à Paris n°25 déc 07/jan-fév 2008
à Paris n°25 déc 07/jan-fév 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de déc 07/jan-fév 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (207 x 264) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 62,2 Mo

  • Dans ce numéro : commerces gagnants.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Tribunes GROUPE LES VERTS Paris sous vidéosurveillance : une fausse solution Biométrie dans les cantines, passeports biométriques, fichages divers et variés, conversation téléphonique repérable, pistage de nos déplacements via les cartes Navigo, GPS dans les cartables de nos enfants, voilà notre quotidien... Et pour demain, plus de caméras de vidéosurveillance dans Paris ? Quel paradoxe l Pour protéger nos libertés, nous construisons une société de méfiance, de défiance, de contrôle technologique dont l'homme est chassé. Depuis plus de 40 ans, des intellectuels s'interrogent sur le devenir de notre société où la machine prendrait le pas sur l'homme. Aujourd'hui, la CNIL essaye d'attirer l'attention sur "la société de surveillance qui menace la protection des données et la liberté Aucun n'est entendu et nous continuons notre fuite en avant vers la société de Big Brother. L'installation envisagée de 1000 caméras par la préfecture de Police de Paris avec le concours financier de la Ville coûterait 45 millions d'euros, sans compter les charges liées aux matériels associés et au personnel indispensable pour "gérer le dispositif: Cetlourd aura pour corollaire un désinvestissement humain sur le terrain. Or, c'est bien la présence en nombre dans les rues de Paris de personnes, qualifiées, encadrées et rémunérées à hauteur de leurs compéten.œs, dans le cadre d'une VRAIE politique de prévention qui permettra de faire reculer et l'insécurité et le sentiment d'insécurité. Mettre des correspondants de nuit, des éducateurs spécialisés dans de plus nombreux quartiers, aider les associations, faire des marches exploratoires et mettre en place des procédures qui prennent en compte la réalité du terrain, aménager les quartiers, les rendre plus agréables GROUPE DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN 2001-2008... Mon groupe travaillera pour Paris et les Parisiens jusqu'en mars 2008. Néanmoins, cette tribune est la dernière de la mandature et c'est dès à présent que nous souhaitons rendre compte de notre mandat. Un bilan n'est jamais pleinement satisfaisant, mais quel chemin accompli depuis 2001 ! Investissements considérables dans les écoles, les piscines, les crèches, renforcement des bus et des métros, amélioration de la qualité de vie, renouvellement urbain des 10% du territoire parisien oubliés, financement de 30 000 logements sociaux... Toujours nous avons contribué à l'action municipale avec trois ambitions à l'esprit. -Placer la volonté et l'innovation au cœur de l'action politique. Nous avons par exemple pris l'initiative d'une opération pour 18Ili1Parlslllrimestrielhiver20117 lutter contre la disparition des commerces de proximité de nos rues: l'achat de locaux loués à prix abordables à des petits commerces alimentaires notamment. Cette initiative est inédite et unique en France. Elle concerne aujourd'hui 30 000 m 2 de locaux à Paris l -Concilier quotidien et long terme. Nous sommes souvent intervenus pour améliorer le quotidien : les conditions de vie des seniors, les violences faites aux femmes, l'insécurité des deux roues motorisés... Mais également pour déjouer les déterminismes lourds dont souffre Paris. Nous avons ainsi fait avancer l'idée du Grand Paris, seul moyen de régler en profondeur les problèmes de logement et de transports. - Porter l'exigence de la République. A à vivre pour tous et impliquer les principaux concernés, les habitants, dans ces aménagements, favoriser des interventions d'associations dans les écoles sur la réduction des risques en matière de toxicomanies ou la lutte contre les discriminations: telles devraient être les priorités. L'objectif est bel et bien d'être "efficace': Ce n'est pas le cas de la vidéosurn:illan De multiples études l'ont démontré: la présence de caméra n'empêche pas les délits. Elle les déplace. Elle ne rend pas les gens moins anxieux, elle les rend plus surveillés. Se rassurer, en tant qu'élus, en sachant que les lieux sont surveillés, et juste surveillés, n'est pas une attitude responsable. Pour chaque lieu, chaque quartier, chaque territoire, il fuut du travail, de la réflexion. De l'humain avant tout Véronique Dubarry, conseillère de Parts chaque prise de position au Conseil de Paris, nous avons porté les valeurs de notre République: la primauté du citoyen sur le marché, l'égalité devant le service public, la laïcité, la préférence du travail et du mérite sur la rente et la spéculation, la solidarité et la responsabilité, l'intégration des Parisiens immigrés. Ce sont cette méthode et cette conviction que nous mettrons une nouvelle fois à la disposition des Parisiens en 2008. Cieorses Sarre, pNsldent du groupe
NOUVEAU CENTRE ET INDÉPENDANTS Grand Paris 2014: Nouveau Centre, nouveau contrat New York, Berlin, Londres... Les principales métropoles ont débordé de leurs frontières historiques pour prendre en compte les besoins de leurs habitants. Paris échappe encore à ce mouvement. V élib', Métrophérique, programme de relance de la Défense, proposition de Tours pour faire le lien entre Paris et la proche banlieue. Autant de nouveaux projets qui démontrent, si besoin l'est encore, que Paris n'est pas seulement dans Paris. C'est surtout un bassin de vie que partagent quelques six millions d'habitants. Cette aire urbaine se doit d'être une conti- GROUPE PARIS LIBRE nuité en matière d'urbanisme, de transports, de logement. Elle doit disposer d'une prolongation de services et d'équipements aussi bien culturels que sportifs. Elle doit fournir les infrastructures nécessaires à un développement économique harmonieux. Seule garantie pour des emplois durables. Pour mettre en œuvre cette nouvelle synergie, nous avons besoin d'un Grand Paris. D'un nouveau contrat institutionnel qui permette de porter haut et fort ses projets et ses ambitions.ll faut replacer Paris dans la compétitivité mondiale, le Grand Paris pouvant devenir la troisième aire économique mondiale. A quelques mois des prochaines élections municipales, le Nouveau Centre et ses élus proposent donc aux Parisiens de s'associer à sa réflexion sur le Grand Paris de 2014 dans le cadre d'un nouveau contrat qui permette de faire de la mandature 2008-2014 un exercice utile... Une mandature qui fasse de Paris et des communes voisines, outre une communauté de destin de fait, un réel Paris d'avenir. Yves Pozzo di Borgo, président du groupeParis Libre, nos convictions, notre combat Se battre pour ses convictions, quel bel idéal démocratique ! Pour répondre à cette noble motivation, nous venons de constituer un nouveau groupe: Paris Libre. Notre ambition, c'est de faire prévaloir l'intérêt des Parisiens, ignoré par l'appareil UMP local, gardien de la pensée unique que Paris, ville gaulliste, a toujours combattue. A l'heure où le Président de la République pour lequel la plupart d'entre nous se sont engagés, fait appel à des hommes et des femmes de sensibilités différentes, nous ne comprenons pas que l'ouverture ne se puisse faire qu'au-delà de notre famille politique d'origine. Nous réclamons d'afficher nos convictions, notre indépendance de pensée et notre liberté d'action à l'égard des partis politiques prisonniers de leurs apparatchiks. Les Parisiens méritent mieux qu'un concours de vedettes nationales en mal de reclassement ou qu'un clan de professionnels carriéristes. Nous ne nous interdisons aucune critique ni aucun soutien, comme celui que nous avons apporté à l'inauguration du tramway. Cet exemple est révélateur du malaise que nous dénonçons. Arc-boutés sur une opposition politicienne stérile à Bertrand Delanoë, les élus UMP se sont battus contre un projet essentiel pour les Parisiens, en oubliant qu'il avait été initié sous la mandature de Jean Tibéri ! Nous voulons sortir de ces postures qui n'ont que trop duré. Nous sommes désormais libres et fiers de pouvoir nous exprimer au nom de la seule vérité qui vaille: l'intérêt des Parisiens. Cécile Renson, présidente du groupe Ces tribunes n'engagent pas la Rédaction du magazine. MAIRIE DE PARIS trimestriel hiver 20071/à Paris Il 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :