Action Armes & Tir n°280 octobre 2004
Action Armes & Tir n°280 octobre 2004
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°280 de octobre 2004

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 48,4 Mo

  • Dans ce numéro : le revolver le plus puissant au monde... S&W .500 Magnum.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Historique 40 L’Ami de la manu en 8,92 Bien finis et puissants, les revolvers hammerless de la Manufacture Française d’Armes & de Cycles de Saint Etienne vont connaître un très grand succès, avant 1914. L’avènement des armes réglementaires tirant à poudre sans fumée, a pour effet de déclasser rapidement l’ensemble des armes du commerce tirant encore à poudre noire. Dans le domaine des armes de poche, les armuriers vont suivre le mouvement, tant il est vrai que le marché, est lucratif. Nous sommes à l’heure des « apaches » et les « chauffeurs » sévissent encore dans les campagnes. Même si les suppléments illustrés d’une presse en plein essor, tendent à créer un climat d’insécurité, la France reste paisible. Tout un chacun peut alors se procurer l’arme de son choix. Armuriers, quincailliers mais aussi marchands de cycles et droguistes proposent des armes peu coûteuses, qui vont dormir dans les tiroirs. Il y en a pour tous les goûts, toutes les bourses et raffinement suprême, ces revolvers tirent la célèbre 8 mm 92, dont tous le monde vante « l’extraordinaire puissance et la précision ». Les gangsters et les cambrioleurs ne s’aventurent pas comme cela chez les bourgeois. Un coup de feu est si Publicité pour le revolver « l’Ami » dans le catalogue de la Manufacture Française d’Armes et de Cycles de Saint-Etienne. L’Ami vu du côté gauche avec sa cartouche surpuissante dans l’esprit des Français, le 8 mm Lebel ! vite parti ! Si le voleur n’est que blessé, c’est le bagne de Cayenne qui l’attend. Cette France surarmée connaît sa période la plus paisible ! Les premiers revolvers en 8,92 L’arrivée aux catalogues des fabricants des premiers « Revolvers Renforcés », condamne à terme les « Bull-dog » chambrés en 320, 380 et 450, que l’on appelle déjà, par dérision, les revolvers à vapeur… En 1893,C.F. Galand est le premier, sans doute, à commercialiser un revolver de poche, hammerless, utilisant une cartouche de 8 mm, chargée de poudre sans fumée. Le TUE-TUE est une extrapolation des revolvers à clef, vendus par Galand depuis des années. Sa cartouche, s’inspire de la munition pré-réglementaire, mise au point pour les modèles d’essais de 1887. Deux ans après son apparition dans l’Album Galand, le Tue-tue subit une modification dans la longueur du barillet, de façon à pouvoir chambrer à la fois, sa propre munition ainsi que les 8 mm 92 civiles et réglementaires. Les dimensions Marquage de la Manufacture Française d’Armes & de Cycles de Saint Etienne.
restent les mêmes au prix d’un raccourcissement du canon. Fort d’un succès prometteur, Charles puis René Galand vont présenter plusieurs variantes de Tue- Tue. L’arme connaît un réel succès et sera vendue jusqu’en 1935. Les copies du Tue-Tue Rançon du succès, le Tue-tue sera abondamment copié, par les sous-traitants de la firme, dans un premier temps, puis par d’autres armuriers belges qui reprendront l’arme sous un nom différent ou son l’allure tout simplement, vantant alors la puissance des cartouches de 8 mm « lebel ». Au début du siècle, les copies de Tuetue déferlent dans les catalogues de grandes maisons. On les retrouve chez A Francotte, Verney-Carron, Bergeron et Girodet, Oury… Pendant ce temps, à Saint-Etienne, messieurs Mimard et Blanchon préparent leur riposte. Ils décident de re-conditionner leurs revolvers de poche autour de la 8 mm 92. Les revolvers renforcés Introduction d’une cartouche, le système d’extraction comme d’alimentation sont archaïques. Quelques revolvers renforcés du catalogue de la Manufacture Française d’Armes et de Cycles de Saint-Etienne, de haut en bas : le Colonial, le Formidable et le Municipal. Le Formidable, commercialisé à la fin du XIX ème siècle, obtient en 1895, le Grand Prix de la Chambre de Commerce de la ville de Saint Etienne. C’est une bonne arme de défense, fabriquée « tout acier », qui dispose d’une capacité de cinq coups. Le levier qui commande l’ouverture du barillet est emprunté aux Colt. Le revolver est dépourvu de chien apparent et dispose d’une sûreté manuelle. Lourd, affreusement laid avec ce canon à étranglement que l’on retrouvera plus tard, sur certaines armes de poche belges et espagnoles, le Formidable évolue rapidement vers des lignes plus épurées. Etrangement, alors que la version civile du revolver d’ordonnance, voit ses prix s’effondrer d’année en année, ceux du Formidable connaissent une progression sans à coups. Vendu 45 F au début du siècle, il coûte 4 F de plus à la veille de la Grande Guerre. Le succès du Formidable sur le marché français, entraîne peu à peu nos armuriers à présenter de nouveaux revolvers renforcés à leur clientèle. En ces temps où la défense des biens et des personnes est encore l’un des devoirs du citoyen, ces armes en vente libre remplacent petit à petit les vieux revolvers à broche et autres Bull-dog dans les tiroirs caisses et les tables de nuit de nos grands-pères ! Tirer dans ces petits revolvers à cinq coups, la puissante 8 mm 92, tant vanter, s’apparente au mythe du 357 Magnum dans les années 60-70 ! C’est de Belgique que proviennent la plupart de ces revolvers, où ils sont fabriqués pour une bouchée de pain, par des 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 1Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 2-3Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 4-5Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 6-7Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 8-9Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 10-11Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 12-13Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 14-15Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 16-17Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 18-19Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 20-21Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 22-23Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 24-25Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 26-27Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 28-29Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 30-31Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 32-33Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 34-35Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 36-37Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 38-39Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 40-41Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 42-43Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 44-45Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 46-47Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 48-49Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 50-51Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 52-53Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 54-55Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 56-57Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 58-59Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 60-61Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 62-63Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 64-65Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 66-67Action Armes & Tir numéro 280 octobre 2004 Page 68