Agir Par la Culture n°28 oct/nov/déc 2011
Agir Par la Culture n°28 oct/nov/déc 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de oct/nov/déc 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 51,4 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... justice sociale et question environnementale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
découvertes ESSAI/ENVIR oNNEMENT l’animal est l’avenir de l’homme Dominique lestel fayard, 2010 Dominique Lestel L'animal est l'avenir de l'homme PASCAL BRUCKNER Le fanatisme de l'Apocalypse Souse.1a Terre. punirfHanme, claissa-r -. « Ceux qui se soucient des animaux ne sont pas des femmes ou des adolescents à la sensibilité exacerbée, mais des individus qui c on s t i t u en t l’av ant-gar de d’une nouvelle culture en gestation. Car qui s’attaque aux animaux agresse aussi l’homme. Et arguer qu’aimer l’animal revient à détester l’homme est une ineptie qui devrait faire honte à ceux qui la professent » écrit Dominique lestel en ouverture d’un passionnant petit livre consacré aux rapports entre les animaux et les hommes. le débat sur l’humanité et l’animalité devient aujourd’hui de plus en plus central. De élisabeth de fontenay à Peter Singer, de Vinciane Despret à Jonathan Safran foer, les essais se multiplient sur cette question complexe que beaucoup encore considèrent comme secondaire, voire ridicule. Je pense tout le contraire. l’animal est notre interlocuteur, notre partenaire privilégié. Pour autant que nous rompions avec le mythe multiséculaire de l’homme insulaire, arraché à la nature, étranger et perdu dans ce monde comme l’affirmait Jean-Paul Sartre. « le vrai problème existentialiste de l’homme n’est pas que sa vie n’ait aucun sens et qu’elle soit absurde, mais qu’elle s’inscrive au contraire au plus profond d’ellemême dans le développement et l’extension du vivant » écrit encore Dominique lestel. (JC) www.fayard.fr le fanatisme de l’Apocalypse Pascal Bruckner Grasset, 2011 le nouvel ouvrage de Pascal Bruckner « le fanatisme de l’Apocalypse » n’est pas tendre avec l’écologie. Il tient une plume plutôt incisive à son égard. la planète est malade. l’homme est coupable de l’avoir dévastée. Il doit payer. Sauver la terre, punir l’homme. Il faut éviter que ce berceau ne devienne notre tombeau collectif, telle est notre tâche. « Seule force originale du demi-siècle écoulé, écrit Bruckner, l’écologie, c’est son mérite, a remis en cause les finalités du progrès, posé la question des limites. Elle a réveillé notre sensibilité à la nature, souligné les effets du dérèglement climatique, constaté l’épuisement des ressources fossiles. à partir de ce credo collectif s’est greffée toute une scénographie de l’apocalypse. l’écologie est devenue l’humeur dominante de ce début de siècle ». le souci de l’environnement est légitime poursuit Bruckner, mais le catastrophisme nous transforme en enfants qu’on panique pour mieux les commander. Derrière les commissaires politiques du carbone, c’est peut-être un nouveau despotisme à la chlorophylle qui s’avance écrit-il encore. C’est sûr, ce livre bouscule. Il n’y va pas de main morte Pascal Bruckner. Malheureusement, ce pamphlet contre l’écologie reste à l’état de pamphlet, point. En effet, il ne contient et ne s’appuie sur aucune donnée chiffrée, aucune rigueur scientifique, il est creux, sans argument, ni preuve. Pascal Bruckner s’abandonne complètement à écrire son hostilité à la critique « verte ». un livre finalement peu constructif qui ne s’emploie qu’à déconstruire le kit de base de l’écologie bienpensante, et qui n’apporte aucune alternative. à lire si vous pensez qu’une course de vitesse est engagée entre les forces du désespoir et les puissances de l’audace. (SB) http://www.grasset.fr ESSAI/PolITIquE le manifeste du par ti communiste KarlMarx et friedrich Engels Illustration par frans Masreel Aden, 2011 (1848)' ; itiiii3ii 1..- 1111 în1 1uu11K1 lï cor LE MANIFESTE DU PARTI J COMMUNISTE KARL MARX ET FRIEDRICH ENGELS ILLUSTRÉ PAR FRANS MASEREEL ÉDITION CRITIQUE ET ANNOTERA 1 l'eddions aden AA 28 Paru pour la première fois en 1848, le Manifeste du parti communiste a eu le retentissement sur l’histoire que l’on connaît (participant tout de même à quelques révolutions d’envergure). Cette publication prend place à un moment où la pensée marxiste opère un retour en force dans le champ intellectuel après une période de bannissement, « fin des idéologies » oblige. Publiée par l’éditeur bruxellois Aden, cette version du Manifeste reprend le texte original enrichi des préfaces successives écrites par ses auteurs, Marx et Engels. Celles-ci témoignent de l’évolution du mouvement ouvrier à la fin du 19è siècle. Des notes (celles de Engels comme celle de divers commentateurs) viennent ajouter à la compréhension et la contextualisation du document politique. Il est illustré de belles et nombreuses gravures expressionnistes du belge frans Masereel. Ce texte d’une centaine de pages résume la pensée marxiste et donne à lire une version de combat du socialisme. Il rend centrale la lutte des classes comme moteur de l’histoire alors que se développe la révolution industrielle et une féroce exploitation des travailleurs. Il insiste sur un internationalisme de la lutte à une époque de durcissement des nationalismes. Et il appelle au remplacement de la société bourgeoise où les prolétaires sont soumis à la classe par une société communiste. Dans celle-ci, la propriété bourgeoise (privée) serait abolie, l’égalité entre tous les hommes (et femmes) établie, l’impôt progressif mis en place, l’héritage serait supprimé, les moyens de transport et le secteur bancaire nationalisé, l’éducation publique rendue gratuite pour tous et le travail des enfants abolis. à lire ou relire dans cette édition agréable pour ceux qui veulent se targuer de connaître l’histoire de la gauche et s’apercevoir des permanences du système capitaliste. (AB) www.aden.be l’extinction des lumières olivier Starquit les Territoires de la Mémoire, 2011 OW.- Rogue L'extinction des Lumières Pourquoi adhéronsnous benoîtement à un système qui nous opprime ? Pourquoi, nés libres, consentonsnous à vivre dans les fers, selon la maxime de Jean-Jacques Rousseau. Pourquoi cette servitude volontaire, selon l’œuvre fameuse de étienne de la Boétie ? olivier Starquit, au départ d’une judicieuse préface de Jacques Généreux, tente une adaptation moderne de l’exploitation consentie. Dans
« l’extinction des lumières », il met en relief tous les éléments, de la langue à la publicité, du formatage de l’information au culte du consommateur, qui nous conduisent à nous résigner au monde tel qu’il est et à nous priver de tout imaginaire alternatif. l’idéal du XVIII e siècle d’un homme autonome, libre et tendu vers un futur de promesses, s’effondre. l’obscurité et l’obscurantisme imprègnent nos cerveaux et notre rapport aux autres dans la gestion – la digestion ? – de la cité. Nous sommes devenus des spectateurs de nos vies et du grand spectacle mondialisé. Ce petit livre salutaire est une élévation vers la lucidité et la prise de conscience des grilles invisibles qui enferment notre regard critique et amoindrissent nos horizons. (JC) www.territoires-memoire.be ESSAI/CulTuRE Et si on par tageait la Cultur e ? Serge Saada Editions de l’attribut, 2011 la culture en questions Serge Saada Et si on partageait la culture ? ESSAI SUR LA MEDIATION CULTURELLE ET LE POTENTIEL DU SPECTATEUR l Il s’agit d’un essai sur la médiation culturelle et le potentiel du spectateur qui place la culture en questions. fort de son expérience, Serge Saada illustre avec un regard sensible les conclusions des études faisant apparaître des inégalités sociales dans la fréquentation des théâtres. Il dépasse toutefois le simple constat pour défendre l’idée du potentiel du spectateur, d’un spectateur à qui on laisserait le temps de se construire, d’un individu dont la propre culture ne serait pas jugée comme illégitime face à la culture instituée. le médiateur culturel a un rôle essentiel à jouer, celui de passeur qui sait se retirer au moment opportun pour laisser à l’individu la possibilité de continuer seul le chemin. le médiateur n’amène rien et surtout pas la culture. Ce livre est riche en exemples relatifs à de nombreuses situations vécues. Serge Saada montre comment des actions menées dans l’esprit de l’éducation populaire soulèvent des questions purement esthétiques, à même de faire évoluer les contenus et la pratique artistique. Il cherche à réconcilier l’exigence esthétique à la préoccupation citoyenne. Serge Saada était invité à la table ronde des Journées la Scène organisées en partenariat avec PAC à l’IHECS (Bruxelles) les 18 et 19 octobre sur le thème : « Publics de la culture : savoir réinventer pour faire sens ». Son discours fut fort apprécié. (SB) www.editions-attribut.fr ESSAI/ENSEIGNEMENT les Cahier s de Culture et Démocratie N°3 l’indispensable révolution Culture et création au cœur de l’enseignement Culture et démocratie, 2011 Ce numéro 3 des Cahier s de Culture et Démocr atie est consacré à la place et au rôle de l’art, de la culture et de la création dans l’enseignement. Il présente les synthèses et conclusions des débats de 6 tables-rondes organisées par l’ASBl Culture et Démocratie qui sont à chaque fois assorties d’un commentaire critique. l’ouvrage se termine sur un « nouveau contrat culturel pour l’enseignement », proposition d’un renouvellement des paradigmes de l’enseignement obligatoire et supérieur qui émane de ces travaux afin d’initier « l’indispensable révolution » du secteur. Il y est questions des pédagogies alternatives, de l’éducation à l’image, de la formation culturelle et artistique dans l’enseignement supérieur, du projet « art et école ». Cet ouvrage collectif aborde de manière transversale ces thématiques et permet une réflexion sociétale plus large encore. Il s’agit de remettre l’art et la culture au centre de l’enseignement (et de la formation des enseignants), qui est actuellement largement consacré à l’utilitaire, en reconnaissant à ceux-ci des capacités non seulement émancipatrices aussi pédagogiques. leur rôle pour élargir le spectre des connaissances ou le langage est à légitimer au sein de l’institution et il faut rendre tangible les nombreux ponts entre art et savoir qui existent. C’est grâce à eux qu’on pourra par exemple diffuser une compréhension critique du monde de l’image dans lequel nous baignons. Il s’agit également de clarifier le rôle du médiateur culturel au sein de l’institution scolaire, mais aussi d’aller vers la généralisation des principes et méthodes de l’enseignement dit alternatif à l’ensemble des écoles francophones. Propos novateurs, réponses et propositions concrètes à des problèmes bien posés donnent toute son importance à cet ouvrage peu onéreux (5 euros) pour qui 29 découvertes s’intéresse aux moyens d’améliorer le système éducatif. (AB) www.cultureetdemocratie.be MuSIquE/RoCK T he feelies Here Before Bar/None Records/Namskeïo, 2011 The Feelies here beFore Surprise surprise « The feelies » groupe américain, auteur de quatre albums entre 1980 et 1991, viennent 20 ans plus tard, avec Here Before, de sortir un nouvel album ! C’est en 1986 que The feelies ont véritablement décollé avec leur album intitulé « The Good Earth ». une pop aérienne, psychédélique inspirée par le Velvet underground et les regrettés REM. Certes, 20 ans ont passé, mais l’on n’a rien vu venir. Non, non rien n’a changé, « Here Before » est plaisant, on y retrouve avec bonheur, sans aucune pointe de nostalgie, les mêmes spirales de guitares effilées, la même voix sombre même s’ils n’affichent plus leurs airs de students universitaires, le temps ayant fait son travail. à l’écoute de l’album on replonge dans les années 80, exactement à l’identique. le seul intérêt, c’est que les générations actuelles puissent découvrir un groupe qui a enjoué toute l’ère punk. Cela suffit pour dire qu’il faut s’y référer. Pour les plus vieux d’entre nous, c’est un bon rafraîchissement musical. Ne pas passer à côté donc. (SB) www.thefeeliesweb.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :