Action Armes & Tir n°288 juin 2005
Action Armes & Tir n°288 juin 2005
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°288 de juin 2005

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 43,8 Mo

  • Dans ce numéro : le Smith & Wesson 1911 CC.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
50 Les armes dans l’histoire Le fusil semi-automatique tchècoslovaque Al’image des Allemands qui avaient adopté pour leur fusil d’assaut la cartouche de 7,92 Kurz (7,92 x 33 mm), les Soviétiques ne tardèrent pas à mettre en service une munition intermédiaire : la 7,62 M 43 A B C (7,62 x 39 mm), qui sera tout d’abord employée dans la carabine semi-automatique SKS adoptée en 1946 avant de devenir la munition du nouveau fusil d’assaut soviétique AK 47, qui assurera à cette munition une diffusion planétaire. Une arme bien conçue Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les Tchécoslovaques, dont l’industrie armurière déjà florissante avant-guerre, avait été développée à un niveau très élevé par les occupants allemands, entreprirent également des recherches dans ce sens. Un programme pour la mise au point d’une A - Cartouche tchècoslovaque de 7,62x45 mm initialement employée par le VZ 52, B - Cartouche de 7,62x39 utilisée dans les 52/57, C - Cartouche de 7,29x33 (7,92 kurtz) du MP 43 allemand, pour comparaison. La seconde guerre mondiale avait vu la mise en service de fusils semiautomatiques dans la plupart des armées belligérantes. De haut en bas : La baïonnette repliée du côté droit le long du fût rend le VZ 52 immédiatement identifiable. Baïonnette dépliée. munition intermédiaire, lancé en 1947 aboutit à la mise au point d’une arme fort intéressante, d’abord appelée Z 493 puis Z 502, qui sera finalement adoptée en 1952 sous l’appellation de « fusil semi-automatique de 7,62 mm modèle 52 ». Cette arme avait été développée pour une cartouche intermédiaire de conception tchécoslovaque : la 7,62x45 mm aussi appelée « Z 50 », qui fut également utilisée pour la mitrailleuse légère modèle 52 adoptée la même année. Elle fonctionne par emprunt des gaz en un point du canon. Les gaz repoussent sur une courte distance un piston annulaire entourant le canon. Ce piston fait lui-même reculer deux tringles se trouvant de part et d’autre du canon et dont la partie arrière
Après avoir appuyé sur le poussoir de verrouillage de la baïonnette, placé du côté gauche de l’embouchoir, il est possible de déplier cette dernière. Le recul de la pièce de déverrouillage fait saillir ces pièces biseautées dans le boîtier qui provoque l’abaissement de la tête de culasse et son déverrouillage. pénètre dans le boîtier. Lorsque ces tringles reculent, leur partie arrière, biseautée, abaisse la tête de culasse, ce qui assure le déverrouillage de cette dernière et lui permet de reculer avec la pièce de manœuvre. Bien qu’assez lourde, la carabine 52 est une arme compacte et maniable. Les tests de précison effectués avant son adoption établirent que l’arme avait des performances équivalentes à celle du fusil à verrou VZ 24 jusqu’à 650 mètres. Elle est dotée d’un chargeur amovible pour dix cartouches placées sur deux piles imbriquées. Toutefois, il semble que dans un premier temps, les Tchécoslovaques ne dotaient leurs troupes que d’une pochette contenant deux chargeurs de rechange et de lames-chargeur de cinq cartouches permettant de garnir un chargeur restant sur l’arme. On voit que par beaucoup d’égards, le cahier des charges qui a abouti à la carabine VZ 52 était inspiré des caractéristiques de la SKS soviétique. Par contre, le chargeur amovible du VZ 52 paraît de conception plus moderne que le chargeur fixe de la SKS. Une baïonnette pliante est placée du côté gauche du fût dotée d’organes de visée simples mais bien conçus. Outre l’armée tchécoslovaque, la carabine modèle 52 équipera également les armées égyptienne,syrienne et cubaine. L’arme sera fabriquée par l’usine Povaska Bystrica de Strakonice 1952 à 1957 puis par celle d’Uherski Brod. Le métal phosphaté gris, monté sur un bois d’aspect médiocre vernis jaune clair ou merisier foncé donne aux carabines modèle 52 un aspect peu attrayant. Pourtant, ces armes sont très soigneusement fabriquées. La « Normalisation » Après une courte période de relative autonomie, la Tchécoslovaquie se trouve absorbée à partir de 1948 dans l’orbite soviétique, en application des accords de Yalta, qui avaient accordé le contrôle de l’Europe de l’ouest à Staline. Les éléments anticommunistes sont rapidement empoisonnés ou contraints à l’exil. L’administration est étroitement épurée et contrôlée alors que l’armée est intégrée dans une union militaire qui prendra quelques années plus tard le nom de « Pacte de Varsovie ». Moscou impose aux armées des « pays frères » un alignement des calibres de leurs armes à feu sur les calibres en usage en URSS. De haut en bas : Levier de sûreté en position « Feu ». Levier de sûreté en position « Sécurité ». Fiche Technique Calibre 7,62x45 mm (7,82x39 mm pour le modèle 52/57) Longueur totale 100cm (120 lorsque la baïonnette est dépliée) Longueur du canon 52,5cm Poids de l’arme non chargée 4,200 kg Capacité du chargeur 10 cartouches Accessoires nécessaire de nettoyage logé dans la crosse, comprenant une baguette de nettoyage, un écouvillon et un flacon d’huile servant de poignée à la baguette ; Bouchon de tir à blanc, bouchon de canon, bretelle toile et cuir, porte-chargeur toile et cuir pour deux chargeurs C’est dans ce cadre qu’il est décidé en 1954 que les carabines modèle 52 seront désormais chambrées pour la cartouche soviétique M. 43 (7,62x39 mm) en service en URSS pour les carabines SKS et les fusils d’assaut AK 47.Les carabines produites dans ce calibre prennent l’appellation le modèle 52/57. En dehors de leur calibre, elles diffèrent du modèle 52 par leur hausse graduée jusqu’à 900 mètres et non plus jusqu’à 1000 met par leur canon chromé inté- Pièce de déverrouillage de la culasse et son ressort. On distingue également les traces de la neutralisation de l’arme ! 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 1Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 2-3Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 4-5Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 6-7Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 8-9Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 10-11Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 12-13Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 14-15Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 16-17Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 18-19Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 20-21Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 22-23Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 24-25Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 26-27Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 28-29Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 30-31Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 32-33Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 34-35Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 36-37Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 38-39Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 40-41Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 42-43Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 44-45Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 46-47Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 48-49Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 50-51Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 52-53Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 54-55Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 56-57Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 58-59Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 60-61Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 62-63Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 64-65Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 66-67Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 68