Action Armes & Tir n°260 décembre 2002
Action Armes & Tir n°260 décembre 2002
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°260 de décembre 2002

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Régi'Arm

  • Format : (202 x 291) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 77,3 Mo

  • Dans ce numéro : le SIG pro DAO et ses accessoires.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
40 LA CARABINE REINA DE MANUFRANCE Carabine Reina N°450 vue du côté droit. Le levier d'armement du premier type ainsi que la crosse en beau noyer clair identifient une carabine de fabrication précoce. F ine et élégante, la carabine Reina, possédait une ligne qui s'écartait totalement de celle des carabines à verrou traditionnelles et des fusils de chasse qui continuaient à occuper la majeure partie de la section « armes » du catalogue Manufrance. Aujourd'hui encore, cette jolie carabine possède un énorme attrait pour beaucoup d'entre-nous. CONTEXTE HISTORIQUE Entre les deux guerres, la chasse aux petits nuisibles était plutôt dévolue à des carabines tirant des cartouches de 9 mm Flobert à balle ou à plombou à de petites carabines calibre 12 ou 14 mm. Le tir était quant à lui plutôt pratiqué avec des carabines.22 ou 6 mm Bosquette, dont les carabines « Buffalo » de la manufacture d'armes et cycles de Saint-Etienne constituent encore l'une des plus belles illustrations. A partir des années cinquante, le calibre.22L.R., apprécié pour sa précision et sa portée se répandit de plus en plus. La carabine semi-automatique Reina fut mise sur le marché par L'enfance et la jeunesse de la plupart des tireurs et des collectionneurs qui ont aujourd'hui passé la quarantaine ont été marquées par de longues heures de rêveries passées devant les catalogues de la manufacture d'armes et cycles de Saint-Etienne. Manufrance en 1954, sous la référence 450. Très rapidement cette carabine précise et fiable, connut un grand succès tant auprès de différentes catégories de la population  : - le tireurs pouvaient ainsi disposer d'une carabine semi-automatique en calibre.22 pour le tir récréatif, à l'époque où le marché national n'en offrait que peu de modèles, - les habitants des zones rurales l'appréciaient d'autant plus, pour détruire rongeurs et petits prédateurs divers ainsi que pour protéger leurs récoltes des oiseaux, que son boîtier était doté d'une queue d'aronde de 11 mm de large, permettant la fixation d'une lunette, et que son canon fileté pouvait recevoir un modérateur de son. Ainsi la frontière entre destruction des nuisibles et braconnage étaitelle souvent franchie ! PRÉSENTATION Il s'agit d'une carabine semiautomatique de calibre.22L.R., fonctionnant à culasse non calée mais tirant à culasse fermée. Elle est alimentée par un chargeur amovible de huit cartouches. Des chargeurs de deux cartouches seront plus tard mis à la dispositions des chasseurs, lorsque les armes semi-automatiques à plus de trois coups auront été interdites pour la chasse. L'arme est fabriquée selon les méthodes traditionnelles, la majorité des pièces sont usinées et la crosse est en noyer. La finition
interne et externe des pièces est d'une grande qualité. La culasse se compose de deux parties  : la partie arrière, appelée « chien » dans la nomenclature de Manufrance et la partie avant constituée de la culasse mobile et du levier d'armement ainsi que de l'extracteur. Ces deux ensembles principaux sont complétés par la tige-guide de butée, le percuteur, le ressort de percuteur, le ressort de culasse et le cylindre de culasse dans lequel vient se loger le ressort de percuteur. Après le tir d'une cartouche ou après que la culasse ait été amenée manuellement en arrière par le tireur, le ressort de culasse repousse cette dernière vers CARACTERISTIQUE Classement 4" catégorie Longueur totale 1, 07m Longueur du canon 0,56m Poids à vide 2,2 kg Alimentation Chargeur amovible de 8 cartouches pour le tir et de 2 cartouches pour la chasse. usse à crémaillère sur le modèle 446, hausse tangenlie, à réglage micrométrique en dérive graduée jus'à 150m sur le modèle 450. Le haut du boîtier comrte un rail dellmm pour le montage d'une lunette. l'avant. Si un chargeur garni est en place, la culasse prélève une cartouche, et vient se plaquer contre la face arrière de la chambre. La partie arrière de la culasse, reste accrochée sur la gâchette. Lorsque le tireur presse la détente, la gâchette s'abaisse en libérant le chien. Le percuteur alors poussé vers l'avant frappe en périphérie le culot de la cartouche et provoque le départ du coup. Un cran ménagé. à l'arrière du boîtier permet de bloquer le levier d'armement en arrière. Cette disposition était très utilisé pour le nettoyage de l'arme. Le démontage n'étant guère aisé, plupart des tireurs se contentaient en effet de bloquer la culasse en arrière et de nettoyer leur arme par la bouche. Par bonheur, les munitions vendues par Manufrance étaient en principe dotées d'un amorçage non corrosif, ce qui a évité que les Reina ne soient irrémédiablement détériorées par la corrosion. Toutefois, le collectionneur qui entre aujourd'hui en possession d'une Reina aura tout intérêt à la démonter comme l'indique cet article pour en effectuer un nettoyage approfondi, tant pour éviter les problèmes de fonctionnement liés à l'encrassement que pour préserver sa carabine pour Démontage  : Comme toujours le démontage doit être précédé des mesures de sécurité  : extraire le chargeur en pressant le poussoir de son verrou situé à l'avant du pontet, puis manoeuvrer la culasse et contrôler visuellement l'absence de cartouche dans la chambre. 1/Après avoir dévissé les vis qui apparaît sous la crosse, devant la sous-garde, extraire le mécanisme de la crosse et dévisser le boulon assemblant le mécanisme de détente au boîtier de culasse. 2/séparer ces deux éléments. 3/Dévisser le bouchon placé à l'arrière du boîtier. 4/Reculer le levier d'armement pour extraire la culasse du boîtier. 5/La carabine essayée n'avait bénéficié pendant des décennies que de nettoyages par la bouche. La culasse et l'intérieur du boîtier étaient recouverts d'une couche de résidus de poudre agglomérés. Le fonctionnement de l'arme n'en était pas moins sans faille ! 6/Un premier nettoyage à l'aide d'une vieille brosse à dents en nylon imprégnée de WD40 a permis d'éliminer le plus gros de la couche de calamine et de mieux observer la culasse composée à l'arrière du « chien » et à l'avant de la tête de culasse laquelle est fixé au levier d'armement. On distingue le percuteur de forme aplatie et, entre les deux pièces, la tige-guide de butée. 7/Vue du « chien », le cylindre de culasse est ici comprimé pour faire saillir la tige-guide. On distingue également le percuteur. 8/A gauche le chien avec le percuteur, à l'avant la culasse mobile avec le levier d'armement. 9/A l'intérieur de la bretelle en cuir tressé, subsiste en partie l'étiquette originale Manufrance. les générations futures, au cas où un précédent utilisateur aurait utilisé des cartouches à amorçage corrosif parfois employés sur des munitions très anciennes ou sur certaines fabrications d'origine étrangère. Il existe un levier de sûreté qui fait saillie dans le pontet, un peu comme sur les fusils militaires 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 1Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 2-3Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 4-5Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 6-7Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 8-9Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 10-11Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 12-13Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 14-15Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 16-17Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 18-19Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 20-21Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 22-23Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 24-25Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 26-27Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 28-29Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 30-31Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 32-33Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 34-35Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 36-37Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 38-39Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 40-41Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 42-43Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 44-45Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 46-47Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 48-49Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 50-51Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 52-53Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 54-55Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 56-57Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 58-59Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 60-61Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 62-63Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 64-65Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 66-67Action Armes & Tir numéro 260 décembre 2002 Page 68