à Paris n°31 jun/jui/aoû 2009
à Paris n°31 jun/jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de jun/jui/aoû 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (170 x 287) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 12,4 Mo

  • Dans ce numéro : un été solidaire

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
DÉCouVErTEeiFFel La hauteur de la Tour ? Avec antenne : 324 mètres. contre-offensive de la Marne stoppant l’invasion ennemie. Pari réussi pour Eiffel, sa tour devient indéboulonnable ! Entre-temps, la carrière du constructeur s’est réorientée. recherche aérodynamique Touché, à tort, par le scandale du canal de Panamá, dans les années 1890, Gustave Eiffel se retire des affaires et commence à 60 ans une carrière de chercheur. Depuis longtemps, Eiffel s’intéresse à l’aérodynamisme : « Le vent a toujours été pour moi un sujet de préoccupation. Il était un ennemi. » Après des premiers essais au deuxième étage de la Tour, il conçoit et 24/Été 2009 àParisIlconstruit, à 77 ans, le Laboratoire Eiffel (16 e) , une soufflerie qui provoque des vents de 100 km/h. L’idée est révolutionnaire pour l’époque : au lieu de déplacer un objet dans l’air, Eiffel fait déplacer l’air autour d’un objet fixe pour y mesurer l’effort du vent. Profitant de l’essor de l’aviation, il y teste toutes sortes d’engins : avions, profils d’ailes, hélices… Passionné, il poursuit ses recherches jusqu’à sa mort en 1923, à l’âge de 91 ans. Même sur lui-même, ce visionnaire ne s’était pas trompé, lui qui disait lors de l’inauguration de sa tour en 1889 : « Je vais être jaloux, elle est plus célèbre que moi ! » n Jusqu’au 29 août, expo gratuite « gustaveeiffel, le magicien du fer », salle saint-Jean, hôtel de ville (4 e). expos.paris.fr © S. Lenormand exPosiTion « Gustaveeiffel, le magicien du fer » à l’occasion des 120 ans de la dame de fer, la ville de paris offre la première rétrospective consacrée à son constructeur de génie : une exposition gratuite à l’hôtel de ville jusqu’au 29 août. « Gustave Eiffel était l’archétype du grand homme du xix e siècle. Cette exposition permet de redécouvrir, dans l’ombre de la tour, le reste de son œuvre », affirme caroline mathieu, conservatrice en chef au musée d’orsay et commissaire de l’exposition. le parcours montreeiffel sous toutes ses facettes. une mezzanine accueille les grands ouvrages d’art qui ont fait la renommée de l’ingénieur-constructeur, sous forme de maquette géante, de grands plans ou par reconstitution en modèle réduit. en redescendant, le visiteur découvre une grande partie consacrée à la toureiffel : des projets contradictoires, lors du concours de 1886 aux dessins qui montrent sa progression dans le ciel de paris. muse de fer, la tour inspire les artistes du début du xx e siècle. sa forme et son jeu avec le vide passionnent les avantgardistes : raoul dufy et robert delaunay la peignent en rouge. on peut aussi admirer les lithographies d’henri rivière. l’expo met aussi en avant le scientifique et le chercheur. enfin, une partie plus intime témoigne de ses lieux de vie, de sa famille, de ses amis. Gustave Eiffel, le magicien du fer, catalogue sous la direction de Caroline Mathieu, éd. Flammarion.
© S. Vaccariello culture festival Eh bien, dansez maintenant ! Hope Boykim dans Festa Barocca de Mauro Bigonzetti, sur des musiques de Georg Friedrich Haendel. C’est au Châtelet qu’auront lieu cette année les étés de la danse, avec toujours le même objectif : vous faire découvrir et apprécier la danse contemporaine. C’est une belle édition que nous concoctent les étés de la danse, en association avec The Alvin Ailey American Dance Theater. Le théâtre du Châtelet (1 er) , avec le soutien de la Ville de Paris et en collaboration avec les étés de la danse, accueille cette compagnie pour la seconde fois sur scène. L’objectif de ce festival est simple : faire apprécier la danse moderne et contemporaine en faisant appel à de grandes compagnies reconnues sur le plan international. Une rencontre avec les danseurs, organisée en fin de festival, permet un partage de points de vue. à retenir particulièrement, le ballet FestaIlRetRouvez le théâtRe du Châtelet et tous les théâtRes muniCipaux suR theatRe.paRis.fR Barocca (Mauro Bigonzetti sur des musiques de Haendel), qui est présenté pour la première fois en France (les 7, 8, 9, 10 et 11 juillet à 20 h et le 11 juillet à 15 h). Mais tout le répertoire de cette prestigieuse compagnie, notamment Revelations ou Love Stories, est à voir ou revoir ! n Du 6 au 25 juillet. 1, place du Châtelet (1 er) , tél. 01 40 28 28 40 Programme sur www.lesetesdeladanse.com àParis Été 2009/25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :