à Paris n°8 fév/mar 2004
à Paris n°8 fév/mar 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de fév/mar 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : Protection de l'enfance : agir avec les familles

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
18 àParis citoyenneté AIDE JURIDIQUE Un premier Point d’accès au droit La première permanence d’aide juridique gratuite de la Ville vient d’ouvrir. D’ici à 2007, quatre autres devraient voir le jour à Paris. Le premier Point d’accès au droit (PAD) a ouvert ses portes en novembre dernier dans le quartier de la Goutte-d’Or (18 e). Créés par la Mairie de Paris, avec un soutien financier de l’Etat et de la Région Ile-de-France, les PAD permettent aux habitants des arrondissements où ils sont implantés d’accéder, gratuitement, à des permanences d’informations et de consultations juridiques et de bénéficier d’une aide pour leurs démarches lorsqu’ils sont confrontés à des problèmes juridiques et administratifs. Pour résoudre les conflits, la médiation est privilégiée avec des permanences tenues par un conciliateur de justice, un délégué du médiateur de la République et un représentant de la médiatrice de la Mairie de Paris. « C’est un service de proximité qui nous permet d’aller au-devant des usagers », précise la médiatrice de la Ville de Paris. Logement, consommation, dettes: les points forts du PAD Au PAD du 18e, dont l’équipe est coordonnée par l’association Droits d’urgence, l’accent est mis sur la prévention des expulsions de logements car « le 18 e est l’arrondissement de Paris le plus touché par cette situation", explique la responsable de l’Accès au Droit à la mairie de l’arrondissement. Les locataires concernés par une expulsion pour impayés se verront proposer une médiation avec leur propriétaire et, en cas d’échec, un suivi jusqu’à l’audience. Des représentants d’associations (Fondation Abbé Pierre, Confédération générale du logement, ADIL, Léo Lagrange, Ligue des droits de l’Homme, Aide aux victimes 18ème, CERAF médiation) informent sur les droits en matière de logement, de consommation et de surendettement, d’aide aux victimes, de droit des étrangers et de médiation familiale (séparation, autorité parentale). Des avocats spécialisés pourraient prochainement les rejoindre et assurer des consultations, notamment en droit du logement. En septembre prochain, un deuxième Point d’accès au droit ouvrira dans le 19 e au 53, rue Compans. D’ici à 2007, trois autres PAD devraient voir le jour (sous réserve du soutien de l’Etat et de la Région), dont un Au PAD du 18e. Dans cet arrondissement, les litiges concernent avant tout le logement. dans le 20 e et un dans le 13e. Chaque PAD aura sa spécificité, et tous complèteront l’action des trois Maisons de Justice et du Droit implantées dans Paris qui, elles, peuvent intervenir dans le domaine pénal. RECENSEMENT Le recensement de la population, organisé jusqu’alors tous les sept ou neuf ans, est désormais remplacé par des enquêtes annuelles auprès d’un échantillon de 8% des habitants, sur l’ensemble du territoire. A Paris, depuis le 15 janvier, les agents recenseurs (identifiables par leur carte officielle tricolore) déposent au domicile des personnes concernées une feuille de logement, un bulletin individuel pour chaque personne habitant le logement, ainsi qu’une notice explicative. Attention : à une même adresse, tous les résidents sont sollicités en même temps et ne le seront plus avant cinq ans. Si vous êtes souvent absent de votre > Point d’accès au droit du 18e, 25, rue Stephenson. Ouvert du mardi au vendredi de 10 h à 13 h et de 14 h à 19h. Le samedi de 10 h à 13h. Prise de rendez-vous au 01 53 41 86 60. Attention, nouvelle méthode domicile, vous pouvez confier vos questionnaires remplis, sous pli fermé, à une personne de votre immeuble qui les remettra à l’agent recenseur. Vous pouvez aussi les retourner directement à votre mairie en écrivant sur l’enveloppe : Recensement 2004. Participer est une obligation citoyenne et les informations, destinées à rester anonymes, permettront d’adapter les infrastructures et les équipements au plus près des besoins des Parisiens (nombre de crèches, de logements, d’établissements scolaires, etc.). > Pour savoir si vous serez recensé(e) cette année ou bien obtenir des renseignements complémentaires, contactez votre mairie d’arrondissement ou Paris Infos Mairie au 08 2000 75 75 (0,13 € /mn)
AUXILIAIRES DE PUERICULTURE Paris aide à la formation Les jeunes Parisiennes ou Parisiens âgés de 17 à 25 ans qui souhaitent devenir auxiliaire de puériculture peuvent désormais bénéficier d’une formation en alternance, par la voie de l’apprentissage. Il suffit d’être titulaire, du brevet des collèges, du CAPpetite enfance, du BEPsanitaire et social ou du Bepa service aux personnes. Le CFA Paris Académie Entreprises reçoit, à partir du premier trimestre 2004, les candidatures pour le prochain concours d’accès à cette formation. Depuis le début du mois de janvier, les apprenti(e)s alternent travail dans les crèches et cours théoriques dispensés par le CFA. Des stages dans les services de pédiatrie, de néonatalogie… des hôpitaux de l’AP/HP complètent cette formation rémunérée. La Ville de Paris a reçu le prix GMF- Gazette des Communes pour cette initiative innovante, dont l’objectif est de résorber le déficit de ces professionnels diplômés à Paris. > Demande d’informations par écrit auprès de Mme Hayat, directrice de l’Unité de formation de puériculture, Lycée polyvalent privé Notre-Dame, 18, avenue Reille, 75014 Paris. Et sur paris.fr Pour vous renseigner sur les métiers sanitaires et sociaux de la Ville, savoir comment obtenir un diplôme, une bourse d’études et connaître les écoles préparatoires: www.recrutement.paris.fr ATELIERS ÉDUCATIFS Des samedis matin très actifs Samedi 22 novembre. Il pleut. Les enfants arrivent un à un devant la grande porte de l’école primaire de la rue Alexandre Dumas (11 e). Ils se faufilent à toute vitesse pour rejoindre les copains déjà arrivés. « Comment t’appellestu ? », demande Frédéric, le coordonnateur en accueillant Ibrahim, 10 ans, qui vient pour le football. Car, dans cette école, les ateliers sont résolument sportifs. « Nous avons la chance d’avoir un gymnase et un plateau d’éducation physique sur place », expliquent Stéphanie et Olivier, tous deux animateurs. Ouvert de 8 h 45 à 11 h 45 depuis le 13 septembre, cet atelier éducatif fait peu à peu le plein. « Mon fils se lève carrément tout seul, il adore les animateurs ici », confie la maman d’Elias, la mine ravie. Le premier samedi, six enfants ont participé à cet atelier qui en accueille vingt aujourd’hui. A deux pas de là, le centre Dorian voit aussi le nombre des enfants augmenter d’un samedi à l’autre. Dans ce lieu magique, consacré aux sciences, les animateurs ont décidé aujourd’hui « de mettre l’électricité en bouteille », en référence à la bouteille de Leyde(1) ! Une activité passionnante. Et totalement gratuite, comme toutes ces activités du samedi matin. 60 écoles primaires accueillent un atelier Au total, près de 200 ateliers déclinent une palette de loisirs variés: de la danse, des percussions, du cirque, de la natation, mais aussi des arts plastiques, de l’informatique, de la photo, des animations autour du livre... Pour l’année scolaire 2003- 2004, soixante écoles primaires abritent ces ateliers éducatifs. « Nous avons privilégié les quartiers situés en Zone d’Education Prioritaire où les besoins sont les plus forts, tout en faisant en sorte que les sites soient facilement accessibles à tous les enfants parisiens. A ce sujet, il enfance Pour la deuxième année consécutive, des activités sont organisées les samedis matin sans classe dans les écoles élémentaires publiques. Pour le plus grand plaisir des enfants. A l’école de la rue Alexandre-Dumas (11 e) , les ateliers sont axés sur le sport. 19 est important de rappeler qu’ils peuvent s’inscrire à l’atelier de leur choix dans tout Paris », explique l’adjoint au Maire chargé de la vie scolaire. Certains sites attirent déjà plus de 70 enfants, notamment dans les écoles du nord et de l’est parisien. L’an dernier, quelque 8 000 petits Parisiens ont ainsi pu bénéficier de ces activités. Pour mieux en profiter, cette année les ateliers fonctionnent un samedi sur deux. ■ (1) Du nom d’une ville de Hollande où fut inventé le premier condensateur (1745). > Renseignements auprès des animateurs « référents » présents dans chaque école. Et sur paris.fr Toutes les adresses des ateliers éducatifs des samedis libérés, les activités proposées ainsi que les modalités d’inscription sont disponibles sur le site www.education.paris.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :