Action Armes & Tir n°288 juin 2005
Action Armes & Tir n°288 juin 2005
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°288 de juin 2005

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 43,8 Mo

  • Dans ce numéro : le Smith & Wesson 1911 CC.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
attention de bien s’entendre sur les mots ! Quand on dit de cette arme qu’elle est en Scandium, il faut comprendre que seule sa carcasse fait appel à ce métal rare. Encore n’est-il utilisé qu’en infime quantité, afin de renforcer l’alliage d’aluminium. Le Scandium, un métal plus cher que l’or… Pour la réalisation de la carcasse de ce nouveau modèle, la firme Smith & Wesson a fait appel à une technologie de pointe qui consiste à utiliser un alliage d’aluminium renforcé par l’ajout de Scandium. Le guidon, installé à queue d’aronde à l’extrémité antérieure de la culasse à glissière, est un modèle de rigueur et de robustesse. Le Scandium, qui est classé dans les « terres rares », est un métal mou dont il n’existe aucun gisement naturel. Il est récupéré lors de l’affinage d’autres métaux, principalement de l’uranium enrichi. Avec une cinquantaine de kilos par an, sa production mondiale est infime comparée, par exemple, à celle de l’aluminium qui dépasse les 275 000 tonnes ! Ce qui explique pourquoi le Scandium coûte plus cher que l’or ! Les chercheurs ont découvert récemment qu’ajouter une petite quantité de Scandium à l’aluminium, dans une proportion de 4% environ, permettait d’en augmenter la dureté de façon spectaculaire puisque l’alliage ainsi obtenu serait presque aussi dur que le Titane, tout en offrant une meilleure élasticité (donc une meilleure résistance aux pressions pour les armes à feu) et en restant nettement plus léger. Rappelons que le Titane est aussi résistant que l’acier et qu’il est 45% plus léger. Il est 60% plus lourd que l’aluminium, mais deux fois plus solide. L’alliage Aluminium-Scandium (Al/Sc), en raison de la faible quantité de Scandium utilisée, permet d’obtenir des coûts de production compétitifs par rapport au Le mécanisme à simple action comporte un levier de sûreté allongé qui, couplé à la pédale de sécurité qui bloque la détente tant que la poignée n’est pas prise en main, permet de porter l’arme en « Condition One » (cartouche chambrée et chien armé). Ce nouveau pistolet destiné à la défense et au combat se démarque non seulement par sa taille réduite et son faible poids, mais encore par sa très belle finition : le soin apporté dans la réalisation du bronzage et la qualité des plaquettes en bois exotique bien veiné ont en effet de quoi séduire le futur acquéreur. Titane. Cette nouvelle technologie, qui intéresse bien sûr au premier chef les militaires, l’industrie spatiale et les constructeurs aéronautiques, n’en est pas moins déjà mise en œuvre dans le domaine des loisirs pour la fabrication de manches de cannes de golf et de cadres de vélos tout-terrain. Il dispose d’une carcasse « poids plume » Etant donné la très faible production et l’évolution prévisible de la demande, on peut toutefois s’interroger sur la validité économique de ce choix dans l’avenir. Il semblerait toutefois que le scandium soit actuellement fourni par l’Ukraine, où il est récupéré comme sous-produit des gisements de fer. En tout état de cause, Smith & Wesson n’a pas hésité à l’utiliser, en partie sans doute pour l’argument publicitaire qu’il représente. Force est de constater en tout cas que le 1911 Sc bénéficie d’une légèreté étonnante quand on le prend en mains. Sa carcasse, équipée des plaquettes de crosse en bois exotique, des commandes et des différents mécanismes internes, ne pèse que 285 grammes. Outre cette carcasse légère, le poids total de l’arme, soit 845 g, se décompose de la manière suivante : 339g pour la culasse en acier au carbone (équipée des éléments de visée, du percuteur et de l’extracteur) ; 83 g pour le canon en acier inoxydable ; 43 g
Le 1911 Sc reçoit des éléments de visée de type combat d’excellente qualité - guidon et hausse Novak montés à queue d’aronde - qui bénéficient en outre d’une prise de visée rapide par alignement de trois points blancs. pour le ressort récupérateur et sa tigeguide en acier inoxydable massif ; 73 g pour le chargeur, auxquels il faut ajouter quelques 22 g pour le bushing (bague de centrage du canon), le capuchon du ressort récupérateur et la clef de démontage (levier arrêtoir de culasse). Sa platine à simple action fait appel à un chien à deux crans (sûreté et armé) et à une détente à mouvement rectiligne. La queue de détente, en aluminium, reçoit des rainures antidérapantes longitudinales et des trous transversaux d’allégement. Elle dispose d’une vis permettant de régler le Backlash (course résiduelle après le décrochement du chien). Le poids du départ se situe à 2 kilos, ce qui constitue un compromis raisonnable pour une arme de défense. Une pédale de sécurité, placée en partie haute à l’arrière de la poignée, condamne la détente tant que l’arme n’est pas tenue en main. Le levier de sûreté allongé, situé sur le côté gauche, procure une excellente ergonomie. Il peut être aisément actionné à l’aide du pouce par un tireur droitier, aussi bien vers le haut (enclenchement) que vers le bas (effacement). La sûreté, qui bloque la détente et interdit l’armement de la culasse, ne peut être engagée que si le chien est au cran d’armé. Elle permet de porter l’arme en « Condition One », c’est-à-dire cartouche chambrée et chien armé. Un rainurage qui manque de mordant ! La culasse à glissière comporte des rainures de préhension, usinées à la fois Les rainures de préhension du S & W 1911 Sc (A), usinées de chaque côté de la culasse à glissière, manquent dans sa partie avant et dans sa partie arrière. Malheureusement, ces rainures en V manquent cruellement de mordant, ce qui ne facilite pas les manœuvres, d’autant plus que cette culasse est rappelée par un ressort récupérateur vigoureux. Elles se révèlent nettement moins efficaces que celles d’un Colt Government Mark IV, dont les sillons asymétriques sont nettement inclinés vers l’avant et comportent des crêtes vives ou celles d’un Les Baer Custom, lesquelles sont symétriques mais infiniment plus fines et tranchantes. Il convient toutefois de préciser que le glissement « rugueux » de la culasse à glissière de notre pistolet de test dénonce un évident manque de rodage. Son fonctionnement devrait logiquement s’adoucir à l’usage. Puisque nous en sommes au niveau des reproches, signalons le non-fonc- cruellement de mordant par rapport à celles du Colt (B), dont les sillons asymétriques sont plus nettement Fiche Technique Modèle 1911 Sc Fabricant Smith & Wesson (USA) Calibre.45 ACP (11,43 mm) Capacité 8 coups + 1 Matériau de carcasse alliage aluminium-scandium Longueur totale 200 mm Hauteur 147 mm Largeur hors-tout 35 mm Poids à vide 0,845 kg Longueur du canon 109 mm (4 pouces 1/4) Nombre de rayures 6 à droite Longueur ligne de mire 153 mm Hausse dérivable Guidon dérivable Platine à simple action Poids du départ 2,000 kg Législation 1 ère catégorie acquisition et détention soumises à autorisation préfectorale Prix indicatif 1355 € relevé chez Eduard Kettner en mai 2005 tionnement, sur notre arme de test, du levier arrêtoir. Impossible en effet de déverrouiller la culasse quand un chargeur, garni ou non, est engagé. Quelle que soit la force appliquée sur la tête du levier, ce dernier refuse obstinément d’assumer son rôle. Nous devons nous résigner à retirer le chargeur, afin de pouvoir refermer la culasse après avoir introduit directement une première cartouche dans la chambre. Le canon comporte au tonnerre une échancrure assez large pour permettre de visualiser l’éventuelle présence du culot d’une cartouche chambrée. Ce type d’indicateur de chargement, qui fonctionne de façon visuelle uniquement et suppose que la luminosité ambiante soit suffisante, est devenu un classique sur les copies modernes du Colt Government. Il constitue une façon inclinés vers l’avant ou à celles du Les Baer (C), beaucoup plus fines et tranchantes. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 1Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 2-3Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 4-5Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 6-7Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 8-9Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 10-11Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 12-13Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 14-15Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 16-17Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 18-19Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 20-21Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 22-23Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 24-25Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 26-27Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 28-29Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 30-31Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 32-33Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 34-35Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 36-37Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 38-39Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 40-41Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 42-43Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 44-45Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 46-47Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 48-49Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 50-51Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 52-53Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 54-55Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 56-57Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 58-59Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 60-61Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 62-63Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 64-65Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 66-67Action Armes & Tir numéro 288 juin 2005 Page 68