012... 15 remèdes à la crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
palestine LE TRIBUNAL RUSSEL A RENDU SON VERDICT Le tribunal Russel sur la Palestine a tenu sa session finale le 17 mars dernier à Bruxelles. Il s’agissait pour ce tribunal d’opinion, démarré en 2009, de prononcer les jugements issus d’investigations, d’accumulations d’éléments à charge et de débats juridiques concernant les violations du droit international par Israël. Sans pouvoirs juridictionnels, le tribunal Russel sur la Palestine (tRP) est une initiative citoyenne, un tribunal d’opinion international créé par un groupe de citoyens engagés dans la promotion de paix et de la justice au Proche-orient qui n’en possède pas moins un poids moral et opère en suivant une démarche rigoureuse dans l’établissement des faits dans un respect strict des normes juridiques internationales. Le tRP se base sur un précédent, le tribunal Russel sur le Vietnam, qui en 1967, à l’initiative du scientifique Bertrand Russel, condamna les Etats-Unis pour leur action au Vietnam et dans lequel Jean-Paul Sartre siégea. Les quatre sessions du tRP (Barcelone et Londres en 2010, Le Cap 2011 et new york 2012) ont permis d’établir les responsabilités et les complicités des états, des entreprises et des institutions internationales dans la poursuite de l’occupation des territoires palestiniens et dans la perpétuation des violations du droit international commises par Israël. 26 RECoMMAnDAtIonS PoUR MEttRE FIn A L’IMPUnItE D’ISRAËL Un jury, composé notamment de Roger waters (membres des Pink Floyd) ou de Angela Davis (figure historique du mouvement pour les droits civiques des noirs aux Etats-Unis) mais aussi de juristes aguerris ont adopté 26 recommandations pour de futures actions. Cette session a également été l’occasion de rendre hommage à Stéphane hessel, parrain de cette initiative qui a constitué son dernier combat et dont il n’aura malheureusement pas vu les conclusions. C’est Angela Davis (voir interview ci-contre), qui a prononcé les conclusions devant une salle pleine à craquer. Il s’agit de dénoncer ce régime comparable à celui mis en place lorsque l’apartheid était en vigueur en Afrique du Sud et de permettre de faire pression sur l’Etat d’Israël. Invitation à la Palestine à saisir la Cour Pénale Internationale, suspension des accords d’association UE-Israël, fin des importations de produits provenant de colonies israéliennes dans les territoires occupés, reconstitution d’un Comité spécial contre l’apartheid au sein des nations-Unies visant à mettre en cause les pratiques d’Israël envers les Palestiniens. Israël a été déclaré coupable de sociocide c’est-àdire de « destruction de la capacité d’une société à se maintenir dans le temps, et cela par la destruction de ses structures politiques et sociales, mais aussi par la destruction des éléments matériels et immatériels constitutifs de son identité partagée ». ont été pointées les maintes complicités de multinationales, de l’Union européenne ou des Etats-Unis et des faiblesses des nations-unies dans leur action à établir plus de justice et suivre leurs propres résolutions. Si les autorités israéliennes ont rejeté ces conclusions comme nulles et non avenues car émanant d’un organisme sans poids légal, nul doute que le poids symbolique peut peser dans la balance comme ont pu dans le passé jouer les multiples condamnations morales de l’apartheid en Afrique du Sud. La capacité de sanctionner et de mettre un terme aux violations du droit international à l’encontre du peuple palestinien et aux complicités établies par le tribunal au niveau international, repose à présent sur la capacité des mouvements citoyens dans le monde à reprendre les conclusions du tribunal pour exercer les pressions nécessaires sur les gouvernements, les parlements et les entreprises afin qu’ils changent radicalement leurs politiques et leurs pratiques. L’ensemble de conclusions et recommandations du tRP sont disponible sur le site www.russelltribunalonpalestine.com 24 Aurélien Ber thier AnGELA DAVIS : IntERVIEw Véronique Vercheval Pourquoi êtes-vous à Bruxelles aujourd’hui ? Je viens participer à la session finale du tribunal Russel sur la Palestine. on prépare à présent toutes les preuves et éléments que nous avons collectés durant les quatre sessions du tribunal et on réfléchit à comment utiliser ces éléments de la manière la plus efficace possible pour permettre un mouvement durable en soutien à la liberté en Palestine. En quoi cela correspond-il à des combats que vous avez menés jusqu’ici ? Je suis impliquée dans le mouvement de solidarité à l’égard du peuple palestinien depuis plus de 40 ans. C’est quelque chose de très présent dans mon cœur. Je pense qu’il y a d’importants parallèles que l’on pourrait dresser entre la campagne historique pour les libertés menée par les noirs aux Etats-Unis et la lutte actuelle du peuple palestinien contre le régime raciste d’apartheid de l’Etat d’Israël. Quel est le meilleur moyen d’obtenir une Palestine indépendante selon vous ? notre rôle, pour nous qui ne sommes pas palestiniens, est de suivre ce que nous indiquera le peuple palestinien. Ils décideront pour euxmêmes de la manière dont ils envisagent l’aboutissement de leurs luttes. Ceux d’entre nous qui sont engagés dans ces mouvements de solidarité tout autour du monde doivent faire en sorte que soit maintenue une attention constante sur ce régime d’apartheid de l’Etat d’Israël, sur le fait qu’Israël continue de commettre des crimes internationaux, des crimes contre l’humanité, contre le peuple palestinien. nous espérons que le résultat de ces luttes profitera non seulement au peuple palestinien mais aussi à tous les peuples tout autour du monde. (Propos recueillis par SB et AB)
CC By 2.0 par Smecky Si les sectes continuent de prospér er en Belgique, une loi sur l’abus de faiblesse a été votée en décembr e 2012 au Par lement fédér al à l’initiative de André Frédéric. Ce député fédér al (PS) et auteur de « Broyeur s de conscience, L’évolution du phénomène sectair e en Belgique » a également présidé un gr oupe de tr avail visant à évaluer l’impact de ces mouvements dans notre pays et fondé Aviso, une asbld’aide aux victimes. Il r evient dans cet entretien sur les der nières évolutions de ces or ganisations et sur la nécessité de combattr e toutes les dér ives sect air es, d’où qu’elles viennent. Quelles évolutions récentes notez-vous en ce qui concer ne les sectes agissant en Belgique ? Il serait d’abord opportun de repréciser ce que l’on considère comme secte dans notre pays. La définition légale est la suivante : « tout groupement à vocation philosophique ou religieuse ou se prétendant tel, qui, dans son organisation ou sa pratique, se livre à des activités illégales, dommageables, nuit aux individus, ou à la société, ou porte atteinte à la dignité humaine ». Du point de vue quantitatif, on sait que la commission parlementaire mise en œuvre en 1996 suite aux suicides collectifs de l’ordre du temple solaire, avait auditionné 189 organisations qui selon les parlementaires posaient à tout le moins question. Dans la foulée de leur rapport, l’Etat a créé un observatoire des sectes particulièrement efficace, dénommé CIAoSn (Centre d’avis et d’information sur les organisations sectaires nuisibles). Cet outil remarquable recueille des questions de personnes privées mais aussi d’institutions publiques qui s’interrogent sur les pratiques de tel ou tel groupement. on peut considérer qu’en un peu plus de 10 ans ces questions ont porté sur plus ou moins 800 nouveaux groupements ou pratiques sectaires qui peuvent concerner de grands groupes mais aussi des pseudo-thérapeutes individuels. Cela ne veut évidemment pas dire qu’il y a 800 nouvelles sectes en Belgique, mais cela indique clairement, qu’à tout le moins, ces pratiques sont en recrudescence. Et avec la crise ça ne s’arrange pas. Et d’un point de vue qualitatif ? D’un point de vue qualitatif, on constate aussi une forte diversification des objectifs et des pratiques. Si durant de nombreuses décennies, notre éducation commune judéo-chrétienne était un terreau fertile pour les sectes apocalyptiques (en résumé : la fin du monde arrive, les bons auront le paradis éternel sur terre et les méchants iront en enfer…), il faut bien constater qu’à l’aube du troisième millénaire, ces convictions religieuses traditionnelles s’étiolent et qu’il fallait pour ces gourous de tout poil de nouveaux champs d’action. Ces gourous ne sont plus toujours affublés de grandes capes dorées et de couronnes, mais ont parfois le profil de jeunes cadres dynamiques, col et cravate, ou de pseudo-spécialistes en blouse de médecin… ce sont les secteurs de la formation professionnelle, du développement personnel, de l’aide humanitaire, ou encore de la jeunesse, qui sont les objectifs majeurs. Une autre tendance qui interpelle, c’est la prolifération d’églises néo-pentecôtistes d’origine africaine qui pose aujourd’hui partout dans notre pays un réel problème de vie sociale et de manipulations de groupes. Ce qui m’effraie le plus aujourd’hui, c’est encore le développement pernicieux de pratiques sectaires dans le domaine de la santé. Dans le même temps, comment concilier la liber té des cultes avec la lutte contre la manipulation des consciences ? *00 25 Je suis pour le respect intégral de l’article 19 de la constitution qui garantit à chacun la liberté de conviction et de religion. Chacun peut aller à sa guise payer cher pour se faire passer la lumière avec une musique orientale en toile de fond, un bouddha en décoration et quelques incantations… si ça lui fait du bien ! Je m’opposerai toujours en revanche à toutes pratiques qui fassent en sorte, par exemple, qu’une personne atteinte d’un cancer du sein abandonne sa chimio pour aller se faire passer la lumière, c’est dramatique ! C’est un réel problème de santé publique ! En quoi consiste la loi sur l’abus de faiblesse votée en décembr e der nier dont vous êtes l’un des auteur s ? J’ai déposé en 2007 une proposition de loi prévoyant d’ériger en infraction la déstabilisation mentale des personnes et l’abus de situation de faiblesse des personnes. Après de longs débats, ma loi a été votée et est parue au moniteur, et est donc pleinement active. Elle permet à chaque individu qui estime avoir été abusé dans un moment de faiblesse et avoir été amené à poser des actes qu’il n’aurait pas commis dans son état normal de porter plainte contre les personnes ou les organisations et le cas échéant d’obtenir réparation. Propos recueillis par A urélien Ber thier CIAoSn (Centre d’avis et d’information sur les organisations sectaires nuisibles). www.ciaosn.be AVISo www.aviso-asbl.be Retrouvez cette inter view en ver sion longue sur www.agir par laculture.be sectes LUTTER CONTRE LES MACHINES à BROYER LES CONSCIENCES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :