à Paris n°9 avr/mai/jun 2004
à Paris n°9 avr/mai/jun 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de avr/mai/jun 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : Logement social, de la vie dans la ville

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36 àParis Mark Spitz gagne sept médailles d’or en natation (Munich, 1972). Les vainqueurs du 100 mètres initient la protestation des athlètes noirs américains (Mexico, 1968). la découverte Sans se démonter Fosbury recommeçait et, l’air de rien, il a sauté 2,24 mètres battant ainsi le record du monde. Le « Fosbury Flop » est né. Mon souvenir des Jeux de Mexico, c’est donc cette foule joyeuse, festive, qui d’un seul coup éclate de rire et réalise qu’elle assiste à quelque chose d’unique qui fera date dans le sport. La plus grande surprise a lieu le 15 octobre, vers la fin de l’après-midi avec le début de la contestation des athlètes noirs américains. Le 100 mètres, couru uniquement par des sprinters noirs (le Français Roger Bambuck fait un chrono de 10 secondes et 10 centièmes), est gagné par Jim Hines en 9 secondes et 95 centièmes. Sur le podium, il lève le poing. Le lendemain, le 16 octobre, la contestation s’empare pleinement des Jeux.
La Française Colette Besson attend son résultat, à l’arrivée du 400 mètres… « Les Jeux de 1968 ont été marqués par l’entrée de l’actualité politique dans le sport. » L’Américain Tommie Smith, vainqueur du 200 mètres en 19 secondes et 83 centièmes, nouveau record du monde, et John Carlos, troisième, refusent de recevoir leur médaille. Et, au moment où retentit l’hymne des Etats-Unis, ils lèvent un poing ganté de noir et inclinent la tête. Surpris, mal placé – car les athlètes se tournent toujours en direction des drapeaux pour l’hymne national – je rate la photo de cette première contestation, comme beaucoup d’autres photographes. Je ne connais que deux photos de ce moment, celle au téléobjectif d’un photographe américain qui avait été prévenu et celle du photographe du pool qui est au pied de la tribune. Lors des Jeux de Munich en 1972, Mark Spitz, spécialiste du crawl et de la brasse papillon, remporte 7 médailles d’or. Il détient toujours le record du monde de victoires olympiques. Pendant une série éliminatoire en brasse papillon, j’ai réussi cette photo au téléobjectif de 800 mm qui donne à voir toute la puissance de ce nageur. Je suis content du résultat parce que la mise au point est très difficile en natation. Il faut devancer le moment où le nageur sort la tête de l’eau, et cela va très vite. Sinon, il a constamment la tête dans l’eau.Ces Jeux sont aussi ceux qui ont marqué, avec le chronométrage électronique, le début de la natation moderne. » ■ événement 37 … et explose de joie: elle est médaille d’or, avec un temps de 52,03 secondes. > Du 7 mai au 28 août, de 10h à 19h, tous les jours, sauf dimanches et jours de fêtes. Salon d’accueil de l’Hôtel-de- Ville, 29, rue de Rivoli (4 e). Exposition gratuite. > A paraître : Les photos de l’exposition seront publiées dans l’ouvrage Les Jeux Olympiques vus par Raymond Depardon, édité au Seuil et disponible à partir du 7 mai.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :