à Paris n°71 sep/oct/nov 2019
à Paris n°71 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : la rentrée du bon pied !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
DÉCOUVERTES — Dans les coulisses de la bibliothèque Forney Installée dans un bijou architectural du XVe siècle, la bibliothèque municipale Forney (4e) est spécialisée dans les beaux-arts, les arts décoratifs et les métiers d’art. Sa vocation  : populariser et transmettre le patrimoine. Avec son architecture classique, l'hôtel de Sens héberge la bibliothèque Forney depuis 1886. Franchir les portes de l’hôtel de Sens, où est hébergée la bibliothèque Forney depuis 1886, plonge le visiteur dans l’histoire de Paris et dans celle de l’architecture classique. Pourtant, ce sont les arts appliqués des XIXe et XXe siècles qui sont célébrés ici. La muséographie nous emmène dans les méandres de l’histoire de l’art et des arts décoratifs, en passant par l’histoire de la mode et du textile, de la décoration ou encore de la publicité. Tous les corps représentés Entre un département des imprimés (280 000 documents tirés de livres et de périodiques), des catalogues commerciaux (plus de 50 000) et un service iconographie (30 000 affiches de publicité), tous les 28 — À PARIS AUTOMNE 2019 corps des métiers d’art sont documentés. Les revues d’art générales et techniques sont consultables sur place (4 000 périodiques du XVIIIe à nos jours). On peut aussi écrire à la bibliothèque et se faire aider sur place par le personnel  : les bibliothécaires et magasiniers sont eux-mêmes devenus experts des collections. Une partie des documents est empruntable gratuitement. La consultation du fonds a lieu dans la salle de lecture et pour les documents précieux et iconographiques, dans une salle au deuxième étage constituée d’un promontoire restauré par Viollet-le-Duc dans un style néogothique. À la bibliothèque Forney, vous croiserez des étudiants en mode ou en graphisme, des artisans concernés par la restauration, des chercheurs ou des curieux qui découvriront l’une des plus grandes collections de cartes postales d’époque (plus de 1,5 million), si précieuses aujourd’hui pour reconstituer le passé. Forney le bienfaiteur Samuel-Aimé Forney (1819-1879) était un industriel suisse qui fit un legs de sa documentation à la Ville de Paris pour que la mémoire des savoir-faire soit accessible à tous. Aujourd’hui se poursuivent les achats de documents contemporains ou anciens car « ce que l’on achète est aussi destiné aux lecteurs des 50 ou 100 prochaines années », glisse Anne-Laure Charrier, la conservatrice en chef des imprimés de cette bibliothèque, qui accueille aussi des expositions dans une des ailes du monument. François Grunberg/Ville de Paris
Une acquisition remarquable Voici la toute dernière acquisition prestigieuse de la bibliothèque. Après une recherche tenace par les conservateurs, qui peut parfois prendre des allures de mini enquête policière, ce portfolio de 1898 entre dans les collections  : « L’animal dans les arts décoratifs », par l’artiste Anton Seder, est désormais consultable à Forney. « Au-delà de la beauté du trait, on voit surgir ici l’invention de tout un univers fantastique, qui peut être utilisé comme inspiration dans la production contemporaine, Game of Thrones, par exemple ! », analyse Anne-Laure Charrier, la conservatrice qui s’est attelée à cette remarquable acquisition. DÉCOUVERTES — 29 —À PARIS AUTOMNE 2019 Marc Verhille/Ville de Paris Sophie Robichon/Ville de Paris Inaccessible et mystérieux donjon Cette partie du bâtiment intégré aux tourelles et inaccessible au public – y compris durant les Journées du patrimoine – rappelle que l’hôtel de Sens fut achevé en 1519. Au-dessus d’un escalier étroit en colimaçon digne d’un château-fort trône une pièce avec une imposante cheminée où dormaient des documents il y a peu, avant les travaux récents de réaménagement. Au moment de leur déplacement, ces documents étaient en parfait état, l’humidité n’ayant pas sa place ici. À noter que, si l’hôtel de Sens hébergea Nostradamus et la reine Margot, ils ne séjournèrent pas dans l’une des tourelles créées par Viollet-le-Duc au XIX e siècle. Magasinier, emploi pilier L’appellation professionnelle de « magasinier » évoque le terme technique des magasins. Autrement dit, les lieux non accessibles au public où sont stockés les documents. Les magasiniers restent toutefois très accessibles. Ce sont eux qui assurent la communication avec les lecteurs, qui dénichent les ouvrages, les classent et les entretiennent  : « La poussière est la plus grande ennemie des imprimés anciens », prévient Laurence Cavelier-Hegab, magasinière du département des collections imprimées. Se tenir informé des nouveautés ou répondre aux demandes pointues et personnalisées sont quelquesunes des multiples fonctions de ces agents municipaux. Sophie Robichon/Ville de Paris



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :