à Paris n°31 jun/jui/aoû 2009
à Paris n°31 jun/jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de jun/jui/aoû 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (170 x 287) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 12,4 Mo

  • Dans ce numéro : un été solidaire

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Un recours simple et efficace La Médiatrice de la Ville de Paris renforce le lien entre la Ville et les administrés. C’est un immense soulagement ! » Michel * respire. L’intervention de la Médiatrice de la Ville de Paris, Claire Brisset, lui a permis de trouver une solution amiable avec la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). « Notre fille est atteinte du syndrome de Rett, explique-t-il, une maladie orpheline polyhandicapante. » à trois ans, la fillette ne peut ni parler, ni marcher, ni manger seule et reçoit des soins très fréquents. L’an dernier, la MDPH évalue son taux d’incapacité entre 50 et 80%, ce qui permet l’accès à certaines aides et prestations. Un taux contesté par Michel et son épouse, au vu du handicap très lourd de leur fille. « J’étais confronté à une mécanique administrative, racontet-il. Je préparais un dossier de contentieux, lorsque j’ai appris l’existence de la Médiatrice. » Un courrier et une entrevue avec un membre de l’équipe 16/Été 2009 àParis RepèRes en bref La Médiatrice Claire Brisset. de la Médiatrice vont permettre, en deux semaines, de renouer le dialogue avec la MDPH. « C’était indispensable, car le recours contentieux entraînait une souffrance supplémentaire très importante et une perte d’énergie considérable pour cette famille », indique Christian Gadré, qui a suivi le dossier au bureau de la Médiatrice. La MDPH donne à la famille un nouveau rendez-vous qui permet de compléter le dossier « en comprenant la demande des parents, pour réévaluer Centres hanDisPort Du sport adapté aux handicaps Assis, debout, en fauteuil, avec un ballon sonore ou traditionnel : dans les centres handi-jeunes de la Ville de Paris, le foot s’adapte aux handicaps des sportifs en herbe. Une dizaine de disciplines y sont proposées tous les mercredis après-midi. Au gymnase Alice-Milliat (14 e) , c’est le torball (du football pour non-voyants) ou l’escalade. à celui de Saint-Jean-de-Dieu Une compétition handi-basket.Il© DR © G. sanz scolarisation, accès à l’emploi, formation, déplacements et mdpH sont sur Handicap.paris.fr leurs droits », précise le médecin coordonnateur de la MDPH. Le nouveau taux d’incapacité est fixé de 80 à 100%. La fillette aura donc un accès prioritaire au transport PAM (Paris accompagnement mobilité) et bénéficiera de prestations supplémentaires. « La MDPH traite plus de 60 000 demandes par an, précise l’adjointe au maire de Paris en charge des personnes en situation de handicap. Avec environ 1,5% de recours contentieux qui trouvent en très grande majorité une solution satisfaisante. Mais, au-delà de ces chiffres, il y a autant de cas particuliers, de souffrances et nous devons être d’une totale vigilance. » Pour Michel, « la Médiatrice sert de traducteur entre deux mondes ». n * Le prénom a été modifié. saisir la Médiatrice de la Ville, en cas de litige avec un service de la Ville ou du Département Par courrier : 32, quai des Célestins 75196 Paris rP sur le web : Mediation.paris.fr rencontrer un de ses représentants dans les Points d’accès au droit et les Maisons de la Justice et du Droit (tél. 39 75) (15 e) , les sports collectifs sont à l’honneur, foot ou basket fauteuil, mais aussi le frisbee, la boccia (une pétanque adaptée), le tir à la carabine, le tennis de table… Près d’une centaine de jeunes sont des habitués des deux centres. Les inscriptions – 30 euros par an – se font auprès de l’Association sportive handi-jeunes de Paris. n tél. 39 75 et sport.paris.fr
enVironneMent L’Eau de Paris, économique et écologique L’eau distribuée par Eau de Paris, aussi appelée eau du robinet, est d’excellente qualité. équilibrée en minéraux, sa composition est comparable à certaines eaux embouteillées. Au-delà de son équilibre, c’est l’un des produits alimentaires les plus surveillés en France, soumis à de nombreux contrôles quotidiens pour vérifier sa potabilité. L’eau du robinet est également plus économique : RepèRes en bref Livrée à domicile, l’eau de paris coûte 300 fois moins cher que l’eau en bouteille. pratique Les gestes écocitoyens Préférez les douches (30 à 60 litres d’eau chaude) aux bains (entre 150 à 200 litres). remplissez un bol d’eau pour vous rincer les dents ou nettoyer votre rasoir. ne laissez pas le robinet ouvert pour faire la vaisselle ou laver les légumes. Vérifiez que vous n’avez pas de fuites d’eau. Une chasse d’eau qui fuit, c’est 220 m 3/an (500 euros/an). éteignez le chauffe-eau si vous partez en vacances. arrosez vos plantes tôt le matin ou tard le soir, pour éviter l’évaporation d’eau. elle coûte en moyenne trois cents fois moins cher que l’eau en bouteille. Quand vous achetez de l’eau du commerce, plus que le produit lui-même, vous payez le conditionnement, le transport, la fabrication des bouteilles et la publicité des marques. L’eau de Paris est, enfin, plus écologique : livrée à domicile, elle ne produit aucun déchet plastique et n’altère pas l’environnement. Reste à ne pas la gaspiller (lire ci-contre). Nouvelle organisation plus rationnelle La remunicipalisation du service public de l’eau a été votée en novembre 2008 au Conseil de Paris. Aménagée en régie autonome, cette nouvelle organisation est aussi plus rationnelle. Ce qui entraînera des effets concrets comme une amélioration des installations, une meilleure surveillance de la qualité ou encore une sécurité accrue de la distribution. Autant d’aspects essentiels désormais dévolus à Eau de Paris. nIlun même sujet, deux adresses : eaudeparis.fr et eau.paris.fr © M. perrucon/sagep soliDarité Mise en œuvre dursa Depuis le 1 er juin 2009, le Revenu de solidarité active (RSA) vise à garantir un revenu minimum et à faciliter le retour à l’emploi en complétant les revenus tirés du travail. Cette nouvelle prestation, qui devrait concerner à terme environ 115 000 Parisiens, remplace les minima sociaux existants (RMI, API) et les dispositifs d’intéressement de retour à l’emploi (prime de retour à l’emploi). Qui pourra en bénéficier ? Les personnes de plus de 25 ans (ou de moins de 25 ans ayant un enfant né ou à naître) au chômage, bénéficiaires de l’actuel RMI ou de l’aide parent isolé (API) ou celles exerçant une activité professionnelle et dont les revenus sont faibles. Calculée en fonction de la composition du foyer et de ses ressources, l’allocation sera versée par la Caf sur le compte du bénéficiaire. Le premier versement interviendra le 6 juillet prochain. n Plus d’info sur www.caf.fr àParis Été 2009/17 Illustration : Colcanopa



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :