Agir Par la Culture n°31 jui/aoû/sep 2012
Agir Par la Culture n°31 jui/aoû/sep 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de jui/aoû/sep 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : dossier spécial... de chair et d'acier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
côté nord the kids : la pUnK attitUde Ludo ludo Marfimao➢ Mariman, le le chanteur-compositeur anversois du groupe « The « the Kids » a été une figure importante de la scène bo0go=fOuok belgo-punk en en 1976. 1976° Chansons engagées, provocatrices sur fond de crise d à l'emploi l’emploi furent un répertoire précieux pour les les efNloo « no future » de de l’époque. l'époque Décibels décibels et pogodance voyageaient allègrement dans les endroits branchés de Bruxelles, Liège, liège, Charleroi sans oublier la la Flandre. Flandroa depuis Depuis 1996, le le groupe s’est s'est recomposé et redécouvre le plaisir de jouer ensemble de Net new-York =York A à Tokyoo tokyo. Ludo ludo 46 âgé de 57 57 ans aujourd'hui aujourd’hui n'a n’a rien perdu de de son enthousiasme et et de de son punoho punch. Ren000troo rencontre. où et comment avez-vous démarré dans la musique ? A 18 ans, j’étais à l’armée et je caressais l’espoir de devenir un grand footballeur. Mais un soir, j’ai vu des militaires qui jouaient de la guitare et l’envie m’est venue. dès que j’ai su jouer trois cordes, je me suis mis tout de suite à composer des mélodies. Je me rendais souvent à londres pour voir des concerts. J’y ai vu les débuts du punk-rock, en 76. Je n’avais jamais vu ça ailleurs, c’était très simple mais énergique. en 1976, j’avais 22 ans nous formions un groupe. très vite, nous nous sommes produits en concert, on jouait des reprises des ramones et quelques compos. nous jouions en première partie de Patti Smith ou the Buzzcocks. notre bassiste avait tout juste 12 ans, il était hyper doué. Son jeune âge nous posait des problèmes, on ne voulait pas le laisser rentrer sur les lieux de concert, on ne croyait pas qu’il faisait partie du groupe… nos messages n’étaient pas politique, c’était simplement rendre compte de l’establishment, de dénoncer la crise… Ces sujets sont toujours d’actualité. Aujourd’hui la crise à l’emploi est toujours bien présente. en 1978, nous chantions « i wanna get a job in the city ». Pas de futur, un univers bouché, le chômage grimpe encore : nous en sommes encore là ! Quels étaient vos rapports avec le public ? en général, ils étaient très étonnés. À l’époque, la plupart des groupes jouaient du blues et portaient des cheveux longs. leurs morceaux étaient généralement d’une longueur extrême. Après 5 ou 6 concerts, nous sommes très vite passés à l’enregistrement, en 1976 et en 1978 nous avons signé chez Philips. ensuite tout s’est emballé rapidement. nous jouions souvent en Wallonie, plus qu’en Flandre d’ailleurs. A Charleroi et liège, le punk était bien accueilli, dans des villes à caractère social et ouvrier comme celles-là, quoi de plus normal. en Allemagne de l’est ou de l’ouest, ce n’était pas tout à fait pareil, c’était beaucoup plus fanatique. J’ai joué avec Plastic Bertrand et Chelsea, un groupe anglais. dans les années qui suivirent je suis resté punk. dans les années 80, j’étais une vedette, on me disait génial. Par la suite entre 1986 et 1996, ce fut la chute. J’ai joué en solo, des années galères. A new York, nous avons réalisé un dVd, les jeunes de 18 à 20 ans pour la plupart connaissent toutes nos chansons. C’est déjà la troisième génération successive. en Flandre, notre public reste jeune et personnellement je trouve que c’est important. Cela me rassure de savoir que je ne joue pas que pour des nostalgiques, les jeunes apprécient notre musique. on redécouvre toujours the Kids. Qu’est ce que tu penses des punks à l’heure actuelle ? il y a toujours une place pour les punks. quand il y a des crises, il y a des gens qui n’ont pas la possibilité de s’élever, il existe toujours des gens qui veulent changer, et suivre une autre voie. il y a toujours des gens qui veulent vivre d’une autre manière. Moi par exemple, je ne suis pas matérialiste, je ne veux pas une jaguar, ni une rolex. Si tu désires ces objets de luxe, il faut travailler pour les obtenir. Moi, je travaille pour jouer de la musique, c’est la chose la plus importante qui soit. nous sommes peut-être le seul groupe flamand qui ne s’est jamais produit sur la scène du Werchter par choix. Ce serait trop l’engrenage du star system à notre goût ! 8 the Kids se sont reformés en 1996 ? des Parisiens s’intéressaient à nous. ils avaient grandis avec la musique punk et souhaitaient que nous enregistrions aux etats-unis, des contacts avaient été pris. J’ai alors retrouvé des morceaux du premier album, il y en avait 13, et un dVd d’un concert de 78, ils ont tout de suite étaient emballés. nous nous sommes reformés à 4, et nous avons signé un contrat d’un an pour partir en tournée. nous avons dû chercher un autre bassiste, celui de l’époque ne pouvait plus assurer les tournées. nous avons refondé le groupe avec le batteur du groupe belge « the Scabs ». Maintenant cela fait 16 ans que nous continuons à nous produire sur tous les continents. Quels sont tes futurs projets ? Mon but est de continuer à jouer, beaucoup de concerts prévus, l’agenda est rempli pour toute l’année, pas moins de 30 concerts. Pour ma part, l’important c’est d’avoir un groupe, de s‘amuser, je ne suis pas un oiseau que l’on enferme dans une cage dorée ! tu as 57 ans aujourd’hui, tout va donc pour le mieux ? oui, j’ai tout ce que je veux. Ma femme va avoir un bébé en décembre… le bonheur. Je me suis toujours amusé dans la vie et de la vie ! Propos recueillis par sabine Beaucamp dVd : the Kids, « live in new-York », 2004, ghost records Andre delier
de cHair et d’aCier Histoire de la sidérurgie et redéploiement économique en Wallonie Alors que l’actualité nous rattrape (à l’heure où nous mettons sous presse, il semble que la décision de fermer la phase à froid liégeoise soit en passe d’être prise), Présence et Action Culturelles-liège présente une exposition consacrée à la sidérurgie wallonne, et à son hypothétique avenir… Cette expo sera accessible au MAMAC de liège du 9 octobre jusqu’au 3 novembre 2012, à Charleroi en avril 2013 et parcourra également toute la Wallonie et Bruxelles. Ce dossier la complète et lui sert de livret. Julie richel, historienne et conseillère scientifique de l’exposition, revient sur les grandes étapes du travail du fer jusqu’aux premières restructurations du secteur. Serge Smal analyse les pistes de reconversion 9 possible. José Verdin, conseiller auprès des métallos liégeois se positionne contre tout fatalisme et revient sur la proposition syndicale alternative pour le site de liège. le témoignage de giuseppe Amella, ancien fondeur puis chef d’équipe aux Forges de Clabeq rend compte des réalités des travailleurs tandis que les paroles entrecroisées des Sacchi père et fils, respectivement ancien cadre de la Fafer et fondateur du rockerill, installé dans l’ancienne usine de la Providence à Charleroi, illustrent les possibilités de reconversion par la culture. Culture également avec le théâtre engagé du Collectif Mensuel qui a adapté le roman de nicolas Ancion, « l’homme qui valait 35 milliards », qui raconte l’enlèvement de lashkmi Mittal par un commando artistico-sidérurgique. dossier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :