à Paris n°7 nov/déc 2003
à Paris n°7 nov/déc 2003
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de nov/déc 2003

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : Une ville propre, c'est l'affaire de tous

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
22 àParis DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Soutenir les petits commerces Les commerces de proximité sont indispensables à la vie des quartiers. C’est pourquoi des moyens sont mis en œuvre pour éviter leur disparition. Boulangers, bouchers, cordonniers, poissonniers… les petits commerçants et artisans proches de la retraite ont de plus en plus de difficultés à trouver des successeurs car les jeunes sont facilement découragés par les prix élevés des baux commerciaux. Dans la plupart des arrondissements, des banques, des sociétés immobilières remplacent ces commerces. Devant ce constat, la Ville met des moyens en œuvre « pour éviter une désertification commerciale dans certains quartiers et certains secteurs », explique l’adjointe chargée du commerce et de l’artisanat. D’autre part, afin de garantir aux Parisiens une offre de qualité en produits frais, et pour les inciter à faire leurs courses de proximité chez les petits commerçants, la Ville aménage de nouveaux marchés. Trois ouvriront prochainement CONTACTS ESPACES COMMERCE-ARTISANAT• 28, rue du faubourg Saint-Antoine (12 e) Tél. 01 44 73 83 50• 47, quai de la Seine (19 e) Tél. 01 53 35 82 18 et 81• 81, rue des Vignoles (20 e) Tél. 01 53 27 38 65 ANPE MÉTIERS DE BOUCHE 72, quai de la Loire (19 e) ; CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES ARTISANS BOULANGERS-PÂTISSIERS Tél. 01 43 25 43 50 FÉDÉRATION DE LA BOUCHERIE Tél. 01 43 87 51 83 SYNDICAT PROFESSIONNEL DES POISSONNIERS DÉTAILLANTS Tél. 01 46 86 96 29 CHAMBRE DES MÉTIERS DE PARIS Tél. 01 53 33 53 33 CHAMBRE DE COMMERCE ET DE L’INDUSTRIE DE PARIS Tél. 01 53 40 46 00 Les commerces de proximité font la vie des quartiers. place d’Anvers, place de la Bourse et aux Halles, en plus des quatre-vingt-un existant. Cette dynamisation passe également par une remobilisation des bas d’immeubles sociaux afin d’y réimplanter, à chaque fois que cela est possible, des commerces de proximité au cœur des quartiers. Une société d’économie mixte (SEM) municipale aura bientôt pour mission d’intervenir dans certains quartiers où ne se développe qu’une seule activité économique. Elle rachetera des locaux pour installer des commerces de proximité, laissant aux commerçants le temps de se faire une clientèle avant de leur permettre d’en devenir propriétaire. Des lieux pour s’informer Des Espaces commerce-artisanat ont aussi été créés. Ils proposent des bourses de locaux disponibles et dispensent des conseils sur les démarches administratives et la constitution d’un dossier. Ces structures organisent également des réunions « transmission-reprise de commerces » qui regroupent des vendeurs et des acheteurs, les premiers s’engageant à transmettre leur savoir-faire et à former les repreneurs. Enfin, la Mairie organise des manifestations pour soutenir les métiers de bouche : en mars, le Grand prix de la baguette et le Grand prix du chocolat et, en mai, la Fête du pain, sur la place de l’Hôtel-de-Ville. Pour que la vie de quartier continue. ■ RAPPORT ANNUEL Le bilan de la Médiatrice La Médiatrice de la Ville de Paris publie son deuxième rapport d’activité. En cas de litiges avec les services municipaux, tout usager peut s’adresser à la Médiatrice de la Ville de Paris, Frédérique Calandra. Elle est l’interlocutrice privilégiée pour traiter, à l’amiable et gratuitement, les différends avec l’administration municipale. Qu’il s’agisse d’une réclamation concernant une allocation des services sociaux de la Ville ou d’un désaccord entre un bailleur social et son locataire, la Médiatrice est compétente pour examiner les contestations ou demandes d’explication. Mais attention, celles-ci doivent concerner une décision de l’administration de la Ville de Paris (commune ou département). Chaque situation est examinée au cas par cas en veillant à faire respecter les droits des usagers, tout comme les textes réglementaires, et réduire autant que possible les délais de réponse. De septembre 2002 à août 2003, la Médiatrice a instruit 855 dossiers ; 714 d’entre eux ont été réglés. Si, dans 21% des cas, elle a donné raison à l’usager, elle a aussi confirmé, dans une proportion égale, les décisions de l’Administration. Au chapitre des réclamations, les problèmes liés au secteur social (18%) arrivent en tête, viennent ensuite les questions concernant l’habitat (15%) et le cadre de vie (14%). Les autres plaintes – près d’un tiers –, ne relevant pas de sa compétence, ont été réorientées vers les autres administrations ou institutions. ■ > Consultez le rapport de la Médiatrice sur www.citoyennete.paris.fr Adressez un courrier ordinaire avec toutes les pièces justificatives à : Madame Frédérique Calandra, Médiatrice de la Ville de Paris - 32, quai des Célestins - 75196 Paris RP
PERSONNES HANDICAPÉES Pour les déplacements de tous les jours Les personnes handicapées peuvent désormais profiter, 7 jours sur 7, d’un tout nouveau dispositif de transport : le PAM. Unentretien professionnel, une visite chez des amis, une sortie au restaurant ou au cinéma, un rendez-vous chez le médecin ou le kiné (si le déplacement n’est pas remboursé par un organisme social) ou simplement l’envie de faire des achats ? Toute personne handicapée âgée de plus de 18 ans et bénéficiant d’une carte d’invalidité COTOREP80%, peut, depuis le 22 novembre, se déplacer dans Paris et partout en Ilede-France grâce au Paris-Accompagnement- Mobilité, le PAM. Au total, 115 véhicules assurent, tous les jours de 6 heures à minuit, PROTEGER L’ENFANCE Paris se dote d’un nouveau Schéma directeur de prévention, d’aide aux familles et de protection de l’enfance. Véritable « feuille de route » de l’action que le Département de Paris entend mener dans ce domaine, il en définit les objectifs et la méthode pour les années à venir. L’intérêt de l’enfant sert de fil rouge à un projet qui vise la construction d’une chaîne sans rupture, qui va de la prévention très en amont (protection maternelle et infantile) à la prise en charge de l’enfant en situation de danger. Plus de 5000 petits Parisiens sont concernés par un accueil physique, que ce soit dans des établissements spécialisés ou dans des familles d’accueil. Quatre mille enfants bénéficient par ailleurs d’une action éducative tout en restant au sein de leur foyer et de leur famille. De manière générale, ce nouveau schéma réaffirme l’importance du lien ce service collectif mis en place par la Mairie de Paris avec la participation du Conseil régional d’Ile-de-France et le Syndicat des Transports d’Ile-de-France. Gratuit pour les accompagnateurs Le trajet simple dans Paris coûte 6 euros. Entre Paris et les départements 92, 93 et 94, il coûte 9 euros. Pour se déplacer entre Paris et les départements 77, 78, 91 et 95, il faut compter 15 euros. Cette participation correspond à chaque fois à 25% du coût du service, le reste est financé par la Mairie de Paris, la Région Ile-de-France et le Syndicat des Transports d’Ile-de-France. A noter que les déplacements des accompagnateurs sont gratuits. Pour profiter de ce familial, notamment par un renforcement des actions de soutien à la parentalité. Autre particularité, ce schéma a été élaboré grâce à un travail partenarial avec les instances judiciaires, l’Education nationale, des pédopsychiatres, la Caisse d’Allocations Familiales et, bien sûr, le secteur associatif qui concourt à la prévention ou à la prise en charge des enfants. UNE NOUVELLE REGIE DE QUARTIER Située à l’orée de la cité Michelet (19 e) , face au marché de la rue de Crimée, la régie de quartier du 19 e Nord est la seconde structure de ce type ouverte à Paris. « C’est un véritable outil de gestion urbaine et de développement local qui associe directement les habitants à l’amélioration de leur cadre de vie », explique sa présidente Isabelle Escoffier. A l’image de la régie des Amandines (20 e) , créée en 1998, elle regroupe riverains, associations, bailleurs sociaux (OPAC de Paris), collectivités (Ville, Etat, Mairie du 19 e) et acteurs économiques. Ses missions: réinsérer des personnes en difficulté en les affectant à des besoins locaux comme l’entretien d’espaces verts ou le jardinage et favoriser le lien social en proposant aux habitants de nouveaux services et des activités comme des petits-déjeuners ou des jardinets réalisés par des enfants… La Mairie de Paris, qui a missionné le Comité national des régies de quartier pour favoriser le vie quotidienne Grâce au PAM, un trajet dans Paris coûte 6 euros. 23 service, il suffit de demander un dossier d’inscription au PAM, et de réserver, muni d’une carte nominative, au plus tard une heure à l’avance (dans la limite des disponibilités). Les réservations se font sept jours sur sept, de 7 heures à 20 heures. ■ > Inscriptions et renseignements : Paris-Accompagnement-Mobilité - BP 10 156 - 75562 Paris cedex 12. Tél. 0810 810 75 (n°Azur). Fax : 01 56 61 91 01 et www.pam.paris.fr développement de nouvelles régies, apporte son soutien par une subvention (22932 euros en 2003) et des commandes publiques, notamment pour l’entretien. D’ici à 2007, dix nouvelles régies devraient voir le jour. Les premières s’implanteront dans les quartiers Picpus-Daumesnil (12 e) , Bas-Belleville (19 e/20 e) , Fontaineau-Roi (11 e) et Saint-Blaise (20 e) , les suivantes dans les 13e, 14e, 17 e et 18 e arrondissement. > Régie de quartier du 19 e Nord : 234, rue de Crimée (19 e). Permanences le mercredi de 14 heures à 16 heures, le vendredi de 10 heures à 12 heures. Tél. 01 42 09 96 02 > Régie de quartier Les Amandines: 30, rue des Partants (20 e). Tél. 01 40 33 50 30 > Paris Infos Mairie : 08 2000 75 75 (0,13 € /min)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :