Agir Par la Culture n°30 avr/mai/jun 2012
Agir Par la Culture n°30 avr/mai/jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de avr/mai/jun 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 40,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... cultures ouvrieres, culture de lutte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
côté nord SIOEN. SONGWRITER ET PIANISTE GANTOIS Frederik Sioen est un jeune chanteur gantois, compositeur-inter prète de 32 ans. En février der nier, il sor tait son quatrième album « Sioen. ». Un album très réussi qui risque for t de le propulser sur le devant de la scène belge notamment dans la par tie sud de notre pays où il reste encore peu connu. Rencontre avec un garçon très sympathique et ouver t d’esprit. Tu viens de sor tir ton quatrième album et pour tant il me semble que tu r estes peu connu dans la par tie fr ancophone du pays. Peux-tu nous r aconter ton parcour s musical ? Mon parcours a débuté très tôt, mon père était professeur de musique. Il m’a poussé dans cette direction. J’ai joué de la flûte traversière, puis de la flûte classique pendant 11 ans. à l’âge de 16 ans, j’ai commencé à écouter de grands artistes, j’ai ensuite rejoint un groupe de rock dans lequel j’ai chanté et composé des mélodies sur mon piano. Je me suis produit en concert pour la première fois en 2000, aujourd’hui voilà déjà 12 ans que Sioen l’artiste existe. à l’instar de beaucoup d’artistes, j’ai eu la chance de jouer dans des festivals comme les Rockalies au Havre et j’ai fait énormément d’autres concerts avant la parution de mon 1er album. Essentiellement au nord du pays ? Oui. Et simplement en piano voix. J‘ai commencé à jouer partout où je pouvais, surtout à Gand où j’habite. Dans les bars, j’avais mon jour qui était programmé afin de me produire en live. Cela m’a permis de rencontrer mes premiers fans. Au début, on m’a dit de me produire au maximum et en priorité à Gand ou à Louvain car c’est là que la population estudiantine est la plus forte. Ce qui est encourageant avec un public comme les jeunes, c’est qu’ils achètent ta démo et l’écoute directement en rentrant chez eux. quand j’ai sorti l’album en 2003, il était déjà très attendu par le public, donc si je peux donner un conseil aux jeunes musiciens, ce serait de multiplier le plus possible le nombre de petits concerts afin d’acquérir de l’expérience et voir comment les gens accueillent votre musique. Pour moi, la musique doit avant tout toucher les gens. Je préfère être proche du public. C’est comme un art qui unit le public et la musique. Je ne veux pas créer des choses artificielles, mais de vraies émotions. Tu s embles un ar tis te en gagé cont re le r acisme notamment avec Ar no et Tom Bar man le chanteur de « Deus » et tu t’investis aussi dans des campagnes comme celles d’Oxfaminter national. quel type de message veux-tu f air e passer ? C‘est pour moi quelque chose qui va de pair avec le public, je m’identifie d’ailleurs à mes idoles de la musique comme Bob Dylan ou Bob Marley, des groupes et des artistes aux textes engagés. Personnellement, j’ai aussi eu une éducation très ouverte socialement parlant. Ainsi quand nous jouions en concerts, nous donnions une partie de nos bénéfices pour ce type de causes. J’ai d’autres projets avec Oxfamou Belgavox dans lesquels nous allons collaborer avec des musiciens africains. C’est là une belle occasion de découvrir une nouvelle culture. La musique n’a pas de frontières et c’est ce qui me plaît. La musique me donne l’alibi pour être un chanteur engagé. Entendre simplement mes morceaux diffusés sur les ondes, cela ne me suffit pas à me sentir utile. As-tu des contacts avec des ar tistes francophones ? J’ai fait la première partie de Girls in Hawaii. J’ai joué également avec Sharko à Paris et fait une tournée avec Puggy. Je connais ces artistes et j’essaie au maximum de les suivre mais ce n’est pas évident car 8 Dirk Leunis les médias sont divisés. On ressent toujours cette cassure linguistique. Je trouve que nous devons stimuler des échanges. Faire le contraire est stupide. Nous devrions bien au contraire nous soutenir davantage les uns les autres. C’est une façon de penser qui doit débuter très jeune, il faut favoriser les rapports mais je ne me fais pas de soucis car les jeunes d’aujourd’hui ont beaucoup d’énergie positive. Ton nouvel al bum s’inti tul e « S ioen ». Considèr es-tu que c’est ton album le plus abouti ? C’est l’album le plus représentatif de ce que je suis. Après ma collaboration avec les musiciens africains, j’ai eu une longue pause lors de laquelle j’ai pu réfléchir à ce que je voulais faire et dire. Je voulais parler de mon passage à la trentaine, de faire découvrir qui est vraiment Sioen. J’ai travaillé également avec d’autres artistes, c’était comme si je me regardais dans un miroir et je me suis comparé à eux pour mettre en avant mes faiblesses, mes qualités... Comme j’écris mes textes, j’ai voulu parler de moi sans me fourvoyer, je suis heureux car mes amis estiment que cet album est celui qui me ressemble le plus. Pr opos r ecueillis par Sabine Beaucamp Sioen sera en concert le 24/06/2012 au Eupen Musik Marathon (Eupen) et le 20/07/2012 au Boomtown (Gand) www.sioen.net Retrouvez cette interview en version longue sur www.agirparlaculture.be
dossier CULTURES OUVRIERES CULTURE EN LUTTE que ce soit dans les années 1970 ou le présent, la culture a par tie l iée av ec l es lu ttes soci ales comm e l e brosse l’historien Ludo Bettens qu’elle les ser ve ou qu’elle s’en ser ve. Peti t r etour en ar rière, au sein des c élèbr es groupes Medvedkine, une expérience d’éduc ation populair e où des cinéastes ont appris aux ouvrier s à fair e leur s pr opr es f ilms. A utr e exemple plus ac tu el de cette culture par, pour et avec les tr availleur s en lutte avec la pièce de la Compagnie maritime, « Royal Boch : Der nière défaïence », dont le spectacle per met tant le souvenir que la vigi lanc e et l’aler te sociale. Enfin, la l ittérature d’un auteur « ouvrier » comme Gér ard Mor dillat per met elle aussi de passer le message du mouvement social. Chiavetta



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :