à Paris n°70 jun/jui/aoû 2019
à Paris n°70 jun/jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°70 de jun/jui/aoû 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : mieux vivre ensemble, les gestes qui comptent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
GROUPE LES PARISIENS PROGRESSISTES, CONSTRUCTIFS ET INDÉPENDANTS DÉBORAH PAWLIK, CONSEILLÈRE DE PARIS Patrimoine  : protégeons notre héritage commun ! Elle a été le témoin privilégié de tous les événements qui ont marqué l’Europe, elle a été le spectateur fidèle des rendez-vous de notre Histoire de France. On pensait qu’elle avait déjà traversé le pire  : pillage de la Révolution, conflits, ravages du temps. Et pourtant le 15 avril dernier, le monde entier a laissé couler ses larmes en voyant Notre-Dame, notre Grande Dame, en prise avec les flammes. Cette tragédie nous a rappelé, si besoin était, que rien dans notre monde n’est immortel, pas même les édifices devenus parties intégrantes du ciel de Paris. L’élan de générosité que cette catastrophe a suscité à travers le monde nous a également montré combien le patrimoine parisien résonne bien au-delà de nos frontières. Plus que jamais, il est essentiel de le préserver. Pourtant, il se heurte bien souvent à deux écueils. D’abord, il est souvent le grand sacrifié de priorités budgétaires alternatives. A Paris, la mairie a par exemple réduit le budget consacré aux 96 édifices cultuels (85 églises, 9 temples protestants et 2 synagogues) dont elle est propriétaire de 27% entre 2008 et 2014, soit plus d’un quart, pour l’augmenter seulement sous l’actuelle mandature. Las, malgré les 80 millions d’euros promis par Anne Hidalgo depuis 2015, nous sommes encore loin du compte. Ensuite, certains de nos monuments qui ont pour habitude de rythmer les grands événements de l’Histoire en font aussi parfois les frais. Il faut songer par exemple au « Monument à la République », dit « Statue de la République », érigé en 1883 sur la place du même nom qui, à chaque manifestation ou presque, est dégradé, taggué. Ces actes doivent être sévèrement sanctionnés tant c’est un peu plus de notre ville, et de notre Histoire collective, qui est malmené. Le patrimoine parisien est notre bien commun et il est de la responsabilité de chaque génération d’en remettre les clés à la suivante. Il est donc temps de remettre en place une politique publique à la hauteur des enjeux et d’amener chacun à faire œuvre collective, en chérissant et respectant cet héritage. GROUPE DÉMOCRATES ET PROGRESSISTES JULIEN BARGETON, FADILA MEHAL, ANNE-CHRISTINE LANG, THOMAS LAURET, DIDIER GUILLOT, MAO PENINOU Loi Blanquer  : pour une école de la confiance Face aux rumeurs et inquiétudes, rétablissons la vérité sur le projet de loi Blanquer qui vise à élever le niveau des élèves et instaurer plus de justice sociale. Non, les établissements des savoirs fondamentaux ne seront pas imposés, les directeurs d’école supprimés, les écoles primaires tirées vers le bas. C’est bien tout le contraire. L’instruction obligatoire à 3 ans réduira les inégalités sociales et de langage dès la racine. Les jardins d’enfants devront évoluer pour tenir compte de cette nouvelle disposition législative. 2300 postes seront créés à la rentrée prochaine en primaire. Les enfants en situation de handicap seront mieux accompagnés. Les regroupements écoles-collèges, quelques cas seulement, seront volontaires. Le pré-recrutement des étudiants permettra un accès TRIBUNES — 34 — À PARIS ÉTÉ 2019 progressif à la profession de professeur. Des précisions seront apportées à l’Assemblée nationale. Le texte active tous les leviers pour réformer le système éducatif  : scolarisation précoce, évaluation des établissements, formation des enseignants, participation des parents. L’école est une priorité du président de la République, du gouvernement, de la majorité présidentielle. Le dédoublement des classes de CP/CE1 en Rep/Rep+ fait ses preuves. Les petits-déjeuners gratuits en zone prioritaire, la cantine à 1 € dans certaines villes, les classes portées à 24 élèves de la grande section au CE1, la fin des fermetures d’écoles participeront au bien-être des enfants. Le collège et le lycée ne sont pas oubliés. Le dispositif Devoirs faits permet à des collégiens de disposer d’une aide aux devoirs individualisée. La réforme du bac, concertée et remusclée, permettra une meilleure insertion dans l’enseignement supérieur. Aussi, le chantier de la rémunération des enseignants est ouvert. C’est avec l’ensemble de la communauté éducative que nous pourrons faire de l’école un lieu de confiance et d’épanouissement intellectuel pour nos enfants. Évitons les fantasmes, rattachons-nous au réel pour leur intérêt. > Twitter  : @DemProgParis > https://granddebat.fr GROUPE GÉNÉRATIONS LÉA FILOCHE, PRÉSIDENTE DU GROUPE, ET YVES CONTASSOT Lois Blanquer  : l'affaire de toutes Le ministre de l’Éducation nationale s’attaque en profondeur à l’organisation de notre système d’éducation, de la petite enfance au supérieur, et le met en danger avec, en réalité, l’objectif principal de faire des économies. Nous partageons les inquiétudes et la colère de la communauté éducative et des personnels de l’éducation et nous portons une autre vision de l’éducation pour toutes. La loi « Pour l’école de la confiance » veut rendre la scolarisation obligatoire dès 3 ans, alors que 95% des enfants de 3 à 6 ans sont déjà scolarisés. Les communes vont donc se trouver dans l’obligation de financer les écoles maternelles privées (12M € /an pour Paris) alors que nous savons que cette mesure ne changera rien aux inégalités territoriales et à la mixité dans nos écoles. En supprimant les postes de directions des écoles maternelles et élémentaires, en confiant la responsabilité aux proviseurs de collèges de secteur, le gouvernement assume d’éloigner davantage les citoyennes de leurs services publics. De plus, les menaces faites sur la carrière des enseignantes qui assumeraient être en désaccord avec cette loi, sont scandaleuses. La réforme du lycée, déjà votée, est un vrai casse-tête pour élèves et parents. En plus d’être perdus dans les choix divers à faire,iels sont confrontées, à des réductions de volume horaire, qui remettent en cause la capacité des lycées à proposer toutes les matières, y compris fondamentales. Nous savons que ces logiques ne pourront que mener au renforcement de la ségrégation sociale, qui à Paris, est déjà une dure réalité. Les lycées pro sont, eux aussi, dans le viseur (30% des élèves). Des décrets ont gravement modifié la structure pédagogique, entraînant une réduction drastique des heures d’enseignements généraux (histoire, géographie, français et citoyenneté), pour formater les élèves au monde du travail plutôt que de les préparer au monde qui les entoure. Enfin, la réforme Parcours sup’, organise la sélection dans l’enseignement supérieur. Aujourd’hui le baccalauréat n’assure plus aux étudiantes d’intégrer la filière de leur choix. > Retrouvez-nous sur www.generation-s-paris.fr Ces tribunes n'engagent pas la rédaction.
Exposition Le Romantisme, de Paris à Berlin Le Paris romantique des années 1815 à 1848 reprend vie dans les salles du Petit Palais grâce à plus de 600 œuvres. De nombreux prêts des musées Carnavalet, Galliera et des Arts décoratifs complètent cette exposition-événement, à découvrir jusqu’au 15 septembre. En parallèle, l'expo « Allemagne romantique » se déroule jusqu'au 1er septembre. Pour découvrir les deux expositions, envoyez un mail à invitaparis@paris.fr avec vos coordonnées le 20 juin et participez au tirage au sort qui vous permettra peut-être de remporter vos 4 laissez-passer (2 par expo) offerts par Paris Musées. Les bons plans À PARIS Bénéficiez des avantages proposés par votre magazine "À PARIS". Concert il Livre ANS LES YEUX E 1/0\A LISA L'IN 1 NIQ Mais qu’ont vu les yeux de la Joconde ? Tout débute dans l’intimité de l’atelier de Léonard de Vinci, alors que la Joconde naît sous les coups de pinceau du maître italien. À 500 ans passés, Mona Lisa en a vécu des expériences. Célébrité et disgrâce, kidnapping et voyages diplomatiques, celle devant qui défilent chaque année des millions de touristes n’a pas sa langue dans sa poche. Découvrez ses anecdotes croustillantes dans le roman d’Alain Le Ninèze, Dans les yeux de Mona Lisa. Envoyez vos coordonnées à invitaparis@paris.fr le 18 juin et vous recevrez peut-être l’un des dix exemplaires du roman, offerts par les Ateliers Henry Dougier. FGO Barbara accueille Flem et Vieux Farka Touré Le Paris New York Heritage Festival place l’activisme à travers la culture au centre de sa 4 e édition. Le 13 juin à 20h, la salle de concert FGO Barbara ouvre ses portes au rappeur français Flem et à Vieux Farka Touré, chanteurs et créateurs du projet Nomades. Chants mandingues, mélodies touaregs et 35 — À PARIS ÉTÉ 2019 Exposition DE KRAFTWERK À DAFT PUNK DU 09104 AU E1/08 11=1\/- L'électro, de Kraftwerk à Daft Punk Il y a plus de trente ans naissait la musique électro. Autrefois cantonnée aux boîtes de nuit underground de Chicago et Detroit, elle fait aujourd’hui danser toute la planète. Jusqu'au 11 août, la Philharmonie de Paris revient sur ce phénomène musical à la dimension politique et contre-culturelle. Mise en musique de Laurent Garnier et scénographie de 1024 architecture. Faites le plein de culture musicale en gagnant l’un des dix laissez-passer, valable pour deux, offerts par la Philharmonie. Envoyez vos coordonnées à invitaparis@paris.fr le 24 juin. textes engagés aborderont les problématiques politiques, économiques et culturelles de la région subsaharienne. En envoyant vos coordonnées le 10 juin à invitaparis@paris.fr, vous gagnerez peut-être un laisser-passer valable pour deux personnes, offert par le FGO Barbara.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :