Action Armes & Tir n°288 juin 2005
Action Armes & Tir n°288 juin 2005
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°288 de juin 2005

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 43,8 Mo

  • Dans ce numéro : le Smith & Wesson 1911 CC.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
46 Casque à visière proposé par Armedia. Hache de guerre vue sur le site U.S. www.by-thesword.com Le film L’aventure extraordinaire d’un homme ordinaire, précipité dans un conflit politico-religieux qui va durer des décennies : les croisades. Étranger sur une terre qui lui est étrangère, il va servir un roi condamné (Beaudouin IV, ce roi lépreux du royaume chrétien de Jérusalem que son masque de métal fait ressembler à Belphégor), s’éprendre d’une troublante et inaccessible princesse avant d’être fait chevalier. Il lui faudra protéger les habitants de Jérusalem, dont une immense armée sarrazine conduite par le fameux émir Saladin a entrepris le siège, sans jamais cesser de lutter pour maintenir une paix fragile… Bien que tous les évènements relatés et aient un fond de vérité et que nombre de personnages aient vraiment existé (Saladin, Renaud de Châtillon, Guy de Lusignan), il ne faut pas prendre ce long film (2h30) comme un modèle de fresque historique, mais plutôt comme un « western » du Moyen Âge assez caricatural avec ses bons et ses méchants. On assiste en définitive à un spectacle ébouriffant, avec des coups d’épée comme s’il en pleuvait, des chevauchées incroyables et des décors et des paysages d’un kitch fabuleux. L’estampille « Ridley Scott » est évidemment garante d’un impeccable savoirfaire : utilisant avec maestria toutes les ressources du cinéma traditionnel et des effets spéciaux, les scènes de batailles d’un réalisme aussi effrayant que fascinant sont somptueusement reconstituées grâce aux désormais traditionnelles armées « virtuelles » digitalisées, et le spectateur a droit à une démonstration très réaliste des armes utilisées au XIIe siècle. Quant au « message » d’humanisme et de tolérance que d’aucuns prêteraient au film, il suffit de relever le nombre de têtes coupées pour avoir un léger doute. Comme toujours depuis quelques années lors de films historiques à grand spectacle, des recherches très poussées ont été menées pour recréer les divers costumes du film en visitant le British Museum, l’armurerie de Leeds et la Salle des Croisades du château de Versailles. À partir de là, environ 15 000 costumes ont été créés pour les acteurs et figurants et ont habillé jusqu’à 2000 neurs et de reconstitueurs (les pièces d’époque étant d’une rareté et d’un coût inabordable pour le plus grand nombre) que de simples amateurs ou passionnés d’une histoire haute en couleurs et bénéficient de l’intérêt du grand public. L’offre est aujourd’hui très variée et relativement disparate, mais on y trouve du pire Autre produit www.by-thesword.com, cette masse très rustique. figurants en même temps. Ils ont mis en place sur les lieux de tournage de véritables « villages » pour laver, vieillir, teindre, créer et ajuster les différents costumes. « Kingdom of Heaven » a été tourné dans deux pays : en Espagne, à Séville notamment, pour les scènes se déroulant dans la France du XII ème siècle, et au Maroc pour celles situées en Terre sainte. Certains intérieurs de Jérusalem ont également été filmés en Espagne. Le dernier lieu de tournage a été Essaouira, sur la côte Atlantique du Maroc. Cette ville portuaire a été utilisée pour ses rues et ses vieux murs qui passent pour des détails de l’ancienne Jérusalem. Les décorateurs ont reconstitué les extérieurs de Jérusalem du XIIe siècle aux studios Atlas Films. Des décors pharaoniques (28000 m2 de murs utilisant 6 000 tonnes de plâtre) ont été recréés d’après des éléments de la vraie ville, les portes, la zone de la citadelle, avec la Tour de David. Une équipe de 80 décorateurs et artisans a dû également fabriquer la plupart des objets de la vie courante, travaillant de la même manière que leurs ancêtres. Un forgeron britannique a même enseigné à l’acteur principal Orlando Bloom comment se comporter dans une forge comme on le faisait il y a mille ans.comme du meilleur : il y a bien sûr un abîme entre une cotte faite de chaînons inox emboutis et une maille forgée et rivetée « à l’ancienne ». On peut toutefois établir une classification en trois grandes catégories : les simples objets de décoration historiquement approximatifs et de facture moderne, issus d’une fabrication industrielle de masse, les armes de fabrication industrielle mais plus soignées et enfin les fabrications artisanales ou semiartisanales très fidèles aux modèles originaux. Parmi les premières, on trouve principalement les produits espagnols (Marto) et beaucoup de fabrications indiennes ou pakistanaises, qui utilisent des procédés très simplifiés mais peu coûteux (lames en inox découpé, finitions industrielles). Malgré leur aspect clinquant et peu crédible, leur
Un guerrier de l’Islam au temps de Saladin. succès perdure en dépit de la concurrence de produits plus fidèles, car ils sont généralement très bon marché et suffisent à contenter les personnes pour qui passent avant tout l’aspect général et la valeur d’évocation de l’objet. Au rang des secondes, quelques sociétés se taillent la part du lion (Hanwei/Casiberia représentés en France par Pierre Supper et en Grande-Bretagne par Pieces of History Ltd., Museum Replicas/Atlanta Cultery, etc). Il s’agit le plus souvent de fabricants asiatiques qui se sont associés avec des européens pour améliorer leurs produits en les adaptant à l’évolution des exigences de la clientèle, désireuse d’acquérir des objets les Pour vous équiper… Importateurs spécialisés Ets Waldmann, Tél. : 01 48 78 23 14 Ets Pierre Supper, Fax : 03 87 37 03 08 Pieces of History Ltd., Tél./Fax : 00 44 1827 875 867 Revendeurs spécialisés Europsurpl’U.S., Tél. : 01 47 00 32 76, www.europsurplus.com Répliqua, Tél. : 01 43 54 33 46 Sites Internet américains www.museumreplicas.com www.casiberia.com www.by-the-sword.com Sites marchands Internet de vente en ligne (France) http://www.medievart.com/medievart/frame.html http://www.tradia.fr/Casques sarrazins (à gauche Medievart en résine, à droite Samarkandia en acier). Epée droite du roi Saladin (www.mwart.com) plus proches possibles de la réalité sans pour autant payer le prix fort. Signalons toutefois un fabricant français de structure PME, Armedia (basée dans le Jura), qui propose des pièces forgées de très belle qualité à des prix plus que sages.Basé en Lot-et-Garonne, Médiév'art est fournisseur depuis 1990 des plus grands spectacles, films, cascadeurs, théatres, opéras, musées et châ- http://www.antikcostume.com/http://www.lalicornemedievale.fr/la_licorne_boutique.php http://www.armae.com/(spécialiste basé à Lyon) http://www.armedia.fr/(ne ratez pas l’intro musicale) http://www.sport7.fr/fr/catalogue2/recherche01.ph p (escrime ancienne) http://www.mardinus.c2000.pl/Artisans armuriers (super boulot de qualité, comme à l’époque !) www.samarkandia.com (armes médiévales des pays de l’est) http://serge-adrover.chez.tiscali.fr (fabricant d’arbalète) http://membres.lycos.fr/mestredeguerre/http://membres.lycos.fr/armory/http://perso.wanadoo.fr/jean-luc.soubeyras/http://www.paul-binns-swords.co.uk/polearms.html (anglais) teaux, du Puy du Fou à « Jeanne d'Arc » de Luc Besson. Les modèles sont créés dans un souci de réalisme historique et fabriqués pour la plupart en matériaux composites, (résines de polyester métallisées) et fibre de verre, mais également sur demande en époxy carbone-Kevlar, ou en élastomère. Enfin le plus fort développement est celui des petites structures artisanales qui fabriquent pratiquement à la commande. Épées, armes blanches diverses (masses, haches, fléaux) armes d’hast (lances, fauchards, guisarmes), mais aussi arcs et arbalètes, cottes de mailles et armures, rien n’est impossible. C’est juste une question de délais et de moyens. ■ Texte : Philippe Couvreur Photos : David Appleby, Frédéric Coune et archives ACTION GUNS A&T. 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 1Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 2-3Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 4-5Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 6-7Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 8-9Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 10-11Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 12-13Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 14-15Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 16-17Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 18-19Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 20-21Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 22-23Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 24-25Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 26-27Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 28-29Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 30-31Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 32-33Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 34-35Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 36-37Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 38-39Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 40-41Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 42-43Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 44-45Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 46-47Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 48-49Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 50-51Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 52-53Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 54-55Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 56-57Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 58-59Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 60-61Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 62-63Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 64-65Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 66-67Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 68