Agir Par la Culture n°29 jan/fév/mar 2012
Agir Par la Culture n°29 jan/fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de jan/fév/mar 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 51,5 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... précarité, une valeur en hausse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
temps fort 2 mars 2012 : première de la pièce « Royal Boch, la der nièr e défaïence » au Palace de La Louvière. Cette pièce, conçue par les travailleurs de l’usine Boch et la Compagnie Maritime, raconte leurs luttes, leurs espoirs déçus, leur quotidien... www.lacompagniemaritime.be Chiavetta
PRÉCARITÉ, UNE VALEUR EN HAUSSE C rise écono mi que, conséquences im médi ates. 14% des B elg es vi ven t sous l e seuil de pauvre té. Auxquel s on p eut ajo u- te r ceux qui se débr ouill ent, ceux qui sur vivent tout j uste, ceu x qui vi vent dan s l’in qui étude de voir leu r condi ti on se d égra der de m oi s en moi s alors que tr av ail l er n’empê ch e plu s d’ê tre pau vre. dossier S i l es associ ations et ser vices sociaux comm e l es CPAS tentent de co lm ater le s br èches, no tamment en tentant de mettr e à p or tée det ous l a cu lture, on p eut se de mander si on d oit se li mi ter à la seul e g esti on des pénu ries. Pénu rie d’em - p lois, de log ements dispon ibles. Mais aussi pénurie de temp s pour ceux qui tr availlen t comme des fous pour joindr e l es deux bo uts. C ette précarisati on croi ssante n’est pas seulement l e frui t de l a crise. D es p ol iti ques structu rel les d’inspi rati on néo li - b érale en sont, elles-aussi r esponsables. U ne responsabilité collective et politiquen iée par les discour s dominants qui l a font por ter sur les ép aule s d es seuls indi vid us en j ouant no tamment, contre la sol i dari té, l a carte de l a culp abi li - sati on de ceux qui son t en pre miè res li gnes : l es ch ômeur s sont des pr ofiteurs, le s ar ti stes des abuseurs. LA LI TTÉRATURE BE GARE ÇA N'E XI STE PAS ROM, SI GAN E GITAN RÉ EAU S ER LES M YTH ES'UN P EUPLE EU RUE ÉEN 4re kitE dossier G SUIS NÉE GRECQUE ET J E MOURRAI GRECQUE THIE11. BODSON a, RECHERCHE MAE VRAIE CULTURE dossier dossier MUSICAL E FLAMANDE : HALF GAND, - HALF ANVERS dossier L’ART D’ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ… « IL Y A DE PLUS EN PLUS DE GENS DE LA CONSCIENCE SOCIALE INUTILES AU MONDE… » Fabienne Denoncin Les c hômeurs fraudeurs, la thèse du c hô - sociale doit pouvoir faire jouer ses effets protecteurs publicain Phil Gramm libellait comme suit l’acte d’accusation qui produit toujours ses effets, aujourd’hui, ma g e vo lon t ai re, la cu l pa b ilisa t ion d es ou compensateurs à plein pour tous. Or, cette fois, encore, les mesures de rigueur décidées, à l’échelle eu- sur les politiques d’emploi et les politiques sociales (p lu s) pa uvres, l’a lt é rit é fa u t ive de s dé - chus … : tous ces mécanismes det rans fert ropéenne, ne sont conçues et présentées que pour des Etats de par le monde : « Il y a deux catégories trou vent à s’a n cre r dan s un terre au menta l permettre le retour au fonctionnement habituel d’un d’Américains : ceux qui tirent les wagons et ceux qui dossier fertil e dans les temps d’ins éc uri té écono -DONNER ordre économique et social A injuste TOUS : taxer moins les s’installent sans rien débourser, ceux qui travaillent et QUATRE OUVRAGES mi que et soci al e grandi ssante. La s tigmatisa t ion p u b liqu e de s « priv il èg e s » d on tLES les allocations CODES des pauvres pour les encourager DE à tra-LA prennent CULTURE en charge. » riches pour libérer leur esprit d’entreprise ; diminuer paient des impôts, et ceux qui attendent que l’Etat les joui ss ent indûment les « assistés » a tou - vailler davantage. POUR ANALYSER LA PRéCARITé jour s servi à ju stifie r l’a bs en ce ou le rej et Pour mieux justifier les coupes « nécessaires » dans RENCONTRE AVEC YVAN MAYEUR de politi que vis ant à éradi quer la pauvreté, COM BATT RE L A PAUVRETE OU L’I GN ORER ? les budgets sociaux, quoi Pierre de plus Bourdieu convainquant en lien salarial. Cet effritement, sous forme par exemple Fabienne d’emplois Denoncinde plus en plus précarisés, nous Acc él ér at i on. Hartmut Rosa et à d ivi se r l e sa la riat. effet, que de faire croire que L a ceux-ci m is èr opèrent e du mun ontrans- fert de revenus des actifs Seuil, de Ce n’est pas neuf, comme le montre très David bien la P rai sériele et Deni s U vi er, r especti vement vers les 1993. coord inateur et ani mateur de « oisifs », et que, de conduit Soli dari au tés nœud nou de vel la les question, posent sociale un d’aujourd’hui. au La r egardUne c ritique s ociale du temps Ce que traduisent, de façon sous-jacente, les politiques en vigueur de réduction des dépenses pu- de contributions rassemblées autour lucid du texte e mais resté glaçant sur l’état de la grande précarité. Et si Charleroi, épicentre Yvan Mayeur, D éputé fédéral et Président du CPAS ce fait, de ils Br découragentuxel les -Vi les efforts l le, mène de ces depui actifs et s encouragent Il p lus de 15 ans un combat de quoflexibilité leurs - croissante actions, et la accumule gestion de les La Découverte, 2010. célèbre de John Kenneth Galbraith, « L’Art d’ignorer tidi en contr e la pauvreté et l’excl problusi on èmes soci ale., l e cons a démultat v le au désœuvrement tipl t aus ié l s es i pour pr ojets généralisé l’ensemen ? matièr « ble Donc, de Le e d la sociologue’emp Wall loi oni, e.français, de I l for es mation, t grand plus en de temps plus lo individualisée gement p, esti ment-i grignotentls, de les r éinv systèmes enter la bliques et de « réformes structurelles », telles qu’elles les our pauvres p ermettr », publié e pour aux la d première émunis col fois la de aux borati sa Etatscom on mune avec des comme le d résumait’accéder ins tances ironiquement à un publpeuiques Galbraith, plus tentées avec en de prenant dignité. par une des équipe Rencontre poli tiques de 23 ave de de c pl protection cet us en acte pl sociale ur us sél et ecti entraînent v es… « une désaffiliation » qui peut faire verser nombre de travailleurs Une formidable remise en sont présentées, c’est que ces « dépenses » sont indues… pour d’autres que « nous ». Dès lors que la Unis en 1985. L’exercice permet, en revanche, d’éradiquer la pauvreté et les pauvres… chercheurs, restitue imp ortant de l a lutte c ontre la m is ère s ous l’angle l’argent de des l a pauvres cul ture. et en le donnant aux riches, nous cause de notre modernité Re de n co la n (mauvaise) t re. stimulons l’effort et, partant, l’économie. qu’on fait » au « château « l’expérience » (une maison du monde à Couillet dans que le statut l’évolution d’assistés. sociale ça, des gens de plus en plus jeunes, à la rue, sans parcours scolaire ou d’insertion par la dissection conceptuelle du temps. Rosa ana- conjoncture et les politiques dressent les gens les uns conscience publique. j’appelle le château) social : tu » poses au travers ton sac de et récits on voit ce Le CPAS, un centre d’acti on sociale Dpeut-i avid, l tu Bien peux entendu, nous contre les autres, chacun peut rapidement être amené DETOURNER il rappeler y a des gens L’l’ATT objet qui y ENTI vont. deON Mais on s’est inaccessible non pas pour des raisons financières, mais qu’on peut faire avec toi. de Un vie parcours d’une portée où on essaye Jacques socioprofessionnelle, Généreux rétifs à se conformer à une lyse l’extraordinaire aussi être C’est un toujours vecteur la de même culture idée, aussi pour l’asblancienne lesSoli dari que rendu la tés compte nouvell qu’il es y en ? a aussi beaucoup qui n’y allaient pas. Or, Et ce, contre pas toutes à cause les des évidences 1,25 €, mais assénées parcepar les dis- avant non seulement « la Seuil, 2006. pour des raisons de barrières culturelles. à penser qu’il vivrait mieux si d’autres, forcément de trouver des solutions. exceptionnelle. Il y met en La Di sssérie oc iété de contraintes dont ils ne voient pas le sens : accélération sociale, des gens les Bible, plus défav qu’il est orimoralement sés ? contre-productif d’aider moins légitimes (chômeur sans emploi de longue les pauvres. Car ceux-ci sont responsables D av id Pra de ile que leurs : C’est théâtre cours une n’était association d’austérité pas un d’éducation anti-dépenses, lieu pour Park eux, parce c’est bien qu’il sens Ces inverse problèmes la question très s’est du concrets opéré logement, : un comment véritable faut-il transfert une deact ion pé d a go giqu e d’a cc om pment a gn des e - réglementations où plus personne ne s’y ambas sadeurs culturels ont-il s procédures aussi administratives inextricables, empile- techniques aux styles de D P : Denis est pionnier misère là-dessus condition au », sein liée de Solidarités nouvelles. à C’est l’insuffisance un projet de différent, res- à la durée, préretraité… a fortiori de la fonction publique, Le CPAS doit « malheurs mener une ». politique Economiquement culturelle parce aussi, permanente que car l’aide posait centrée publique de la pauvreté – les allocations n’est pas de seulement chômage, organisée un pro- par exemple autour s’habiller – de la ? richesses. Comment mobilisation est-ce Les des dépenses que habitants l’on publiques, y va ? Comment proportion mendu t ? E xp li que n t -ils, p ar ex em pretrouve le, le même les juristes… Parfois le remède est des sur vie, des structures familiales aux affiliations reli- Une déconstruction de prestataire d’un crédit-temps, candidat réfugié…), le problème ne sources, croisée mais aussi des « chemins la misère de de l’éducation position » permanente où les et l’anthropologie libérale et bénéficiaient pas d’autant d’« avantages ». blème financier, aurait d’infrastructures, un effet négatif d’accès sur l’incitation de logement dans à travailler. une logique réagit-on de dans défense PIB, le sont théâtre des stables droits ? On ou a des en très baisse, locataires. qualité On vite imaginé dans l’Union la thème européenne ambassadeurs les depuis habitants le culturels. début des loge- des années 1990. En que re- l es gens pu is sent y al le r ? ments insalubres alors qu’il n’y a pas de mesures de l a pièce, les personnages pire av que ant le mal. Exemple : les fermetures de logegieuses, du stress au manque de temps, qui aspirations d’un travail émancipatrices social davantage se heurtent axé sur aux le collectif : des illusions de la démocratie représentative. et de soins. Tout cela est fondamental mais la Paradoxalement, on pourrait penser que c’est justement en temps de crise que le principe de la sécurité formule intervient des avec débouche de sur le sentiment d’impuissance, la dissolution contraintes mettre à des la violence solutions des en marchés place en ouvrant du travail, des portes de la vie a aussi En août besoin 1984, d’un lors supplément de la convention d’« âme ments du » que parti sociaux, qui précéda apporter. la réélection de Ronald Reagan, l’économiste Qu’ré- est -ce qu’un ambas sadeur culturel ? les personnes vanche, la mal « contre-révolution logées dans le relogement efficaces. Les gens sont deux fois victimes de leur situation. On produit l’inverse de des identités ou la détemporalisation de la du logement fiscale plus » ou qu’en menée de l’école. en par la la culture doit C’est fermant. exactement Aujourd’hui, cela. Non dans seulement fonctionnement des tendre institutions les personnes sociales, par il rapport y a une au ten- L’économiste démonte il s’agit de dé- privé, les habitants des campings, des parcs résidentiels, et puis les habitants de la rue ici à vie. ce Joueur ou flâneur ? l’édifice dominant selon lequel dans l’humain une situation est par de na- gestion de lieu et de leur Au début, on a d’abord réfléchi en se disant il fallait Pour permettre aux gens d’accéder réellement tation à la culture, pour pallier les autres obstacles que simplement ceux qui peuvent gner se de travailler Robert dire que pour le lieu le Castel qu’on veut. On est plus est grand aussi fait nombre, pour eux, pour J e an Cor ni l les 10 accompa- Charleroi. L’objectif c’est que les habitants aient une permettre aux gens d’accéder à la culture. On est toujours dans la logique de l’accès au logement, aux l’aspect financier, on a demandé à des ambassadeurs s’adapter… à Autrement ce qu’ils vont dit, voir. s’il On y a même de moins été jusqu’à en Les dans conformer, Métamorphoses la pénurie : énormément ce lieu, mais les autres il s’agit n’ont aussi qu’à ture, un être de demandes parfaitement et très peu de les préparer meilleure maîtrise de leur situation, qu’ils puissent de la ques ti on d’offres. Alors on autodéterminé responsabilise et à outrance indépendant un emploi, des on autres, sait qu’ils en ne vont les gens préparer faire valoir leurs droits, qu’ils puissent devenir des so ci al e pour rechercher soins, à la culture. Et donc, on s’est posé la question culturels d’aller vers les personnes, de leur donner moins les à partager, des gens partageons à apprécier avec un opéra les plus en méritants, on veut ceux qui préalablement, se décodant l’œuvre acteurs de changement social. de la gratuité. On s’est rendu compte que le problème codes. Par exemple : « On s’habille comme Fayard conforment 1995. pas en trouver mais expliquant le plus. Or ce il qui y a allait de constante il faut rivalité, qu’ils en et qui cherchent. ne Le se passer, parallèle à est évident avec le logement : trouver un n’est pas tant la gratuité que le décalage culturel, D enis le fait, tu es pour animateur aller au théâtre de », rue etc. pour Soli - plus en plus de quoi gens il fallait qui ne être se attentif. retrouvent pas dans peut tendre vers l’abondance que par la libre La description au travers bon logement c’est comme trouver un bon emploi, d’avoir une population pauvre dont les codes darités ne sont nouvell es mai s tu es aussi à l’o - les mécanismes d’aides proposés, qui n’ont concurrence pas étendue à toutes les sphères de l’activité des hommes. Cette « catastrophe imminente » d’une vaste fresque c’est chercher ce qui n’existe pas… pas ceux de la culture. Et on a constaté qu’il ne suffisait pas de dire aux gens : vous pouvez maintenant Je me suis rendu compte à ce moment-là — je suis Le rôle des ambassadeurs culturels ne se limite pas ri g in e du pro jet c o m mu n a u t ai re et envie ou qui n’ont pas de raisons s’adapter. socio-historique, de la fragilisation progressive du par exemple, Président du Théâtre Varia et du Théâtre des Tanneurs seulement à celui d’être un guide, il produit y a aussi une di- u es de pédagogique s i n st it u t ioqui n s est so cévidemment iaDernier le s pas fonda- b é n év o le « Pos e ton sac. » Tu p eux nou s D un U être : Des dissocié, institutions à la comme conscience le CPAS altérée. aller au théâtre presque gratuitement avec « Article 27 », vous pouvez aller au théâtre pour 1,25 €. qui se veulent d’avant-garde et progressistes Vo — s que cri ti qmension en di re pl us ? à Charleroi, vers l’inhumain, elles ont totalement le monopole aliéné. de la pensée. On le théâtre relève quand même de la culture bourgeoise v ent aussmentale i l e foncti dans onnement leur action. des CPAS ? travaille donc dans ce monopole. Finalement je me D en i s Uvie r : J’ai toujours dit « donnez-moi un DP : Tout le monde doit balayer devant sa porte, institutions publiques ou associations. Il y a des tra- de dire mais on est cloisonné Les par pdes hot structures os qui il lus tr ent l es bats contre mon propre « social. » On a une liberté bâtiment et je vous montrerai qu’on peut 12 faire du social autrement. » On cloisonne trop le social aujourd’hui. On est dans un système de statistiques vailleurs d’institutions qui font un boulot qu’on s’est battu pour mettre pagen es place. Je dvoudrais en ot re d ossie r sont remarquable, heureusement qu’ils sont là. Sans ça que ces structures écoutent issplus ueles s travailleurs, de l’ex po si ti on et de réussite. Faire de la réussite, c’est comme la situation serait bien plus dramatique. A Charleroi qu’on accompagne plus les « mecs Reg qui ard vont dans a u-d les elà del’ho riz on » faire une équipe de football : on prend les meilleurs, en particulier où les institutions publiques comme squats pour voir les gens dans de quel la état ils sont. p ho On to gra ph e Fa bi en ne les autres on les jette ! On crée de l’exclusion… le CPAS sont en pointe sur des projets novateurs. essaye de travailler autrement Denmais once cin n’est. pas la Alors, si je ne peux pas faire avec le social, je me Mais ce n’est pas toujours à la hauteur des réalités seule solution, il faut de nouvelles formes de collaborations. démerde, c’est ça « Pose ton sac. », ouvrir des perspectives d’actions différentes, c’est un peu ce « Juge de paix de profession, je suis aussi photographe, de temps en de terrain. La difficulté pour certaines personnes temps. La photographie m’offre le privilège d’aller à la rencontre des en décrochage c’est de rentrer dans le moule. C’est sans-voix, des plus démunis, des oubliés, sur le terrain, là où je vis et là où je travaille. 14 Mon premier reportage photographique a été réalisé dans le cadre de mon activité professionnelle. J’ai souhaité traduire l’intensité et la richesse de mes rencontres avec les gens, confrontés à la justice de proximité et aussi, humaniser la salle d’audience du Tribunal avec les portraits réalisés. Les photographies des personnes rencontrées sur le terrain judiciaire y sont exposées depuis juin 2011. Depuis plusieurs mois, j’explore aussi le terrain social de ma ville (Charleroi) et vais à la rencontre des personnes vivant dans la grande précarité, tentant d’exprimer par l’image, leur richesse plus que leur pauvreté, leur résistance plus que leur fragilité, leurs luttes plus que leurs échecs et leur dignité plus que leur déchéance. Mon appareil photo est un outil de résistance à l’indifférence et à la déshumanisation ambiante. » (Fabienne D enonc in) LES MOB] LI SAT] ONS SOC IALE DAN S L ES INTERSTICES DE L'INFORMATION 17 =11.1 00. Fabienne Denoncin Er31,7- 2 4 5 8 10 12 14 17 18 20 21 23 25 26 TeMPs foRT éDITo PoRTRAIT PoLITIque : Thier r y Bodson : à la recherche d’une vraie culture wallonne CôTé NoRD : Jeune scène musicale flamande : half Gand, half Anvers. Par sabine Beaucamp DossIeR : PRéCARITé, uNe VALeuR eN HAusse L’art d’éradiquer la pauvreté… de la conscience sociale. Par Marc sinnaeveYvan Mayeur : Donner à tous les codes de la culture David Pr aile et Denisuvier : « Il y a de plus en plus de gens inutiles au monde… » quatre ouvrages pour analyser la précarité. Par Jean Cor nil à BAs LA CuLTuRe : La littérature de gare, ça n’existe pas Par Denis Dar gent RéfLeXIoNs : Comprendre, c’est désobéir Par Jean Cor nil MéDIAs : Les mobilisations sociales dans les interstices de l‘information Par Marc sinnaeveCuLTuRe(s) Rom, Tsigane, Gitan… dépasser les mythes d’un peuple européen Par Anne- Lise Cydzik L’AIR Du TeMPs « Je suis née grecque et je mourrai grecque » Par Daniel Adam DéCouVeRTes sommaire



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :