Agir Par la Culture n°19 jui/aoû/sep 2009
Agir Par la Culture n°19 jui/aoû/sep 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de jui/aoû/sep 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Présence et Action Culturelles

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... le temps des crises.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Politique sociale : 2010, Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale Philippe Courard veut mettre la Présidence belge au service de la lutte contre la pauvreté des enfants Les grands chiffres ne mentent jamais. Au cœur même de l’Union européenne, un adulte sur six est exposé au risque de sombrer dans la pauvreté. Plus choquant encore : un enfant sur quatre l’est ! Douteriez-vous que la Belgique connaisse les mêmes circonstances ? Près d’un enfant sur cinq est exposé, chez nous, à la probabilité de connaître la misère ! Ce risque grimpe à plus d’un enfant sur trois dans les familles monoparentales. Quelqu’un parlerait-il encore d’un « Pays de Cocagne » ? Chaque fois que nous jouons la carte individualiste, chaque fois que ne faisons pas bloc contre la pauvreté, elle se renforce, elle gagne du terrain. Plus aucune sphère ne lui échappe. La crise, ce n’est pas qu’un mot. Fermetures d’usines, faillites, chômage massif, baisses des cotisations des travailleurs qui le sont moins, ou qui ne le sont plus, déficit croissant pour le budget de l’Etat,... autant d’éléments qui peuvent nourrir, si l’on n’y prend garde, une pauvreté contagieuse. Aux chiffres assassins, il faut savoir opposer une solidarité collective. La Sécurité sociale, les Socialistes ne l’ont pas créée pour rien ! 10 « Une lutte achar née contre la pauvreté » La pauvreté, ce n’est pas qu’un nombre sur un extrait de compte ! C’est aussi la maladie que l’on ne sait pas soigner. C’est le logement que l’on perd ou qui se dégrade. Ce sont les amis que l’on perd à force de ne plus pouvoir les inviter. La pauvreté est un mal qui vous tenaille et dont l’étau ne cesse continuellement de se resserrer. Lutter contre ce mal méritait, au minimum, de prendre 59 mesures au travers d’un Plan fédéral de lutte contre la pauvreté. De s’y engager ensemble, tous niveaux de pouvoir convenus. Ce qui a été fait ! Aujourd’hui, les premiers résultats sont là. Après avoir créé le baromètre de la pauvreté, nous avons augmenté les revenus et allocations les plus bas, assuré la gratuité des soins dentaires jusqu’à l’âge de 18 ans, automatisé le tarif social en matière d’énergie, adopté bien d’autres mesures encore. Pas de satisfecit : il reste tant à faire. La pauvreté, ce n’est pas une affaire de chiffres, c’est une affaire de vie quotidienne avant tout. La Belgique assumera sous peu la Présidence européenne dans la deuxième moitié de 2010. Dans le contexte désastreux de cette crise économique mondiale, nous devons moderniser encore notre système social, investir dans les ressources humaines, lutter contre l’exclusion quel qu’en soit le cadre. Voilà qui justifie, infiniment, la désignation des mois qui s’annonce en tant qu’Année européenne de lutte contre la pauvreté. Une conscience collective Par un titre engageant, générique, nous devons susciter, renforcer une volonté commune qui rassemble les Etats. Nous devons créer, aussi puissamment que possible, une coalition déterminée contre l’exclusion sociale. Parce que nul n’est à l’abri des affres de la crise. Pour lutter efficacement, seule demeure la démarche solidaire, une action fondée, avec beaucoup de vigilance, sur les précieux piliers de notre Sécurité sociale et le renforcement des principes de Solidarité. Parce que la pauvreté peut tous nous toucher, j’entends consacrer la Présidence à venir, à travers les débats et rencontres qui s’imposent, à l’établissement de mesures adaptées pour lutter, aussi drastiquement que se peut, contre ce drame sociétal épouvantable. Pour être efficaces, pour soutenir les familles autant que les citoyens de demain, je propose de placer la lutte contre la pauvreté infantile au premier rang de nos priorités. Parce que grandir dans l’exclusion inclut le risque de ne jamais pouvoir y échapper. Je n’ai pas l’ambition d’éradiquer seul un mal dont l’origine se perd au plus profond de notre histoire. Par contre, je me mets une obligation de moyens : mobiliser toutes les énergies et entreprendre toutes les actions utiles pour faire reculer la pauvreté dans notre pays. Et cela ne peut se faire qu’en mobilisant tous les partenaires possibles ; privés, publics et associatifs. Philippe Courard Secrétaire d’Etat à la Lutte contre la pauvreté et à l’Insertion sociale
Le « Carrousel des Paufffsss » Dans notre contexte économique mondialisé, la précarité et l’exclusion touchent une population de plus en plus importante, dans les « pays du Sud », bien entendu, mais également chez nous. Rares sont les personnes « à l’abri » des accidents de la vie (20% de la population belge possède 80% des ressources). La donne a changé, les rapports de force sont différents et le fonctionnement de la société, censé se soucier du « bien commun », oppresse. Depuis ces derniers mois, le nombre de laissés-pour-compte augmente à vive allure et les personnes qui vivent la pauvreté et l’humiliation voient leur avenir « bouché ». Ce fonctionnement du « tout à l’économique » semble se banaliser, se normaliser dans l’indifférence collective, générant nombre d’injustices, ressenties dans tous les aspects de la vie quotidienne : difficultés d’emploi, de mobilité, d’accès aux soins de santé,… Un sentiment – justifié - d’insécurité sociale qui touche non seulement les plus démunis, mais aussi la classe moyenne dans son ensemble. Depuis quelques mois, des citoyens, soutenus par certains mouvements d’éducation permanente* actifs sur l’arrondissement de Philippeville, se rencontrent, réfléchissent et se mobilisent autour de ce sujet bien d’actualité : la pauvreté en milieu r ural. Ces personnes - pas seulement celles qui vivent dans une situation précaire, mais aussi toutes celles qui en sont solidaires - nous ont concocté un programme d’actions qui vise, avec humour et enthousiasme, à nous faire partager le résultat de leurs cogitations. A l’origine de cette action donc, le contexte socioéconomique caricatural dans lequel tout un chacun s’inscrit, bon gré, mal gré. Ce projet s’étendra sur une période de deux ans, au cours desquels différentes manifestations seront organisées, l’idée étant de rassembler un maximum de personnes lors des journées festives bien entendu, mais aussi d’ouvrir, à qui le souhaite, les groupes de réflexion et de préparation des événements. Tout qui donc se sent concerné par l’évolution socio-économique et ses conséquences sur notre vie est bienvenu au sein de l’organisation. A u programme de cette seconde action : Le 17 octobre, journée internationale du refus de la misère, à Beauraing (face à l’Hôtel de Ville) : présence de stands informatifs et humoristiques qui traitent de différents aspects des « joies de la vie dans notre belle région rurale, quand les fins de mois sont difficiles » ! - joies de la mobilité - joies pour « trouver un travail décent » - joies pour respecter le « Plan d’Accompagnement des Chômeurs » - la joie de faire garder ses enfants - la joie d’apprécier la qualité de vie lorsqu’il faut bricoler au quotidien pour s’assumer. - Etc. animations diverses : - saynètes humoristiques, - jeux « du mois » - expos-photos - montages vidéo - ateliers participatifs : écriture créative, anti-langue de bois, fresque d’émergence, etc. A n’en pas douter, le tout dans une ambiance conviviale, tonique et décapante Les citoyens, mais aussi les acteurs du monde pluraliste associatif (syndicats, mutualités,…), social (CTS, OISP, CPAS,…), culturels locaux et autres sont invités à participer activement à ce projet. Mouvements por teurs « Carrousel des Paufffsss » : Vie Féminine Couvin (Géraldine Simon) : 0493/69 82 66 ou 060/37 75 78 PAC Dinant-Philippeville (Véronique Vincent) : 0499/336 158 ou 060/313 448 CIEP-MOC (Nathalie Béf ays) : 060/378 448 ou 0477/66 82 39 GSARA (T hier ry Baudaux) : 0495/504 036 ou 060/31 74 15 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :