Agir Par la Culture n°22 avr/mai/jun 2010
Agir Par la Culture n°22 avr/mai/jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de avr/mai/jun 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : pauvreté... défilés précaires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
PARLER DE L’IMPôT : MISSION IMPOSSIBLE ? VA.", i 2ililiidt:g0t1 1+4) a/IL 3 w in X Dans le cadre de la campagne « Merci l’impôt ! », PAC a créé une animation ludique. « Mission impossible ? » est un jeu de plateau éducatif qui r end tant de la connaissance que du sens politique à l’impôt et aux cotisations sociales. VERIFIER QUE L’IMPôT, C’EST DU POUVOIR D’ACHAT EN PLUS. D’ici quelques semaines, nous renverrons notre déclaration fiscale au Ministère des Finances. Celui-ci établira, selon la hauteur de nos revenus et de notre situation familiale, le montant de notre contribution. Puis, il nous remboursera l’excédent ou nous réclamera le complément. Contrairement au discours dominant, PAC affirme haut et fort que l’impôt et les cotisations sociales, c’est beaucoup de pouvoir d’achat en plus ! Le jeu « Mission impossible ? » permet de vérifier cette affirmation. Chaque joueur(euse) vit pendant un mois dans la peau d’un autre. Indépendamment des revenus, des situations familiales et des charges fixes mensuelles, il y a deux types de personnages dans le jeu animation : - Ceux qui jouent dans le régime fiscal actuel, qui payent les cotisations sociales et le précompte professionnel, et pour lesquels une distinction s’opère donc entre le salaire brut et le salaire net. - Ceux qui expérimentent un régime sans cotisation sociale ni précompte professionnel, et dont le salaire brut correspond donc - au centime près – au salaire net. 6 pit oa is 3s op r/Lf. Le parcours est fonction de la carte d’identité sociale de chaque joueur. Les événements de la vie quotidienne auxquels il sera confronté sont différents. C’est la capacité financière à y faire face qui varie très largement selon le régime fiscal choisi. À la fin du mois (qui correspond dans le jeu à la fin de la partie), l’animateur compare et distingue les parcours de chacun, puis organise l’échange des savoirs, le débat d’idées construit pas à pas de l’intelligence collective. PARLER DE L’IMPôT, MISSION IMPOSSIBLE ? Le jeu-animation a été testé avant sa sortie auprès de différents publics (étudiants, travailleurs, travailleurs sans emploi, pensionnés et prépensionnés, demandeurs d’asile et primo-arrivants, animateurs socioculturels…). Les retours des participants et l’évaluation des animateurs ont permis d’en améliorer le contenu et la qualité. Les débats ont par ailleurs souvent dépassé la seule question de l’impôt : penser la fiscalité, c’est aussi interroger le modèle de société que nous désirons construire. « Mission impossible ? » s’adresse à tous parce qu’il n’est jamais, ni trop tôt, ni trop tard, pour s’intéresser à la solidarité sociale. Si les personnages sont fictifs, les montants salariaux ou les coûts à supporter sont eux bels et bien réels. L’animation-jeu convient à des groupes de tailles différentes, permet de jouer individuellement ou en équipe. I DEPART 8 Vous voulez organiser une animation avec le jeu « Mission Impossible ? » dans une école, à l’occasion d’un événement ou sur votre lieu de travail ? N’hésitez pas à vous mettre en contact avec PAC (voir encadré). Nancy Hardy Serge Smal MISSION IMPOSSIBLE ? Jeu collectif à partir de 15 ans de 4 à 30 joueurs. Disponible fin juin 2010. Durée : environ 2h Les animateurs PAC sont à votre disposition pour mener une animation sur l’impôt (jeu + débat) Vous pourrez aussi acheter le jeu « Mission impossible ? ». Sa vente est conditionnée à votre participation à une journée de formation qui vous permettra d’acquérir les connaissances de bases minimales et les compétences nécessaires pour l’animer. Contact et infos : nancy.hardy@pac-g.be – 04/365 28 71 - www.mercilimpot.be « Mission impossible ? » a été créé en partenariat avec Peuple et Culture Wallonie/Bruxelles. Le groupe de travail s’est notamment inspiré de la production des Ateliers du PAC des Eaux Vives dans le cadre du « Carrousel des Paufffs ».
broyeurs de conscience CONDAMNER L’ABUS DE FAIBLESSE PRATIQUÉ PAR LES SECTES Dans son essai intitulé « Broyeur s de conscience » le Député fédér al sor tant And ré Frédéric épingle les danger s liés aux gr oupes sectaires ainsi que leur s techni ques d’approche, tout en faisant le point sur les mesures prévues dans la législation belge. Une mère assiste à l'exécution de son enfant lors d'un suicide collectif. Une jeune femme en perte de repères devient dépendante d'une secte à qui elle donne toujours plus d'argent. Un homme veuf désespéré trouve le réconfort dans un groupe qui l'isole de sa famille et l'encourage à envoyer son enfant de 3 ans en formation à l'autre bout du monde. C'est tragique, impensable, révoltant. Ces individus sont dotés d'une intelligence, d'une conscience. Alors comment peuvent-ils en arriver là ? Dans un monde de plus en plus individualiste, beaucoup de personnes sont en quête de spiritualité. Or, il faut se rendre à l'évidence, les sectes sont particulièrement douées pour vivre avec leur époque et pour attirer dans leurs filets les gens en détresse. Témoignages et chiffres à l’appui, André Frédéric détaille dans son livre l’organisation de douze mouvements sectaires nuisibles agissant en Belgique (parmi lesquelles les Témoins de Jéhovah, la Scientologie, Sûkyô Mahikari, le Pentecôtisme etc.) et établit un état des lieux des mesures prévues par la législation tout en proposant d’intéressantes pistes de réflexion. Construit de manière pédagogique, « Broyeurs de conscience » contient une série de définitions et caractéristiques permettant de qualifier une organisation de secte et détaille les méthodes d’approche commune généralement utilisées. Au départ, les personnes « prospectant » pour les sectes sont dans une attitude d'aide, elles intègrent leur « victime » dans un groupe où on lui donne un sentiment de protection. Tout ce qui est en dehors de ce groupe est ensuite qualifié de « mauvais », la personne est ainsi isolée de ses amis et de sa famille et subit souvent un véritable lavage de cerveau… Profitant généralement de la détresse des gens, les sectes sont d’autant plus présentes que la situation sociale est difficile. Particulièrement douées pour s’adapter à l’évolution de la société, elles agissent de façon toujours plus pernicieuse et sont ainsi par exemple les premières présentes sur les lieux des catastrophes (Ghislenghien, Tsunami, Haïti…), comme dans le secteur du développement personnel, celui de la formation professionnelle avec globalement les jeunes comme cible privilégiée, mais aussi le domaine de la santé ou les personnes fragilisées par la maladie sont directement concernées. Dépositaire d’une proposition de loi qui prévoit d’ériger en infraction la déstabilisation mentale et l’abus de la situation de faiblesse des personnes, André Frédéric propose également dans son ouvrage quelques pistes de réflexion sur les modèles de nos voisins, notamment la France. « Broyeurs de conscience. L’évolution du phénomène des sectes en Belgique », Editions Luc Pire-Espace vital, 12 € Er sel K aynak André Frédéric a enseigné plusieurs années avant de travailler dans le secteur de la formation et de l'éducation permanente. A 30 ans il entre dans les cabinets successifs des ministères de l'Education. Il a été président de la Commission de l’Intérieur. Il a aussi présidé le groupe de travail sur les sectes au Parlement fédéral. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :