à Paris n°23 jun/jui/aoû 2007
à Paris n°23 jun/jui/aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de jun/jui/aoû 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 36,4 Mo

  • Dans ce numéro : plongez dans l'été !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Tribunes GROUPE UNION POUR UN MOUVEMENT POPULAIRE Notre combat pour l'environnement La question de l'environnement doit être enfin abordée et replacée au centre des préoccupations. Un citoyen qui sait, mais qui ne sait pas quoi faire. Un citoyen qui perçoit le changement climatique ; les tempêtes, les températures hors saison, les images quasi quotidiennes des banquises en fonte, des cyclones et des inondations. Un citoyen qui pratique, presque partout dans notre pays, le tri sélectif. Un citoyen qui approuve la disparition des décharges sauvages, les contrôles de la qualité de l'air et de l'eau ou les dispositifs de lutte contre le bruit, mais qui subit aussi les rationnements en période de sécheresse, la pollution urbaine. Un citoyen qui sait que les scientifiques sont arrivés à des conclusions concertées ; un réchauffement moyen allant de 1,5 à 5,8 degrés d'ici la fin du siècle, une hausse du niveau des mers, un accroissement des wnes désertiques et des famines, une pollution accrue des eaux de surfaces et des nappes phréatiques, un dérèglement du cycle du carbone, des dommages irré-­ versibles pour la santé et la biodiversité. Un citoyen qui ne peut ignorer le rôle de l'Europe dans la fixation continue de normes justifiées, GROUPE COMMUNISTE toujours plus contraignantes, pour les véhicules à moteur par exemple et pour tous les industriels qui doivent à présent tester leurs matières premières et évaluer l'innocuité de leurs produits. Un citoyen qui vit dans le premier pays à avoir annexé à sa constitution une Charte donnant à chacun un droit à un environnement équilibré et respectueux de la santé, avec l'obligation d'une exploitation durable des ressources. Un citoyen qui voit bien, depuis plusieurs années, les progrès se réaliser dans de nombreux secteurs industriels ou agricoles. Mais un citoyen qui est aussi progressivement amené à se poser la question de son propre comportement, puisque c'est lui qui consomme l'eau, les aliments, l'énergie... C'est lui qui produit une grande part des déchets. Il faut mettre en œuvre les solutions de fond qui, au-delà de la protection et de la gestion optimisée des ressources, reposent sur la recherche et l'investissement, et qui doivent aboutir à une substitution progressive de l'économie actuelle fondée sur le carbone. Les solutions techniques de cette révolution énergétique existent, ou sont à l'étude ; les amstructeurs Le droit à l'excellence pour les quartiers populaires Vous êtes 350 000 habitants à vivre dans les quartiers populaires de la capitale. Pendant de trop longues années, vous avez été mis au ban des politiques publiques. Depuis 2001, face à un tel mépris, l'un des objectifs principaux de notre municipalité a été de sortir les quartiers populaires de l'oubli. Bien loin de la politique de destruction massive mise en place par le gouvernement actuel, à Paris, c'est une politique d'ouverture, d'aménagement, de déploiement de l'offre publique que nous mettons en œuvre. De nombreux équipements ont été réalisés pour répondre à vos besoins: crèches, écoles, 14 Il àParls Il trfmesltfel 2D1T1 gymnases, antennes jeunes, régies de quartier, aide à la création d'entreprise, soutien aux associations... En six ans, il a fallu rattraper l'absence de volonté et le vide laissés par la majorité précédente. Aujourd'hui, la politique mise en place par Martine Durlach, tente, en partenariat serré avec les acteurs associatifs et institutionnels, d'apporter, localement, les moyens financiers, matériels, et humains pour rompre l'isolement, réduire les césures sociales et recomposer un équilibre collectif, social et urbain de qualité. Mais nous ne sommes qùau début d'un long processus. Bien au-delà de ce qui a déjà été automobiles le savent eux, qui travaillent déjà sur des véhicules pour lesquels ne manque plus qu'un effort d'équipement et une contrainte réglementaire. Dans le domaine de l'urbanisme, j'ai personnellement visité BedZed (Beddington Zero Energy Developpement -premier éco village garanti zéro émissions C0 2) , et j'ai vu comment un aménagement d'ensemble permet de traiter de façon exemplaire les pollutions de l'air, de l'eau et du bruit, dans le cadre d'une pratique du développement durable qui va de la conception des chantiers à la construction de l'habitat et à son entretien. Je pourrai également citer en exemple Lorient en matière d'économie d'eau, Fnbourg pour sa politique de capteurs solaires. De tels changements sont en marche, ils sont la première réponse aux défis environnementaux. Mais ils ne se feront que dans la durée, l'enjeu étant de respecter un agenda cohérent avec celui fixé par les accords internationaux, comme l'actuel protocole de Kyoto. Françoise de Panafleu, présidente du poupe effectué, nous devons conforter et pérenniser nos orientations : construire une ville pour tous, prendre en compte chaque citoyen de la même manière et surtout, redonner une image positive à des territoires en souffrance. Ce regard sur la ville, donnons-lui toute sa force en valorisant la diversité, la créativité et la richesse des habitants de nos quartiers. Car c'est bien cela, notre conception de la démocratie. Jean Vulllermoz, président du groupe
GROUPE SOCIALISTE ET RADICAL DE GAUCHE Paris. ville numérique du XXI 8 siècle La révolution numérique, entamée depuis plus d'une dizaine d'années, bouleverse l'ensemble des activités de nos sociétés. De la diffusion de la culture à la création, de l'accès à l'information à la gestion des entreprises et des administrations, de l'enseignement et de l'accès à la connaissance aux réseaux de santé, tous les aspects de la vie économique, sociale et culturelle dépendent aujourd'hui fortement des nouvelles technologies. Et même s'il est difficile aujourd'hui d'en saisir la forme finale, nous savons que leur impact sur l'économie, le travail oules relations sociales sera-et il est déjà- d'une ampleur équivalente à celle de la révolution industrielle. La municipalité parisienne veut être à la pointe de ce mouvement. Les technologies de l'infunnation et de la communication fournissent en effet aux entreprises un réservoir de productivité et un fort potentiel de croissance et offrent plus que jamais aux citoyens, un accès illimité à l'information, à la culture et à de nouvelles pratiques sociales. L'enjeu est donc considérable pour l'activité, le développement et la compétitivité économiques de notre ville qui se doit, dans un contexte de compétition internationale exacerbée, de garder son rang de capitale européenne la plus attractive pour les entreprises étrangères et de renforcer son influence. Il est tout aussi important en terme de justice sociale, Internet n'étant plus aujourd'hui un luxe mais bien le canal privilégié pour la communication, les échanges et l'acquisition des savoirs. Paris bénéficie déjà d'atouts considérables: elle dispose d'un des réseaux les plus performants en Europe et figure parmi les villes les plus connectées au monde avec 60% des foyers parisiens qui ont accès au haut débit {contre 40% pour la moyenne nationale). Pour autant. la Ville de Paris n'entend pas en rester là et s'est fixé pour ambition de faire de Paris une ville numérique du XXIe siècle. C'est tout l'objet du programme PARVI (Paris Ville numérique) que de contribuer à ce nouvel essor.ll s'agit tout d'abord d'accélérer le développement de nouveaux réseaux à très haut débit, en reliant 80% des immeubles parisiens à la fibre optique d'ici 2012. C'est également proposer aux Parisiens un nouvel art de vivre par la mise en place d'accès Internet sans fil (Paris Wi-Fi) gratuit et de qualité sur plus de 400 sites municipaux (mairies d'arrondissement, jardins municipaux, bibliothèques, etc.). C'est enfin lutter efficacement contre le fossé numérique en permettant à chaque parisien, quels que soient son origine sociale, son âge ou son quartier de résidence, d'accéder aux nouvelles technologies: 17 Espaces Publics Numériques, lieux d'accueil gratuits fréquentés par plus de 120 000 personnes, ont ainsi été ouverts, 19 clubs seniors, accueillant 2 500 retraités, ont été créés et 3 000 ordinateurs sont cédés gratuitement chaque année par la municipalité aux Parisiennes et aux Parisiens. Parce que les nouvelles technologies sont devenues incontournables et parce qu'elles constituent les clés de demain pour l'innovation et l'émergence de nouveaux usages jusque-là insoupçonnés, Paris souhaite leur donner toute leur place et, à l'instar de nombreuses métropoles mondiales, entend réussir ce véritable saut technologique. Patrick Bloche, président du groupe GROUPE UNION POUR LA DEMOCRATIE FRANÇAISEMOUYEMEIIT DEMOCRATE Le Mouvement Démocrate a défendu ses positions Avec François Bayrou, une force nouvelle est née qui modernise la politique dans notre pays. C'est à la fois un centre d'équilibre des pouvoirs et une force de proposition et de contrôle. Le Mouvement Démocrate à vocation à changer et à redistribuer le jeu. Face aux conceptions parfois archaïques du pouvoir, aux divisions et aux querelles, il occupe une place centrale et nécessaire car le système bipolaire produit de la neutralisation. Ses tenants principaux prétendent montrer l'avenir mais, en réalité, ils se montre souvent du doigt. Pour redonner sens aux choses et les apprécier pour ce qu'elles sont, non en fonction de leur provenance partisane, il faut les recentrer. La culture d'appareil ne vaut pas projet politique et ne doit pas le remplacer. D'autant que cela fait longtemps que la France est divisée. Cela fait longtemps que l'on dresse les Français les uns contre les autres. A force, ils vont oublier ce que è est que d'être rassemblés. Diviser les équipages è est comme percer un trou dans la coque. Celles et ceux qui espèrent que mille promesses parviendront toujours à recoller mille morceaux se trompent lourdement. C'est pour cette raison que nous avons défendu nos positions, même quand cela était difficile, surtout quant cela était difficile. Et, c'est pour cette raison que nous allons continuer. En toute clarté, en toute cohérence. Car l'ennemi en France, ce n'est pas un tel ou un tel. En France, l'ennemi c'est la pauvreté. Il ne faut ni maltraiter ni anesthésier notre pays. n faut lui rendre son énergie. La cuisine politicienne n'est jamais une bonne recette. Un vrai Centre existe désormais.ll est libre. Il est indépendant. Les lignes que l'on croyait intangibles ont déjà bougé. Déjà, la politique n'est plus ce qu'elle était. Didier Barlanl, président du groupe ITfmesfTieiiii$20071/ÙPurls Il 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :