Agir Par la Culture n°30 avr/mai/jun 2012
Agir Par la Culture n°30 avr/mai/jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de avr/mai/jun 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 40,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... cultures ouvrieres, culture de lutte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
découvertes rSNIII 11411/0.111r POLITIq UE Êtr e radical Man uel pr agmati que pour r adicaux réalistes Saul Alinsky Aden, 2012 Attention, dynamite totale à l’usage de l’ensemble des militants qui s ou h ai t en t « changer le monde et le faire passer de ce qu’il est à ce qu’ils croient qu’il devrait être ». Son auteur c’est Saul Alinsky, « community organizer » américain formé à l’école de sociologie de Chicago, proche des milieux catholiques progressistes, radical encore évoqué et craint par les républicains plus de 30 ans après sa mort ! « Être radical » développe, contre toute résignation, les pistes possibles pour organiser des populations, prendre le pouvoir et le donner au peuple. On est là pour gagner des combats sociaux intenses et on va y arriver par des tactiques diverses de guérilla politique et médiatique. Le livre est basé sur une expérience de terrain multiple réalisée avec succès pour améliorer le sort des habitants des quartiers pauvres afro-américain, lutter contre la ségrégation raciale ou syndiquer les travailleurs. De nombreux exemples créatifs et inspirants d’actions directes non-violentes émaillent les principes de la lutte tel le piss-in (l’occupation en continu des toilettes d’un aéroport) ou encore, l’idée de saturer d’achats un magasin aux politiques d’embauches racistes puis de faire annuler ces ventes le jour suivant (technique plus efficace qu’un boycott). Frivoles ? Et pourtant, ça a marché ! La simple menace d’exécution de ces plans a fait reculer les puissants et permis la mise en place de progrès significatifs ! Longtemps resté confidentiel, ce Prince de Machiavel mais à l’usage des pauvres est enfin réédité par Aden. Au temps des Indignés, Anonymous, Occupy Wall Street, et autres fronts du peuple, cet ouvrage est précieux car il replace très concrètement le sens de la lutte, les objectifs de prise de pouvoir, dans un cadre conflictuel assumé (car la démocratie est un rapport de forces antagoniste, une « harmonie des dissonances »). Il développe méthodes, qualités requises et programmes pour être un « organisateur de masse » efficace. L’inventivité, l’adaptation totale aux gens, à leurs représentations et à l’environnement, la sérendipité, l’humour, la ruse, la psychologie, le bluff, la sortie des cadres habituels d’action et de pensée (pour soi et pour les autres) pour capter l’attention, construire des tactiques efficaces et enthousiasmantes avec un groupe et provoquer le changement. Tout animateur « socioculturel » devrait jeter un œil à cet ouvrage car c’est bel et bien de leur métier dont il est question ici, en tout cas pour ceux qui estiment qu’il y a un sens politique à leur action. (AB) www.aden. be Au-delà des frontièr es Jean-Marie Delizée éditions Couleur livres, 2012 L’auteur Jean- Marc Delizée, tour à tour Député, secrétaire d’état à la lutte contre la pauvreté, puis aux Affaires sociales, chargé des Personnes handicapées jusqu’il y a peu, nous fait partager des tranches de vie personnelle, politique sur le terrain en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles. De Viroinval, là où il s’est installé, plus précisément à Oignies, appelée tristement « Village des veuves » en référence aux nombreux travailleurs atteints de silicose, jusqu’à Anvers, il nous raconte son engagement social, le véritable fil rouge de toutes les actions qu’il a menées au gré de ses expériences politiques. Ce qui l’anime par-dessus tout c’est la force de dialogue, les rencontres avec les gens et la diversité de la vie associative. L’ancien secrétaire d’état livre un rapport très personnel avec la langue néerlandaise dont il est amoureux. En tant qu’homme politique wallon il consacre une partie importante de son ouvrage au nationalisme flamand et marque son intérêt pour la Volksunie. Par ailleurs, son dialogue, son empathie et sa volonté peuvent franchir de nombreuses frontières tant géographiques, que physiques ou morales. Il nous présente un autre regard sur le handicap mental en narrant sa rencontre avec Yassine atteint d’un autisme sévère. Il parle de la Wallonie et de son « miroir vagabond ». Il explique que ses premières visites en 2008 se sont orientées vers Charleroi : Caterpillar, Glaverbel, Duferco-Carsid, Mestdagh. Puis la région liégeoise, la rencontre avec un homme qui incarne l’action sociale : Claude Emonts, président du CPAS depuis 1995. Ensuite, la région luxembourgeoise et son acteur incontournable « Le Miroir vagabond » dont l’ardeur de Christine Mahy, 28 la cheville ouvrière de cette ASBL, en fait une personne-ressource dans tous les sens du terme. Ce livre témoigne de la force d’un engagement social profond que Jean-Marie Delizée a observé durant son parcours au sein de la politique fédérale belge. (Sabine Beaucamp) PHILO Jeunesse du sacré Régis Debray Gallimard, 2012. REDIS DEBRAY Jeunesse du sacré La langue est superbe. Comme l’iconographie : Gainsbourg qui brûle un billet en direct ou le Journal de Claire Chazal côtoient le Saint-Sépulcre et le complexe de Gengis Khan. Pétain et Staline. Un cœur soufi et les chants de la Révolution culturelle. Un palais de justice et le dieu Ganesh. John Lennon et Guy Môquet. Le livre de Régis Debray consacré à la permanence du sacré se veut interpellant. Il s’ouvre sur la récusation de trois lieux communs : sacré n’est pas divin, ni inactuel, ni exotique. Et il se conclut avec des munitions pour la route : ne pas adorer, ne pas vitupérer, avouer nos banalités, tout permettre sauf la contrainte… Ce magnifique ouvrage illustre les thèmes désormais classiques de l’ancien compagnon du Che, expert en médiologie : le sacré est partout et constitutif de toute communauté humaine. Impossible d’échapper au fameux principe d’incomplétude, métaphore mathématique, que ce soit sous la forme de dieux, de Dieu, d’une entité, d’un texte, d’un lieu, d’un chef. Surtout en ces temps de sécularisation en surface et de laïcité consensuelle. Outre le plaisir du texte et le choix judicieux des photos, ce livre possède une vertu de plus en plus rare. Il fait réfléchir en interrogeant nos référents, même et surtout les plus immanents. à mettre au programme de nos établissements scolaires pour aiguiser l’esprit critique si rare en ces temps consensuels. (JC) L’individu qui vient… après le libér alisme Dany-Robert Dufour Denoël, 2012 Déjà, le « Divin marché, la révolution culturelle libérale » de Dany-Robert Dufour m’avait enthousiasmé en 2007. Le philosophe y passait au crible de son analyse critique l’école, le langage, l’art, la loi ou l’inconscient. Il y manquait le rapport à la nature. Dans son dernier livre, Dany-Robert Dufour, non
Dany-RobertDUFOUR L'individu qui vient après le libéralisme DENOËL Michel Onfrny r L'ORDRE LIBERTAIRE La vie philosophique d'Albert Camus Flammarion seulement prend en pleine considération la catastrophe écologique annoncée, mais nous propose des pistes pour un individualisme post-libéral. Comment, en effet, penser un projet pour l’homme non seulement après les séismes du nazisme et du stalinisme et après les ravages de l’ultralibéralisme avec son individu égo-grégaire, narcissique et consommateur ? En postulant des axiomes de survie : la création de conservatoires dans tous les domaines détruits par le marché, en recréant une école de la transmission des savoirs, en favorisant un individualisme sympathique et en réinventant une instance politique de délibération. Il s’appuie sur la tradition philosophique, de Platon à Kant, de Marx à Castoriadis, de Rousseau à Lacan, pour nous proposer un individualisme associatif, un moi commun, inscrit dans un état, corps moral et affectif. Salutaire et profond face à l’inanité dominante et caricaturale des débats individu versus collectif. (JC) L’ordr e l iber taire, La vie ph ilosophique d’Alber t Camus Michel Onfray Flammarion, 2012 Michel Onfray, à l’inverse de son essai contre Freud – « Le crépuscule d’une idole » – qui a suscité tant de polémiques nous offre un portrait p h i l o s o p h i qu e grandiose d’Albert Camus. Une recherche de la vie philosophique, celle qui peut justement changer la vie, à l’image de certaines écoles dans la Grèce antique où « être philosophe n’est pas écrire des livres de philosophie mais vivre en philosophe » selon l’expression de Pierre Hadot. Michel Onfray réhabilite les engagements de Camus pendant l’oppression nazie et sous les tourments de la décolonisation de l’Algérie. Camus est un penseur profond et non un « philosophe pour classes terminales » selon la formule trompeuse. « L’homme révolté » nous transmet encore aujourd’hui son potentiel de refus et de résistance face à toutes les aliénations. Un philosophe hédoniste, païen, anticolonialiste, pragmatique et nietzschéen. Un témoignage majeur dans le brouillard éthique et la tiédeur des engagements contemporains. (JC) http://mo. michelonfray.fr/VOYAGE Sur les tr aces de Pier r e Loti Le voyage en Ter r e Sainte d’un agnostique Serge Hustache éditions Couleur Livres, 2012 Pierre Loti Le voyage en Terre Sainte d'un agnostique 29 Serge Hustache, ancien Secrétaire général de PAC, aujourd’hui Député provincial à la Province de Hainaut, est un grand passionné de récits des écrivains voyageurs du 19 e siècle autant que par leurs formidables périples. Serge Hustache a souvent marché dans les pas de Nerval, Flaubert ou Lamartine, ses auteurs fétiches. à chaque fois, pourtant, c’est le fantôme de Pierre Loti, auteur mondain et hautain aux idées politiques terriblement éloignées des siennes, qu’il a trouvé sur sa route. C’est presque contraint que l’auteur a, au fil de ces rencontres incongrues, approché puis cerné davantage l’homme. Un homme, mal dans son siècle, en proie à une multitude de questionnements, un agnostique à la recherche de la foi. D’une page à l’autre, étape par étape, Pierre Loti, finalement, se découvre : une sensibilité exacerbée, une peur physique de la mort et une soif de connaître l’autre. Avec beaucoup de distance et de pudeur, Serge Hustache l’a suivi dans ce périple en Orient, un voyage à l’intérieur de lui-même, un passage de l’autre côté du miroir. Dans son introduction le professeur Christian Cannuyer tout en soulignant les ambiguïtés de Loti trouve que « l’auteur a réussi le pari de faire « revivre » pour son lecteur quelques pages remarquablement choisies de l’écrivain, confrontées à l’objectif contemporain. Il en ressort une démonstration éloquente : malgré ses obsessions égocentriques, le voyage de Loti en Palestine fut nourri de vrais regards, qui, aujourd’hui encore, donnent à qui veut bien en suivre les étapes, d’intenses moments d’émotion et de beauté. » (SB) I NFORMATION Jour nalisme : évolutions numériques et Alter natives Les Cahiers de l’éducation Permanente N°40 PAC Editions, 2012 Presence et Action Culturelles Journalisme Evolutions numériques et Alternatives Les Cahiers de l'educalion permanente a c T 1:1 11.1 l\1 a)] WIL 1IrS+1It1SCAU1 Le nouveau numéro de la Collection des cahiers de l’éducation permanente de Présence et Action Culturelles aborde la question du journalisme citoyen. En effet, aujourd’hui, le journalisme connaît de multiples métamorphoses, les mut a t i on s technologiques ont donné naissance à d’autres formes de communications. Nous sommes en droit de nous interroger sur la pertinence, les sources, la déontologie et la fiabilité de toutes ces informations virtuelles. Il nous paraissait nécessaire et opportun de faire le point sur ce que l’on nomme « le journalisme citoyen » ou encore le journalisme amateur, occasionnel, influenceur, d’opinion, tant d’appellations existent pour qualifier ce monde numérique. Nous avons découpé cet ouvrage en deux chapitres : le premier regroupe les questions liées à la production, la qualité et la réception de l’information notamment suite aux bouleversements des nouvelles technologies de l‘information. Le deuxième traite plus précisément de la presse alternative, qu’elle soit papier ou en ligne, associative ou syndicale, écrite ou vidéo. Ce numéro propose une vingtaine de contributions de spécialistes des médias ou de journalistes ou d’acteurs des vecteurs d’information alternatifs. (Léopold Charond) Cahier de l’éducation per manente N°40 éditions PAC, Prix 8 €. Commande à editions-pac@g.be ou 02/545 79 18 PHOTO Distant Par adise Wilmes + Mascaux ARP Editions, 2012 « Les images de Wilmes & Mascaux possèdent cette étrange capacité de réussir à visualiser des paradoxes aussi improbables que de rendre le sidécouvertes



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :