à Paris n°71 sep/oct/nov 2019
à Paris n°71 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : la rentrée du bon pied !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
FOCUS — À l'École polyvalente de l'Ouest (14 e), les élèves ont appris à trier leurs déchets après chaque repas. Des solutions contre le gaspillage alimentaire Le 16 octobre a lieu la Journée nationale anti-gaspillage. Des solutions éducatives dans les cantines au lombricompostage en passant par le développement du « vrac », voici quelques initiatives pour lutter contre ce fléau environnemental. « Si tu prends un morceau, t’es obligé de le manger ! » Mathilde, élève de CE2 à l’École polyvalente de l'Ouest (14e), hésite devant le pain, puis finit par se servir. « On ne veut pas jeter le pain. De la même façon, pour les plats qu’ils prennent, on essaye de s’assurer qu’ils les mangent, ou au moins qu’ils les goûtent », explique Marie-Jo Levêque, responsable éducative Ville (REV). Au menu de ce midi  : tomates-mozzarella, poisson frais, purée de courgettes et gâteau à l’ananas. Astuces et fraîcheur Pour parvenir à ses fins, Marie-Jo a ses astuces. « Si on coupe le fruit, voire si on l’épluche, les enfants le mangent plus facilement. » Aujourd’hui, la salade ne plaît pas trop. « C’est du vinaigre balsamique, ils ne sont pas habitués. Une autre astuce serait de pouvoir leur présenter des distributeurs de sauce pour qu’ils en prennent ou pas. » Son travail demande un ajustement permanent. Pour cela, elle peut compter sur Émilie Gasc, responsable des achats chargée de l’élaboration des menus de la Caisse des écoles du 14e. « On est à peu près à 50% d’alimentation bio durable qui comprend le bio, mais aussi les labels rouges 10 — À PARIS AUTOMNE 2019 100 familles doivent réduire le poids de leur poubelle de 10% en cinq mois. pour les viandes et MSC pour la pêche durable », précise celle qui est aussi diététicienne. Marie-Jo intervient  : « Quand c’est du poisson frais, ils le mangent beaucoup mieux que du poisson congelé  : c’est plus cher, mais comme ils en mangent plus, ça se compense. » Et l’anti-gaspillage alimentaire ? Émilie poursuit  : « On a commencé par peser tous les déchets par catégorie, pain, entrée, plat, dessert, pour voir ce qui était le plus jeté. Pour le pain, c’était flagrant, on a réduit tout de suite nos achats. On travaille aussi sur les quantités en adaptant au plus juste ce que nous pro- Joséphine Brueder/Ville de Paris
Émilie Chaix/Ville de Paris Dans le cadre de la politique de réduction des déchets, les Parisiens sont invités à composter leurs déchets alimentaires. duisons avec le nombre d’enfants. » Pour le surplus, la Caisse des écoles du 14e a développé le tri. Après le repas, les enfants jettent leurs déchets alimentaires dans une poubelle et les papiers dans une autre. Pour en comprendre les enjeux, ils ont bénéficié d’animations  : deux services civiques du 14 e anti-gaspi, réseau de la mairie locale, sont venus leur apprendre à transformer des fruits trop mûrs en smoothies, entre autres exemples. Stratégie parisienne Les déchets sont récupérés par l’association Love your Waste pour produire de l’énergie grâce à la méthanisation. Pour les enfants, c’est un peu abstrait, mais Delphine, 11 ans, comprend très bien l’enjeu du recyclage  : « Nous recyclons pour pouvoir réutiliser nos ressources car après, nous n’en aurons plus. » Ambre, 10 ans, se réjouit  : « Ici, même nos déchets servent à quelque chose ! » Et sa copine Alice, 11 ans, de se lancer dans une explication  : « La planète est menacée. Quand on ne trie pas les déchets, on doit en brûler plus, du coup ça réchauffe plus l’atmosphère. Ici, on fait de notre mieux pour les réduire afin que tout le monde puisse vivre plus longtemps sur notre planète ! » FOCUS — « On travaille aussi sur les quantités en adaptant au plus juste ce que nous produisons avec le nombre d’enfants. » Adoptée en 2018 par le Conseil de Paris, la stratégie alimentaire parisienne s’intéresse aux 30 millions de repas servis chaque année dans les 1 200 "Ici, même nos déchets servent à quelque chose ! restaurants collectifs municipaux, dont les cantines, mais aussi à l’ensemble du système alimentaire parisien. Des actions avec les consommateurs et les acteurs professionnels et associatifs sont ainsi mises en place. Défi famille zéro déchet Mais la lutte contre le gaspillage alimentaire ne s’arrête pas là. Chaque année, l’opération 11 — À PARIS AUTOMNE 2019 L'épicerie Kilogramme, rue de Meaux (19 e). « Défi familles zéro déchet », programme ludique de responsabilisation et de sensibilisation aux enjeux environnementaux, accompagne les Parisiens et Parisiennes dans la réduction de leurs déchets. Cette année, le défi est ouvert à cent familles, qui doivent réduire de 10% le poids de leur poubelle en cinq mois. Dans le cadre du développement de la pratique du compostage dans la capitale, des lombricomposteurs sont aussi offerts aux Parisiens et Parisiennes qui souhaitent réduire les déchets de leur poubelle verte en produisant un engrais riche pour la croissance des végétaux. Lors de la dernière campagne, plus de 4 000 demandes ont été enregistrées. Kilogramme



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :