à Paris n°29 déc 08/jan-fév 2009
à Paris n°29 déc 08/jan-fév 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de déc 08/jan-fév 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 264) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 33,8 Mo

  • Dans ce numéro : en piste pour l'hiver !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
uartiersIlb11lade Le 18e de Louise Michel Celle que l'on appelait la Vierge rouge hante toujours la butte Montmartre et la Goutte d'Or. Balade dans les pas de la Pasionaria de la Commune. Lorsque Louise Michel arrive à Paris en 1856, elle a 26 ans. Institutrice, elle s'est déjà &it remuquer pour ses idées : révol.ut:iOima. Elli: deW:nt tapidement une figure de l'opposition au régime, se partageant entre l'enseignement et son combat social et politique. En partant du métro Barbès, pœnez la rue de la Goutte-d'Or jusqu'à l'église Saint-Bernard-la-Chapelle, qui poursuit IM:C les sans-papiers un engagement commencé au XIX" siècle, alors que l'institutrice, en b]anquiste (• l convaincu y anime déjà le Club de la Révo1ntion. lbut prà, derrière le square Léon. la rue Polonceau recueille au nD36 Louise Michel. à son retour de Nouvelle-Ca1édoni et sa mère. Condamnée à la déportation à vie après les événements de la Commune en 1871, elle vit près de dix ans en Nouvelle-Calédonie, faisant sien le combat des Canaques eten.ceignantauxtnbusindigènes. Lorsqdelle revient en P.nmce aplès l'amnistie am>Jdée auz: Cœnmwwds, Louise a opté pour l'anardlisme. C'est elle qui, la première, adopte le drapeau noir, symbole du mouvement dont elle demeure encore aujourd'hui l'une des icônes.• Sur les barricades Par la rue des Poissonniers, rejoignez la rue Myrha, qui débouche sur la rue de Clignancourt Déjà. on aperçoit le dôme blanc du Sacré-Cœur: sur cette butte ont lieu les affrontements sanglants de 1a Commune, qui font Avlfl ou mal 1871, plke d'artillerie apparemment placée rue de la Bonne en direction du Nord ; le 18 mars 1871, exécution des généraux Thomas et Lecomte rue des Rosiers (18' !) ; rue Salnt-VInœnt ; l gaud !e,l'angle des rues Lamarck et Maurice-utrillo
1830 Le 19 mal: naissance à Vrvnc:aurt (Meurthe-et­ Moselle Louise est la tille iii'Jitime du chatelain et d'une servante 1852 Ouverture de sa premlre 6cole à Audelonmurt (Haute-Marne) 1856 Institutrice dans un internat i Paris 1870-117'1 Membre du Comitê de vigilance du 1P, participe aux tentatlws de putsch à l'HOtel de VIlle 1871 Les 17 et 18 mars: affaire des a nans à Montmartre En avril et mal: mmbat avec les lnsul' ! és de la cammune ; se ft ! l'ld en échanp de la liberté de sa mère 187J-188o partatlan en Nauwlle-cal6danle 1880 Amnlsll6e,accuelllle 1rlamphalement à Palis 1881-1890 Alterne meetlnp, manifestations et prison 1888 Echappe de peu i un attentat 18go Se réfugie i Landres, de peur d'être Internée 18g5-1905 Danne des conMrenœs,êait de nombreux ouvraps. vi entre Landres et Palis 1905 Le 9 Janvier: meurt à Marseille en tournée de mnfêrenœs, Inhumée à IJ ! vallals-Penet Le 8 mars 2008, Journée Internationale des femmes, les partrarts de neuf d'entre elles, dont Louise Michel, ornaient la façade du Panthéon entrer dans la légende l'institutrice révolutionnaiœ..Au n°41 de la rue de Clignanoourt se tiennent alors les réunions du Comité de vigilance du 1SC, auquel elle appartient. Dans œ bel immeuble haussmannien a aussi vécu Théophile Ferré, songrandamietmentoren politique. Ce même mmitéest au cœur de la résistance de Montmartre lors du siège de la capitale par les Prussiens, puis de l'insurrection de la Commune. Louise Mkhel est alors sur tous les fronts: pour ses élèves affamés, elle crée une cantine avec l'aide de Clémenceau, maire de Montmartre ; pour combattre le régime, elle est garde au 61 c bataillon de Montmartre, ambulancière et se bat sur les barricades. Elle participe en première ligne aux tentatives de putsch à l'Hôtel de Ville en 1870 et 1871 et se portera volontaire pour tuer elle-même le chef du gouvernement, Adolphe Thiers, réfugié è Versailles, œ qui lui sera refusé. Ranontez maintenant la rue de Clignanoourt qui rejoint, à 1lanc de ootea.u, la rue Custine. Entre le& no 42 et 54 se tenait le parc du Château rouge, où le général Lecomte sera emprisonné avant d'être aécuté par les insurgés de la Commune. Plus 1oin, Square Louise Miche dam ln• par le Sacré-Cœur ; PIF de puche, vue plangnntedepuls le square dans la rue Custine, la rue Becquerel amorce sa montée vers le sommet de la butte. : Casœosion est raide mainaut l'effurt: au croisement des rues Becquerel, Saint-Vmœnt et duMont-Cenis se dresse une petite bâtisse frappée am: armes de Paris. : Cune des premières écoles de Louise Michel, qu'elle a dirigé è ses débuts à Paris, dans les années 1860. Continuez de gravir la butte par la pittoresque rue Saint-Vmœnt.la basilique se dessine au bout de la rue de la Bonne puis de œlle du Chevalier-de-la-Barre, anciennement rue des Rosiers: les insurgés y Cusilleront les généraux Lecomte etThomas1ors de l'affaire des canons en mars 1871.• Naissance de la Commune Al'cmplaa:mc.mdefadudleb&iqueontétépalq\lblesimeux canons que le gouvernement essaie de récupérer par la force le 18 mars 1871.AfarriWedfS troI.ouiseMidlel et le Comité devigilanœ du 18e : fOnt soDD.er le tocsin et organisent le soulèvement. la Communeestnée.Avecune conviction: "La MeiJe des institutturs, œ obsamsold4ts de 14 civilismion. est de donner au peuple les moyens inœ11ect.uels de se rivolter."• rJ du IJOifl du socltlllsœ rillfllutlonntsllll Auguste Blfmqul SI vous souhaitez visualiser les adlt ! Sses cltHs danscdœ balade, consulter Paris à la carte sur PQrls.fr. Etmrouwz l'ensemble df ! ! S balades sur Tout#mte.parls.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :