Agir Par la Culture n°25 jan/fév/mar 2011
Agir Par la Culture n°25 jan/fév/mar 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de jan/fév/mar 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 1,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... contre vents et mainstream ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
portrait culturel Véronique Vercheval c’est tellement le berceau de toute l’Histoire. Hérodote et Thucydide, la démocratie. C’est extraordinaire ! Mais je ne fais pas que dans la Grèce, j’aime aussi les livres comme « La Soupière chinoise » qui est un vrai roman policier. On reste en haleine jusqu’au bout pour savoir qui est le coupable. Les « Millénium », les Camilla Läckberg, j’adore, je me plonge là-dedans. J’ai lu aussi « Katiba » de Ruffin, on vient de le revoir dans une émission avec Franz-Olivier Giesbert, La semaine critique, avec Nicolas Bedos. J’ai lu aussi « Le Chagrin et la Grâce » de Wally Lamb. C’est assez intéressant puisque c’est aussi tout un travail autour de ce qui s’est passé à Columbine ou « Le chagrin » de Lionel Duroy qui se passe pendant la guerre. Je lis un peu de tout et quand je n’ai pas le temps d’aller à la librairie pour voir ce que je vais lire, je n’ai qu’à puiser dans ce que Marc a toujours sur sa table de nuit. 28 Et donc, cela t’inspire aussi dans ton action politique ? Il y a un lien d’une cer taine manière même s’il est difficile à exprimer entre la littérature et la politique ? C’est évident, cela ouvre l’esprit, cela permet de prendre du recul. Il y a la lecture, mais des films aussi. J’aime beaucoup le cinéma même si je n’ai plus trop le temps d’y aller. Un film qui t’a par ticulièrement marqué ? Je vais en dire trois. Indissociablement, ces films m’ont formé. C’était « Jonathan Livingston le goéland », « 1900 » et « Z », le film de Costa- Gavras. Ceux-là m’ont vraiment formé. Je continue à beaucoup aimer les films. Il y a des films pour lesquels je suis en mésentente parfaite avec mon mari qui les déteste tous les uns après les autres. Ce sont les films de Lars von Trier qui m’attirent beaucoup, sur la rédemption par exemple. Les trois films que je t’ai cités m’ont vraiment formé comme les bouquins. Le milieu dans lequel j’ai vécu au niveau culturel, de la peinture, à l’architecture, n’était pas ouvert à la diversité et quand je suis arrivée à la fin du secondaire, j’ai connu des gens d’un tout autre milieu. Je me souviens avoir vu chez mon copain une peinture d’Alechinsky. Je me souviens m’être énervée sur lui en disant : « qu’est ce que c’est cela et cela se vend cher ». Je ne comprenais pas. Je le regarde maintenant et je l’adore. On avait été à Paris à Beaubourg. Je disais : « comment peut-on exposer cela ? » Et petit à petit, on m’a fait connaître cette forme d’art. C’est la tolérance. Cela ouvre véritablement l’esprit. Et dans la musique, dans la chanson ? Mon père est un self-made-man. Il a appris seul le piano et tous les dimanches il jouait du Chopin, du Strauss. J’ai donc découvert la musique classique grâce à mon père. Et aussi des opérettes comme « La Veuve joyeuse ». Puis, j’ai appris à découvrir d’autres auteurs qui correspondent plus à mon tempérament. J’aime les auteurs russes comme Rachmaninov et Tchaïkovski. C’est puissant, cela bouge dans tous les sens. Et dans la chanson moder ne aujourd’hui, qu’y trouves-tu par rappor t à ton adolescence ou ta vie d’adulte où il y avait tous les chanteur s engagés, Lavilliers, Bér anger, Rapsat ? Il y a eu plusieurs périodes. J’ai d’abord vécu à Ougrée pas loin de Tilleur. Pourquoi je dis cela ? Parce que quand j’étais très jeune, Frédéric François, Sandra Kim habitaient juste le village d’à côté. Puis petit à petit, cela a changé. J’étais là évidemment quand Béranger est venu en concert. Maintenant, je trouve qu’il y a une belle chanson française qui se développe. C’est un lieu commun mais j’aime beaucoup les chansons de Bénabar. Une série TV américaine ? « Maison blanche », c’est ma série culte ! J’ai dit que je n’avais plus tellement le temps d’aller au cinéma et donc, soit je regarde des films à la
maison quand je reviens tard le soir, soit des séries comme « Maison blanche » qui sont absolument exceptionnelles. Il faut que les gens voient cela. Cela permet de décoder toute la politique américaine. On a l’impression de vivre l’avènement d’Obama. C’est une équipe autour du Président et on comprend bien les relations entre le Congrès, le Sénat et la Maison blanche. Mais depuis lors, j’ai regardé la série « Carlos » d’Olivier Assayas qui vient d’être primée. Un autre film que j’ai apprécié, c’est « L’armée du crime » de Guédiguian. Et « Les piliers de la Terre » de Ken Follett. La culture, c’est aussi une autre civilisat ion, de beaux v oya ges. Ce sont les rencontres avec de nouvelles cult ur es, dans un m onde qui est homogénéisé par la cultur e anglo -saxonne ? C’est vraiment chercher la différence. C’est être confrontée à autre chose, à une autre culture, à un autre soi. Je vais donner peut-être l’exemple qui m’a le plus frappé. C’est le désert. C’est particulier mais on est confronté à soi-même dans des moments d’immensités splendides. Cela apporte beaucoup. On voit de vraies sculptures par la nature. Les Giacometti, le matin quand tu te réveilles, tu les vois devant toi. Toutes ces roches balayées par le vent. Mais est-ce que je pourrais vivre sans livres, sans films, non je ne pourrais pas ! Les nouveaux médias, Facebook, Twitter, ont joué un rôle très positif au Moyen-Orient. Mais c’est aussi un outil d’atomisation, d’individualisat ion, très superficiel. Ton sentiment ? Un peu tout cela en même temps. J’ai souvent dit le rôle que cela a joué au Moyen-Orient. Dans l’ensemble des pays arabes maintenant, c’est assez exceptionnel. On peut être critique sur Wikileaks mais c’est quand même assez intéressant. Par contre, cela provoque énormément d’isolement chez les ados, de rupture sociale. Et puis surtout, je me pose la question du rapport au temps. La patience disparaît. On attendait une lettre. On l’a dans la seconde. La réflexion est contractée, le temps est contracté. Avant, on n’avait pas de téléphone portable. C’était il n’y a pas si longtemps. Quand j’ai commencé la politique, je n’avais absolument pas d’ordinateur, de BlackBerry, et maintenant je me rends compte que je fais plusieurs choses à la fois. Je négocie, je regarde mes mails qui arrivent, je suis prête à réagir à tout. Ce n’est pas bon. Je pense que l’on n’a pas fini de réfléchir sur cette contraction du temps et ses conséquences sur la vie. Olivier Poivre d’Ar vor vient d’écrire un très beau livre sur la culture qui s’appelle « Bug made in Fr ance, histoire d’une capitulation culturelle ». Qu’est-ce que tu penses de ce qu’on appelle le Mainstream, c’est-à-dire la culture anglo-saxonne qui est en train d’unifor mi ser l e monde et les rési s- tances difficiles que l’Europe met en œuvre ? Un exemple : une vache européenne est subventionnée 1.000 fois plus par l’Union eur opéenne qu’un c réateur européen. C’est une mauvaise politique. Nous sommes en position défensive. C’est vrai que l’on s’est bien défendu au niveau européen quand il s’est agi que la culture soit protégée contre les règles habituelles de concurrence européenne et contre une intégration notamment via la directive « Services ». Il y a là une défense active qui a donné des résultats, mais je pense qu’il faut partir à l’offensive. Mais pour cela, il faut être fier de sa propre culture. Quand on m’interroge par exemple pour le moment en disant « c’est quoi la Belgique ? » « Estce que cela a encore un sens ? » On a un modèle particulier, un modèle social de bienêtre, on a une aventure commune et on a surtout un génie créateur commun. La Belgique est absolument extraordinaire dans à peu près toutes les disciplines. Quand tu vois au niveau de la peinture, c’est quand même la peinture belge qui amené la lumière. La plupart des grands peintres italiens reconnaissent notamment l’apport de Van Eyck. Quand tu vois qu’on est le berceau du surréalisme. Partout ! Dans la BD, dans la chanson, dans l’architecture, Horta ! Je pense qu’il y a un génie belge de la création, mais si tu le demandes aux gens, ils ne le savent pas ou ne le reconnaissent pas comme belge. Il faut affirmer une plus grande fierté qui fait de nous ce que nous sommes. J’étais très fière quand dernièrement, pour un commentateur russe, la Belgique, c’est « L’Oiseau bleu » de Maeterlinck ! Pour en revenir à ta question, oui je crois qu’il faut passer de la défensive où je trouve qu’on a bien travaillé, à l’offensive et à la fierté de portrait culturel cette culture qui nous a fait ce que nous sommes. Cer tains disent que la culture est par essence non démocratique, qu’elle est élitiste et aristocratique. Comment émanciper quand on sait que les gens lisent très peu, qu’ils regardent surtout les séries télévisées ou bien qu’ils écout en t des c hansonnett es ? Est-ce que l’école par exemple devr ait consacrer plus de place à l’enseignement ar tistique, à la sensibilité à tous ces cour ants-là ? Pas toujour s les sciences, les mathématiques, le quant ifi able, l’économique ? Quel est ton sentiment ? Je suis encore maman d’ados et d’une petite fille. Elle a été dans une école à discrimination positive. On ne peut pas dire que ce soit une école élitiste. Et bien les moyens qu’ils avaient en discrimination positive, ils les utilisaient pour la culture. Donc elle est allée, je ne sais pas combien de fois, au théâtre, au cinéma, et je trouve cela exceptionnel. Elle revenait à la maison, elle faisait des peintures, par exemple, à la Miró, à la Pollock. C’est certainement le moyen le plus intéressant dans les milieux de socialisation, de favoriser les visites de musées. C’est parfois chiant une visite de musée pour des gosses mais il faut trouver des formes pour les intéresser. Je me souviens que j’emmenais mes enfants dans de petits voyages et je passais dans un musée. Il y a des découvertes, il y a des flashs. C’est ce qui m’est arrivée, à titre personnel dans une aventure qui n’était pas collective, mais avec des amis. Moi à l’école, je n’ai pas été confrontée à la peinture contemporaine. Maintenant, ils le sont beaucoup plus. À l’époque, c’était la télé scolaire, de temps en temps les films, Exploration du Monde. C’était les Jeunesses musicales. C’était intéressant et puis il y avait des discussions, le Cinéclub, mais autour de la sculpture, la culture, la peinture, de la chanson, de la musique classique, il n’y avait rien. Or je pense que cela enrichit énormément. Propos recueillis par Jean Cor nil 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :