à Paris n°21 déc 06/jan-fév 2007
à Paris n°21 déc 06/jan-fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de déc 06/jan-fév 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : tramway, bus, vélo, stationnement... transportez-vous !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ActualitéIldossier 8IlàParisIltrimestriel décembre 2006 d’une filière de développement durable. Les candélabres des Maréchaux doivent être restaurés et réaffectés sur d’autres chantiers. » Les nouveaux éclairages créés par Louis Clair consomment également moins d’énergie. Pour la végétation, c’est un second souffle. Plus de 1000 arbres ont été plantés, dont près d’un tiers sur les voies transversales au tracé. « Le patrimoine végétal préexistant a été maintenu et renforcé, pour créer un boulevard jardiné », explique Benjamin Le Masson, responsable des plantations à la Mission tramway. De nouvelles essences ont rejoint les marronniers et autres micocouliers. Poiriers de Chine près du pont du Garigliano (15 e) , cerisiers et paulownias à la porte de Versailles (15 e) ou magnolias kobus à la porte d’Orléans (14 e). De petits arbres à fleurs aux teintes roses et blanches selon les saisons ont été placés sur les quais des stations. Autre innovation, la plate-forme engazonnée qui accueille le tramway. Doté d’un arrosage automatique, ce gazon absorbe les vibrations des rames. « C’est reposant de la verdure en pleine ville », apprécie Fabien, 31 ans qui empruntera bientôt le T3 pour rejoindre la porte d’Ivry (13 e). Des prairies fleuries, mélangeant 33 espèces, agrémentent aussi le parcours, notamment à la Poterne des Peupliers. ■ Un atout pour la vie économique L’arrivée des rames du T3 est attendue par les commerçants. « C’est très positif pour mon commerce, se réjouit Jens Schröder, patron de Holland Bikes sur le bd Lefebvre (15 e). Les villes qui ont adopté le tramway en ont toutes tiré un bénéfice commercial. Les Maréchaux vont devenir les seconds Champs Elysées. » La Ville de Paris, consciente des nuisances causées par le chantier, a créé et financé avec la RATP une Commission de règlement amiable. Plusieurs dizaines de commerçants ont ainsi été indemnisés, selon l’ampleur du préjudice subi. Au total, plus de 250000 euros ont été versés à titre d’indemnisation par la RATP et la Mairie de Paris. Dossier complet sur www.tramway.paris.fr 56000 m 2 de pavés CHANTIER Des pavés au millimètre José Cerqueira, chef de chantier chez Linea BTP, est l’un des hommes de l’art de l’aménagement des Maréchaux. C’était son troisième tramway après Strasbourg et Nantes. Sa spécialité : le pavé. Assisté d’un aide, José a posé à la main plusieurs milliers de pavés sur les voies bordant la plate-forme du T3. Au total, 56 000 m 2 de pavés ont été installés par l’ensemble des équipes. « Un travail de précision au millimètre près, détaille le compagnon. Impossible de faire cela à la machine. » Soucieux de respecter le dessin de l’architecte, il a veillé aux alignements des précieux pavés. Mémoires de l’histoire parisienne, les pavés ont été récupérés sous les anciennes voies des Maréchaux, coupés en deux et recyclés. « Certains datent de la guerre de 1870 », s’étonne José. Son dernier pavé posé sur les abords du T3 ? « J’y ai gravé mes initiales », confie-t-il. Le lieu exact, lui seul le connaît. HISTOIRE Des fortifs au T3 Le territoire aux portes de Paris a d’abord été une route militaire longeant l’enceinte fortifiée construite en 1840 par Adolphe Thiers. En 1860, Paris étend son territoire jusqu’au bord de ces fortifications, grâce à l’annexion de communes proches. Non bâtie, la zone des « fortifs » s’étend entre la capitale et sa banlieue. Les années 1920 marquent la naissance des boulevards des Maréchaux et l’aménagement d’équipements sportifs et scolaires, mais aussi des premiers logements sociaux, les HBM (Habitations à bon marché). Plus de 1000 km de voies de tramway parcourent alors la Capitale. Victimes du succès de l’automobile, les lignes sont démantelées : le dernier tramway disparait de Paris en mars 1937. 7,9km: le parcours du T3
Encore plus de bus et de métro G râce à la Région Ile-de-France, qui, avec la Ville de Paris, finance le Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France), la Mairie de Paris poursuit une large modernisation de son réseau de bus. Objectifs : une meilleure régularité, une accessibilité à tous et plus de bus le soir et le week-end sur les principales lignes. Premier concerné, le Mobilien. Neuf lignes ont bénéficié depuis 2001 de profonds réaménagements, notamment pour offrir un accès aux personnes à mobilité réduite et améliorer la vitesse et la régularité des bus. L’offre de trois lignes (27, 60, PC2) est également renforcée depuis début novembre avec, par exemple, plus de véhicules aux heures de pointe et en soirée. Treize autres lignes le seront fin janvier 2007. Les 560000 automobilistes résidents bénéficient maintenant de tarifs beaucoup plus avantageux : 50 centimes d’euro par jour (2,5 euros par semaine), soit une baisse de 80% depuis 2001. Les résidents disposent, depuis 16 décembre 2006 : il arrive ! 42 lignes Noctilien parcoureront Paris et l’Ile-de- France de 0 h 30 à 5 h 30 du matin fin décembre Une nouvelle venue, la 64, verra aussi le jour en avril 2007, avec l’ouverture de la station Olympiades (13 e) sur la ligne 14 du métro. Deux lignes de proximité, les Traverses (13 e -14 e et 20 e) , desservent aussi depuis 2005 des quartiers enclavés. Une troisième ligne est attendue début 2007 entre les 18 e et 19 e arrondissements. ■ Réseau de bus renforcé Le succès des bus de nuit Noctilien (fréquentation en hausse de plus de 40% depuis leur création en 2005) devrait s’accroître avec la création de huit nouvelles lignes en décembre. Elles relieront Paris à des communes de la grande couronne, en suivant les itinéraires de RER. Vous pourrez par exemple rejoindre Stationnement, mode d’emploi mars 2005, de 3200 places potentielles autour de leur habitation, après la redéfinition des zones résidentielles. La Ville de Paris a aussi fait disparaître les disparités entre arrondissements, en rendant payant l’ensemble du stationnement sur voie. Objectif: lutter contre les voitures « ventouses » afin de privilégier les résidents et les visiteurs. En 2007, la totalité des places à Paris sera concernée. Mais les places en surface ne satisfont que 25% de la demande.Paris renforce donc son offre dans les parkings publics : 66 parcs –environ la moitié des parcs concédés –offrent des réductions de 30% aux résidents. Un tarif « Petit rouleur » est aussi expérimenté aux parkings Pyramides (1 er) , Maison de la Radio (16 e) et dans 19 parcs de surface : il offre jusqu’à 40% de réduction sur l’abonnement pour les résidents qui utilisent leur voiture moins de cinq fois par mois.Autre cible : les 26 000 places vacantes dans les parkings des bailleurs de logements sociaux.Une première convention avec l’Opac (Office public d’Aménagement et de Construction de Paris) a pris effet en dossierIlActualité 50cts d’euro par jour : c’est le prix du stationnement résidentiel Saint-Rémy-les-Chevreuses (Yvelines) en montant à la station Luxembourg (6 e). Ainsi, 42 lignes Noctilien sillonneront Paris et l’Ilede-France de 0 h 30 à 5 h 30 du matin. Vous bénéficierez aussi avant Noël prochain d’une heure de plus le samedi soir et les veilles de fête sur le réseau de métro : les rames joueront les prolongations jusqu’à 2 h du matin ! Plus d’info sur www.deplacements.paris.fr septembre dernier. Le bailleur ouvre ses parkings aux résidents non locataires, avec une réduction de 10% sur l’abonnement. ■ Une « Sésame » pour les commerçants et artisans Piliers de la vie économique, les commerçants et artisans utilisent leur véhicule pour leurs besoins professionnels. Ils bénéficient depuis le 1 er octobre de la carte « Sésame artisan-commerçant », qui leur offre les mêmes droits que les résidents. Une condition : avoir un commerce ou être artisan à Paris. La carte est gratuite et autorise à stationner jusqu’à dix heures par jour à proximité de son établissement au tarif de 50centimes d’euro par jour. Une seconde carte Sésame destinée aux artisans réparateurs (plombiers, électriciens…) de Paris et des départements de la petite couronne (Hauts de Seine, Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis) verra le jour début 2007. Plus d’info sur www.stationnement.paris.fr trimestriel décembre 2006IlàParisIl9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :