Agir Par la Culture n°31 jui/aoû/sep 2012
Agir Par la Culture n°31 jui/aoû/sep 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de jui/aoû/sep 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : dossier spécial... de chair et d'acier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
l’air du temps aiMaBle Je ne sais pas pourquoi, déjà gamin j’aimais entendre Myriam Makeba chanter Pata pata. Je ne comprenais rien à ce qu’elle racontait, sauf que c’était le nom d’une danse, et qu’elle venait d’Afrique du Sud. Ce 45 tours date de 1973, dans la série chouchou (j’en vois qui rigolent). la belle dame n’est plus. elle n’aura pas vu les 36 mineurs tués par la police le mois dernier. notez, je me demande si elle avait son statut d’artiste, moi, cette, comment vous dites ? Chanteuse ? C’est un métier ça ? Bon, ça n’a rien à voir mais en 19…, ah ben tiens, il n’y a pas de dates, albert Dopagne enregistrait pour la Cger (demandez à un guichetier de Fortis, là où il y en encore, ce que c’était) un 33 tours au format 45 intitulé Belgicismes. C’est Suzanne Philippe (professeure au conservatoire nous dit-on) qui interprétait. elle avait trouvé la parade, Suzanne ; être professeure. Parce que uniquement comédienne, l’onem vous le dira, ce n’est pas un métier. en 1961, rocco Granata (dont le père était venu travailler dans les mines belges) chantait, au festival de San remo, Carolina, dai. une merveille, de toute beauté, un bijou, non mais sans blague. il habite en Belgique aujourd’hui, et son tube de 1959, Marina, s’est vendu à des millions d’exemplaires. C’est vrai que s’il n’avait pas eu ce succès, ce serait peut-être un chanteur pensionné qui aurait passé sa vie à courir les cachets et à éviter les contrôles onem. Comme quand j’écoute tohama, avec Jacques say et son orchestre, chanter tchi-tchi-ou-tchi (c’est entre Suzy Solidor et lys Assia, pour vous situer…), je ne peux pas m’empêcher de me demander si tohama, si Jacques Say, si tout l’orchestre avait son « statut d’artiste » (entendez, statut de rien du tout) et si l’onem était venu leur reprocher de ne pas chercher du travail (on a pas dit trouver, on a dit chercher). J’avance un peu, j’extrapole, c’est mon job après tout. Puisque les artistes sont nuisibles, pourquoi ne pas les renvoyer chez eux, comme les illégaux ? Ça demande cinq minutes de courage politique, bordel, ce n’est quand même pas compliqué. qui a demandé : c’est où chez eux ? Mais on s’en fout, répond l’onem, tant qu’ils ne sont pas dans nos statistiques. "LE TANGO DES FAUVETTES" SPECIAL (Reiiicaffs chcatei) AIMABLE, son accordéon et son orgue UN VIOLON DANS LA NUIT LE TANGO DES FAUVETTES, tango -, tango J'AIME TES GRANDS YEUX, tango - LE CHALAND QUI PASSE, tango Alors moi, pauvre quidam chroniqueur trimestriel bénévole, je finis par penser qu’il n’y a pas de fumée sans feu et qu’ils ont raison, à l’onem : artiste = profiteur fainéant parasite. donc, dès demain, ouste, fini les artistes, dehors, du vent, du balai ! Après tout, on peut très bien se passer de musiques à la radio, de films dans les cinémas, de Cd dans les bacs, d’auteurs, de comédiens, de régisseurs, de costumiers, de scénographes, de dramaturges dans les théâtres, de livres dans les librairies, de tableaux dans les galeries, de scénaristes et de dessinateurs dans les Bd et les livres pour enfants, d’un peu tout ça dans les séries télés, des humoristes, des dessinateurs politiques dans les journaux, des circassiens, des illuminés, des poètes, des visionnaires, des, des quoi au fait, même s’ils sont peu à se revendiquer de ce nom-là, de ce milieu-là dont, souvent, ils font tout pour n’en être plus ; des travailleurs, voilà, les artistes sont des travailleurs justement pas comme les autres et tellement semblables aux autres, à la fin du mois, quand 26 DANSE 0 s oue. _voguse EPS 1295 il faut passer ses rêves dans l’écran vert d’un distributeur de billets de banque. on a obtenu la différence culturelle à l’europe, la tax shelter, tellement enviée à l’étranger, en Belgique, et quoi pour les travailleurs de ces outils-là ? rien, des miettes emportées depuis longtemps par le vent du tout à l’économique. Allez, je reprends une antienne, même si je mélange des pommes et des poires ; on engage combien de travailleurs de la culture avec le prix d’un tank ou d’un avion de chasse qui s’écrasera de toute manière dans un champ ? Voilà, c’est toujours la même chose ; au début c’est drôle et puis il faut que ça dérape. Je voulais seulement vous parler d’aimable, son accordéon et son orgue jouer J’aime tes grands yeux et le chaland qui passe. Ceci dit, aimable cherche des preuves de recherche d’emploi ; il a bientôt un contrôle onem… Daniel adam
La FinanCe Pour Les nuLs Les paradis fiscaux, enquête sur les ravages de la finance néolibérale - nicholas Shaxson - André Versaille editeur, 2012 « Paradis fiscal », « évasion fiscale », « montage financier », « sociétéécran », « placement offshore » : on sait que c’est important, qu’il faut lutter contre ce trou noir de l’univers de la finance mais… le sujet semble tellement technique, austère et réservé à des pros en compta qu’on s’y penche finalement peu. C’est tout l’intérêt de ce livre-enquête écrit par le journaliste financier anglais nicholas Shaxson, peu suspect de bolchévisme (il écrit pour le Financial times et the economist). il se lit comme un roman, à l’instar des bouquins de denis robert qui avait décrit les arcanes du système Clearstream. il met noms et visages à des pratiques clandestines, légales ou non, mais autant immorales que dommageables pour 99% de la population. dans cette histoire de la mise en place des paradis fiscaux et de leur actualité, l’auteur montre comment a succédé à la colonisation un système néocolonial via la finance qui rend tout aussi friable la notion de souveraineté dans des pays comme les Bermudes ou l’île de Jersey. il fait des liens entre les crises d’antan et celles que l’on connaît aujourd’hui. il décode le système bancaire et montre comment les moyens publics de lutte qui subsistent ou tente d’émerger sont dérisoires face à ces montages entremêlés, protégés par des législations peu regardantes. Y compris aux etats-unis ou chez nous, en Belgique et surtout au luxembourg, au royaumeuni et en Suisse. les paradis fiscaux ne se limitent pas à une poignée d’îles exotiques qui recyclent une petite portion d’argent sale : ils sont une des composantes essentielles de l’économie actuelle. en ne se limitant pas aux aventures financières, il met aussi en avant les facteurs sociaux qui ont été nécessaires à l’instauration de ce système (par exemple, comment la propagande des néoconservateurs a pu faire devenir du secret fiscal un symbole liberté et de rébellion contre un etat tout-puissant). Cette dynamique que rien ne semble pouvoir entraver rend pessimiste : les pays offshore qui pratiquent le secret bancaire sont en concurrence entre eux, chaque fois que l’un d’eux ajuste ses lois pour plus de secret, les autres lui emboitent le pas. le système ne fait que se renforcer, les inégalités se creusent et l’oligarchie assoit ses privilèges et richesses de manière éhontée. Ce livre ne fait pas mentir la célèbre citation d’Henry Ford : « il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. ». Sa lecture met en colère et donne envie de pousser à une très forte réglementation du secteur (comme elle a pu exister, rien n’est impossible) seule à même d’enrayer cette folle machine. (AB) - www.andreversailleediteur.com BD OWL olympe de Gouges - Catel et Bocquet - Casterman, 2012 Fresque historique et quasi saga, ce pavé de plus de 400 pages est un roman graphique qui retrace la vie et le combat pré-féministe d’olympe de gouges, figure humaniste de la fin du 18 ème siècle. Cette activiste, femme politique et lettrée, dramaturge écrira en 1789 les droits de la femme et de la Citoyenne, militant alors pour l’égalité homme-femme bien peu prise en compte par les Sans-culottes. elle s‘illustre également par son combat contre l’esclavage des noirs, là-encore pas forcément une position unanime chez tous les révolutionnaires. Participant à l’instauration du divorce, elle vivra elle-même toute sa vie dans une union libre. le récit en Bd est toutefois peu digeste et s’éparpille dans une galerie de personnages heureusement repris dans une riche annexe de 80 pages comprenant bibliographie et notice biographique des protagonistes de cette longue aventure. (AB) Les Maisons du Peuple entre militantisme et loisirs MeMoire ouVriere Les Maisons du Peuple, entre militantisme et loisirs tatiana Willems et renaud Zeebroek (Sous la direction de) - Fédération Wallonie-Bruxelles, 2012 recueil de plusieurs textes fouillés, cet ouvrage permet d’appréhender la place qu’occupe la Maison du Peuple en tant que symbole du mouvement socialiste belge dans l’imaginaire collectif. Mais concrètement, comment cela se passait ? que s’y passait-il ? Comment s’or-ganisait la vie ? quelles dynamiques sociologiques étaient à l’œuvre durant les heures de gloires de ces « petit univers socialistes » mais aussi leur déclin dans la seconde moitié du 20ème siècle ? Fruit notamment d’un recueil de récits de vie quotidienne dans les Maisons du peuple consultables en ligne. Plusieurs chercheurs et acteurs de terrain s’attachent à ces questions et y répondent dans toutes leurs dimensions en s’arrêtant notamment sur les méthodes de récoltes de sources précieuses que sont les entretiens. Avec des contributions entre autres Jean-luc degée, Hendrik defoort, Jean Moors 27 ou encore Jean-Pierre ducastelle. (AB) www.patrimoineculturel.cfwb.be www.memoire-orale.be reVue ABUS SkXUELS DANS LEGLISE François Hollande Edgar Morin Dialogue sur la politique, la gauche et la case HOLLANDE - MORIN découvertes soLDes/Fin de série almanach - n°2, 2012 - la Cinquième couche/Art-Kiosque 172 pages garanties sans pub, cette belle revue annuelle format 32 x 27 « donne la parole aux sages et aux fous ». A charge du lecteur de déterminer qui est qui. Franco-belge, elle est éditée par la Cinquième couche à Bruxelles et Art-Kiosque à Paris. C’est une renaissance après plusieurs occurrences durant la fin des années 70. Humour, politique, agit-prop, curiosités, étonnements sont au programme. un large entretien avec Bernard Stiegler, un cahier panafricain de 24 pages, plusieurs articles et récits sur le végétarisme, le rapport réel/virtuel, le futur de la nourriture, l a communication homme-plante… des récits sous toutes leurs formes, nouvelles, Bd, textes mêlés à des photos, peintures et autres trouvailles graphiques. il faudra bien un an pour lire et digérer tout ça. Vivement l’année prochaine…(AB) www.almanach-soldes.net Droit abus sexuels dans l’église, Paroles libérées - Karine lalieux (Avec la collaboration d’evelyne guzy)- editions luc Pire, 2012 emouvant et pudique témoignage que celui de Karine lalieux, députée fédérale PS et Présidente de la Commission parlementaire spéciale sur les abus sexuels, mise en œuvre par la Chambre. une écoute attentive des victimes, un combat pugnace pour la laïcité, des propositions concrètes, votées à la quasi unanimité, pour répondre à ce scandale humanitaire qu’a été l’inadmissible répétition d’abus sexuels commis pendant des décennies par des prêtres catholiques. (lC) PoLitiQue François hollande, edgar Morin, Dialogue sur la politique, la gauche et la crise, entretien réalisé par nicolas truong - le Monde/l’Aube, 2012. un tout petit ouvrage pour un dialogue de très haute tenue entre un intellectuel, edgar Morin et le Président de la république, François Hollande. (JC)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :