à Paris n°26 HS printemps 2008
à Paris n°26 HS printemps 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 HS de printemps 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (206 x 264) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 19,9 Mo

  • Dans ce numéro : Paris prendra un temps d'avance

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Iles tribunes GROUPE SOCIALISTE, RADICAL DE GAUCHE ET APPARENTES Le choix de l'exigence A l'issue de plusieurs mois de rencontres, d'échanges et au final d'un débat démocratique passionnant, les parisiennes et les parisiens viennent d'élire leur Maire et son équipe pour diriger Paris durant les 6 ans à venir. Paris a donc fuit le choix de l'exigence, choix qui nous oblige, nous tous élus du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés.ll nous oblige car nous devons désormais à l'ensemble de nos concitoyens - quelque soit leur sensibilité -le respect de nos engagements, l'efficacité de notre action et l'affirmation de nos valeurs en toutes circonstances. Le choix de l'exigence donc, parce qu'avec Bertrand Delanoë, nous avons voulu proposer un projet particulièrement ambitieux pour notre Ville et lui donner un temps d'avance 11. Qu'on y songe: 40 000 nouveaux logements financés d'ici à 2014 afin que chaque Parisien puisse trouver sa place sur notre territoire, 1 milliard d'euros pour l'économie de la connaissance et l'emploi de demain, 1 500 nouvelles places d'hébergement de qualité pour les GROUPE LES VERTS plus démunis, 2 000 voitures propres en libre service, 200 km de piste cyclable et le tramway jusqu'à la Porte d'Asnières pour diversifier l'offre de transport et la rendre plus performante, 200 000 m² de panneaux solaires pour relever le défi mondial de l'environnement, la création d'un service public de l'eau pour sa qualité et la stabilité de son prix, 4 500 nouvelles places de crèches, 14 écoles et 5 collèges supplémentaires, 2 200 nouvelles places en maisons de retraite médicalisées pour une ville intergénérationnelle, 3 000 places supplémentaires dans les conservatoires municipaux et un « pass-culture » pour les 10-15 ans, l'adaptation des horaires des équipements sportifs, la rénovation du stade Jean Bouin etc. Autant d'exemples pour illustrer l'ampleur de la tâche que nous nous sommes engagés à accomplir au service des parisien(ne)s dans leur diversité et qui fait la richesse et le rayonnement international de Paris. Tout ce travail, nous souhaitons aussi qu'il s'accomplisse à la bonne échelle, c'est-àdire celle de l'agglomération parisienne, en particulier pour le développement économique, le logement ou les déplacements. Soyons-en sil.rs, nous ne pourrons apporter de réponse à la hauteur de ces grands enjeux qu'en faisant preuve d'imagination, et dans le seul souci de l'efficacité de l'action publique, comme l'ont déjà fait bon nombre de grandes métropoles européennes. C'est pourquoi nous veillerons prioritairement à faire émerger Paris Métropole », dans le respect de chacun mais aussi dans le souci d'une plus grande équité, notamment fiscale, afin que se développent plus harmonieusement ces territoires. Enfin, avec l'ensemble des élus de la majorité, nous voulons amplifier ce formidable dialogue engagé avec les parisien(ne)s et faire en sorte qu'au fil de ces 6 années s'enrichisse encore notre projet et notre créativité. « Que chaque Parisien ait un rôle dans sa ville, et Paris un rôle dans le monde », nous nous y attelons dès maintenant. Au travail ! Jean-Pierre Caffet, pn\sldent du groupe Pas de J.O. à Pékin sans démocratie en Chine et au Tibet Depuis l'attribution de l'organisation des Jeux Olympiques à la Chine par le CIO, Les Verts et tous les Défenseurs des Droits de l'Homme conséquents dénoncent ce choix. Il est pour nous inadmissible que ces Jeux se déroulent dans la plus grande prison du monde, le pays qui, sous la férule du parti Communiste Chinois, exécute le plus grand nombre de ses citoyens et qui opprime ses minorités au premier rang desquelles le peuple tibétain. Après les récents massacres d'opposants au Tibet et l'emprisonnement de dissidents chinois, nous ne pouvions pas laisser passer la flamme olympique sans réagir. Trouvant 12 insuffisante la réaction du maire de Paris qui a fait accrocher sur l'Hôtel de Ville une banderole demandant le respect des Droits de l'homme « partout dans le monde » mais où ni la Chine ni le Tibet n'étaient cités, les éluEs Verts ont décidé d'organiser et de participer à un certain nombre d'actions non-violentes. L'un d'entre nous, invité lors du lancement de la cérémonie, a pu lancer des slogans en faveur de la démocratie en Chine et au Tibet et du boycott des jeux. Plus tard, depuis la fenêtre de la buvette de l'Hôtel de Ville, nous avons déployé un drapeau tibétain et un fanion de Reporters Sans Frontières. Nous étions vos élus 2008 - 2014 également présents place du Trocadéro où se déroulait un important rassemblement en faveur du peuple tibétain. Maintenant, la Ville de Paris, comme l'Etat français, les pays de l'Union européenne et tous ceux qui ne veulent pas faire passer la défense des Droits humains après les contrats commerciaux, doivent conditionner leur participation aux Jeux Olympiques à la libération des prisonniers politiques, à la fin des exécutions et au retrait des troupes chinoises du Tibet. Danielle Fournier, Sylvain Garel, coprésidents du groupe
GROUPE UNION POUR UN MOUVEMENT POPULAIRE Pour une opposition de reconquête Dès mon élection à la tête du Groupe UMP, j'ai annoncé que je souhaitais travailler dans un esprit de reconquête afin d'exprimer un autre message et d'incarner une nouvelle image de l'opposition à Paris. En effet, je conçois le rôle de Président de Groupe et de l'équipe qui m'entoure comme un catalyseur de rencontres, d'idées, de projets pour répondre sur le fond et concrètement à toutes les aspirations des Parisiens. Nous devons à ce titre définir des stratégies innovantes, en impliquant réellement les forces économiques, pour répondre aux nouveaux défis tels que l'attractivité de Paris, la situation des transports en commun, le dossier central du logement et à l'initiative du Président de la République, la création du Grand Paris, seul territoire pertinent pour permettre à Paris de jouer enfin son rôle de métropole européenne. Par conséquent, nous serons une opposition constructive mais vigilante. Le temps du Maire de Paris qui accapare tous les pouvoirs et décide de tout dans le secret de son bureau est révolu. Nous aspirons au contraire à ce GROUPE COMMUNISTE que le Maire et sa majorité appliquent une politique de transparence sur toutes les décisions importantes qui engagent la municipalité, et qui soit vérifiable dans sa mise en œuvre et ses résultats. Dans cet esprit, il est donc primordial qu'un premier audit général soit lancé dès le début de la mandature. Les contribuables parisiens sont en droit de connaître la réalité de la gestion de leur ville depuis 7 ans, qu'il s'agisse des finances de la municipalité, de l'organisation de ses services et je pense en particulier au logement social. Si partager le pouvoir nécessite une authentique politique de transparence, c'est aussi pour mettre en place un vrai statut de l'opposition quirl existe toujours pas. Mais j'ai bien noté la volonté d'ouverture du Maire de Paris de confier une commission au principal groupe d'opposition à l'instar de celle qui a été proposée auPS par la majorité parlementaire à l'Assemblée Nationale. Nous demandons aussi que le règlement du Conseil de Paris soit revu pour une meilleure organisation des débats tout comme une réforme de la saisine de les tribunes 11.... l'Inspection Générale afin que l'opposition puisse diligenter une enquête au moins une fois par an. Partager le pouvoir signifie une autre démarche à l'égard des Maires d'arrondissement qui n'ont pas les moyens de répondre aux attentes de leurs habitants. Cela implique que les décisions soient prises au bon niveau et élaborées dans la concertation. Pour cela, il faut travailler à une évolution du statut de Paris et confier de nouvelles compétences aux Maires d'arrondissement assorties de moyens humains, techniques et budgétaires correspondants. Je veux donc rebâtir une opposition sans tabou et contribuer à restaurer un vrai équilibre de travail et de prospective entre les élus de l'est et de l'ouest de la capitale. Alors que s'ouvre cette nouvelle mandature, notre Groupe aura à cœur tant sur le terrain dans nos arrondissements, qu'au Conseil de Paris de faire entendre une opposition réfléchie et dynamique, habitée par une nouvelle intelligence de la ville dédiée à tous les Parisiens. Jean-François Lamour, prfildent du sraupe Paris pour tous ou ghetto de riches ? Pourrons-nous encore habiter Paris demain ? Le prix du mètre carré à la vente a explosé cette année encore à Paris. Quant aux loyers, ils ont doublé au cours des 10 dernières années. Avec la folie spéculative, c'est l'esprit même de Paris qui est menacé. Notre ville est riche de sa mixité sociale et sa diversité d'activités. Si la machine à spéculer continue de fonctionner à plein régime, Paris deviendra une ville musée, une Cité interdite aux salariés, aux plus jeunes comme aux plus âgés. L'heure est donc à la mobilisation. Faire vivre cette diversité parisienne, ce devra être la priorité de la gauche au cours de la prochaine mandature. Depuis 2001, la municipalité a beaucoup travaillé pour faire progresser le droit au logement. En 7 ans, plus de 30 000 logements sociaux ont été financés. Il est temps, maintenant, de passer à une nouvelle étape. C'est un véritable plan de bataille qui s'impose pour répondre aux défis du moment. Les élus communistes se mobiliseront pour que le cap des 20% de logements sociaux soit atteint le plus vite possible. Ils se battront également pour que ces logements soient répartis équitablement entre les arrondissements. Un effort particulier devra être mené dans le centre et l'ouest de Paris pour que ces quartiers-là participent eux vos élus 2008 - 2014 aussi à l'effort commun. L'Etat devra être mis devant ses responsabilités et céder les terrains inutilisés dont il dispose pour que s'y installent des logements et des équipements publics. Enfin, la politique du logement devra être conçue à l'échelle de la métropole, en concertation avec les communes voisines. En s'engageant dans cette voie, notre municipalité se donnera les moyens de répondre aux aspirations des habitants. Les Parisiennes et les Parisiens pourront compter sur les élus communistes pour mener le combat d'un Paris solidaire. lan Brossat, président du groupe 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :