Action Armes & Tir n°289 jui/aoû 2005
Action Armes & Tir n°289 jui/aoû 2005
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°289 de jui/aoû 2005

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 43,5 Mo

  • Dans ce numéro : le SIG Sauer Mosquito.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
30 la forme en S caractéristique faisant également office de repose-doigt pour le majeur de la main forte. L’ouverture du bloc tombant provoque en effet l’éjection de la douille ou de la munition chambrée. Cette dernière est déviée sur la droite ou à gauche par un petit auget orientable à la main permettant également l’arrêt de l’étui au gré du tireur. C’est à la fermeture du verrou que le chien est automatiquement réarmé, supprimant ainsi une opération de chargement. Ces caractéristiques permettaient alors l’obtention d’une cadence de tir plus soutenue si nécessaire. Non contente de ces avantages, la Browning se démarque encore de la concurrence par une architecture particulière lui conférant une précision intrinsèque évidente. En effet, contrairement à l’usage alors en vigueur, le fût de l’arme n’est pas vissé directement sous le canon, mais dans une entretoise métallique fixée à l’avant du boîtier. Le canon est alors laissé intégralement flottant ce qui, combiné au chien venant frapper le percuteur dans l’axe du canon, évite les vibrations parasites au moment du départ. Usinage en retrait de la bouche du canon. Puis un certain Oliver Winchester… Toutes ces caractéristiques, ainsi que la réputation de précision et de robustesse vite acquise par cette carabine n’échappèrent pas à l’attention de la compagnie Winchester. C’est cette dernière qui, en 1885, racheta les droits de cette arme à Browning et en lança la production à plusieurs milliers d’exemplaires. Tout d’abord connue sous l’appellation de Winchester 1885, l’arme sera souvent désignée par le nom de « single shot ». La fabrication et la commercialisation de la 1885 se poursuivirent jusqu’en 1920. A cette époque, 139 725 carabines ont été produites. Bien entendu, ces armes étaient disponibles en plusieurs versions à la demande du client. Les calibres disponibles, les longueurs et formes de canons ainsi que les finitions variaient quasiment à l’infini. Si la qualité de cette single shot rifle ne s’est jamais démentie, il pour le moins amusant de constater que les événement ont fait qu’elle ait ensuite été reproduite par la Société Browning, appartenant comme Winchester au même groupe depuis 1997. Durant ces dernières années, plusieurs manufactures ont produit et, pour certaines, produisent des copies de Winchester 1885 High Wall. Le marché le plus important se trouve, bien entendu, aux Etats Unis où le phénomène du Cow Boy Action Shooting semble ne jamais devoir s’essouffler. A ce titre, Uberti du groupe Beretta, produit son propre modèle. Les établissements Ballard Rifle LLC en proposent plusieurs magnifiques versions alliant modernisme de fabrication et finitions custom pour plusieurs milliers de dollars moyennant quelques trimestres d’attente. Les modèles les plus courants sont donc ceux proposés par Browning entre 1985 et 2001. Ceux-ci sont de véritables versions modernisées, déclinées en pléthore de calibres modernes et anciens tels les.22-250 Remington,.270 Winchester, 7 mm Remington Magnum,.30-06 Springfield, et.45-70 Government, 38-55 WCF, 30-30 WCF… Le second modèle de single shot introduit par Browning est le « Low Wall », qui est une version à boîtier mécanisme bas (d’où son appellation) pour l’emploi de calibres plus contenus tels les.22 Hornet,.223 Rem.,.243 Win. et.260 Rem. Les qualités de bois et de finitions sont les mêmes que pour les modèles High Wall. Ces versions sont livrées avec canon de 24 pouces (60cm) sans organes de visée. Une ultime variante du Low Wall concerne les modèles livrés avec boite de culasse jaspée chambrés pour la sainte trinité des revolvers : les 357 Magnum, 44 Magnum et 45 Long Colt. Résultats obtenus à 100 mètres Le guidon à lame droite remplaçant celui à grain d’orge d’origine. Comme il est spécifié précédemment, la production des 1885 par Browning a été arrêtée en 2001. Pourtant, le modèle « à flancs bas » a été réintroduit au catalogue Winchester de 2003 en calibre 17 HMR ! De là à voir réapparaître le reste de la gamme dans quelques temps… Il n’y a qu’un pas que de nombreux amateurs aimeraient voir franchi par la société Winchesning ou Brownister (1). Mais revenons à notre Browning… La 1885 High Wall telle que nous la connaissons donc aujourd’hui est déclinée en deux versions. La première, dite standard est équipée d’un canon octogonal conique de 28 pouces, soit 712 mm. D’une longueur totale de 1100mm, son poids évolue de 3,760 à 4 Kilos selon les calibres choisis. La boite de culasse et le mécanisme sont percés et taraudés pour l’installation d’une visée optique. La seconde, dénommée « Traditional Hunter » est quasiment similaire si ce n’est la forme en croissant du sabot de crosse métallique, l’absence de perçages et l’adjonction en série d’un « tang sight » sur la queue du boîtier. Il existe enfin une troisième version de la 1885 dénommée BPCR pour Black Powder Cartridge Rifle. Comme son nom l’indique, cette reproduction est destinée au tir de cartouches à poudre noire. Deux sous modèles sont proposés : le Silhouette, chambre en 40-65 et 45-70 et Douilles Amorce Balle Poudre Charge Groupement Winchester CCI 200L.R LEE 405 g Tu 2000 2,10 g 96 mm Winchester CCI 200L.R LEE 405 g Tu 3000 2,60 g 67 mm Winchester CCI 200L.R LEE 405 g A0 0,90 g 73 mm Winchester CCI 200L.R LEE 405 g SP 3 1,75 g 72 mm Winchester CCI 200L.R LEE 405 g SP 3 1,80 g 52 mm Winchester CCI 200L.R LEE 405 g N 110 1,75 g 75 mm Winchester CCI 200L.R LEE 405 g N 110 1,80 g 65 mm L’origine de l’arme est nettement indiquée sur le marquage droit du canon.
Plan rapproché du pavillon de dioptre à ouvertures variables. le Target, en 45-90. Dans ces déclinaisons, les canons sont non seulement plus longs, mais comportent un cône de raccordement (free bore) beaucoup plus long, permettant l’emploi de munitions à balle calepinée ou, simplement chargées plus longues. De plus, les BPCR sont livrées avec des organes de visée spéciaux pour la longue distance (dioptre Soule et porte guidons à niveaux). Notre modèle d’essai est une version standard. Quoi qu’il en soit, le moins que l’on puisse dire est que l’arme est superbe. Les noyers employés à la réalisation de la crosse et du fût sont joliment veinés et quadrillés à la main. L’emploi de bois aussi De gauche à droite : L’accès à la chambre est donc libre et le chien n’est pas encore armé. La pièce ronde fendue en son centre est en fait le déflecteur de douilles orientable. Qu’elle ait été tirée ou non, la cartouche est éjectée vers l’arrière. Le bourrelet est ici au contact du déflecteur en position « arrêt ». Le levier de sous garde s’abaisse en douceur, provocant l’ouverture du bloc culasse (en blanc). beau est suffisamment rare de nos jours pour être signalé avec insistance ! Notre grand désespoir porte sur le fait que la finition retenue est le très américain « gloss finish » ou fini (trop) brillant apporté à grand renfort de vernis polyuréthane. Comme la chose le montre en certains endroits, cette finition se fait la mémoire de chaque rencontre avec une ronce ou de tout choc ayant été subi par l’arme… Mais rien n’est définitif et un bon décapage suivi d’un huilage plus traditionnel devrait, à l’avenir, arranger les choses. La crosse de forme anglaise est finie par un très moderne sabot amortisseur qui, au vu du calibre choisi (le 45-70) se montrera également très efficace. Les métaux sont également supérieurement finis. Après un polissage particulièrement poussé, ils reçoivent un bronzage noir profond brillant du plus bel effet. Seule la culasse tombante est laissée brillante. Afin de bien souligner l’origine de la fabrication, Browning a gravé son logo en tête de cerf sur la courbure du levier de sous garde. Une précision tout de même par rapport au modèle original, concerne l’angle de travail de la culasse. En effet, le bloc obturateur de la Browning initiale (comme les productions Winchester par la suite) présentait un effet de came à la fermeture de l’ordre de 6°. Cette configuration permettait de chambrer toute munition, même un peu longue ou légèrement déformée. Ceci n’est plus de mise sur les exemplaires modernes. Il convient donc de soigner le rechargement. Les cartouches manufacturées présentant généralement des cotes minimales, aucun problème ne devrait apparaître de ce coté là. La détente, quant à elle, n’a rien à envier à celle d’une arme de conception plus récente. Large d’un bon centimètre et striée longitudinalement, elle est réglable en poids de départ par l’entremise d’une petite vis. Son engagement et sa course résiduelle ne sont pas modifiables, mais elle est sèche et directe, et le back-lash est réduit au minimum. Comme précisé précédemment, le canon est flottant sur toute sa longueur. Il s’agit d’un superbe barreau octogonal de 28 pouces de long (710mm). Malgré sa forme octogonale, il affecte un profil conique permettant une répartition des masses tout à fait judicieuse. Simplement vissé dans la carcasse (sur 22mm tout de même), il n’est maintenu par aucune goupille. L’intérieur présente une finition parfaite avec six rayures droitières de 3,3mm de large au pas de 19 pouces (484mm au tour). La prise d’empreinte du tube nous indique un diamètre à fond d’âme de 457 (11,64mm) pour.451 (11,46mm) sur plat. Cette configuration s’avère judicieuse puisqu’elle permet de stabiliser toutes les balles du commerce, de la plus légère à la plus lourde. Comme l’indique le manuel Winchester, la 1885 « contemporaine » est usinée pour l’emploi de munitions modernes à poudre sans fumée. Ceci se 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 1Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 2-3Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 4-5Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 6-7Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 8-9Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 10-11Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 12-13Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 14-15Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 16-17Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 18-19Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 20-21Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 22-23Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 24-25Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 26-27Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 28-29Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 30-31Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 32-33Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 34-35Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 36-37Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 38-39Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 40-41Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 42-43Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 44-45Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 46-47Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 48-49Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 50-51Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 52-53Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 54-55Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 56-57Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 58-59Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 60-61Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 62-63Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 64-65Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 66-67Action Armes & Tir numéro 289 jui/aoû 2005 Page 68