à Paris n°20 sep/oct/nov 2006
à Paris n°20 sep/oct/nov 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de sep/oct/nov 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : familles, on vous aide !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ActualitéIldossier Les « papothèques » ont rétabli un climat de confiance et de respect au sein des écoles, au bénéfice des résultats scolaires des jeunes élèves … La Mairie de Paris soutient également des projets novateurs. Parmi ceux-ci, les « papothèques », initiées par des directeurs d’école dans le quartier de la Chapelle (18 e). Les familles d’origines tamoule, chinoise, africaine et, dès cette rentrée scolaire, maghrébine, sont conviées – séparément – à « des groupes de parole ADOPTION A l’écoute des familles C’est un lieu unique dans la Capitale qui ouvrira ses portes cet automne. Avenue Philippe-Auguste (11 e) , l’espace Paris Adoption accueillera l’ensemble des services parisiens consacrés à l’adoption. Une trentaine de professionnels, dont une moitié de travailleurs sociaux, trois psychologues et un psychiatre aideront enfants adoptés, adoptants et futurs adoptants. Et les attentes sont fortes : 500 à 600 demandes d’agréments sont déposées chaque année à Paris, un chiffre qui a bondi de 30% entre 2004 et 2005. Espace d’écoute et d’aide à la parentalité adoptive, lieu de soutien aux personnes adoptées, il constituera un centre de ressources et de documentation et servira de structure d’échange entre associations, organismes agréés, pupilles et parents, en liaison avec l’Agence française de l’adoption. Plus d’info au 3975 8IlàParisIltrimestriel septembre 2006 avec des professionnels de l’Education nationale, un psychologue et un traducteur de la langue concernée », précise Pascal Déruelle, directeur de l’école de l’Evangile. Le but : « rapprocher des parents souvent non francophones de l’école, et aider à renforcer le lien parent/enfant ». Une centaine de familles est déjà habituée des « papothèques », qui ont rétabli « un climat de confiance et de respect » au sein des écoles, au bénéfice des résultats scolaires des jeunes élèves. L’action des centres sociaux, lieux majeurs pour le lien social entre les familles au cœur des quartiers, a aussi été fortement renforcée. Les crédits attribués ont quadruplé depuis 2001 et sept nouveaux centres sociaux ont déjà été inaugurés. Essentiellement dans les 10e, 13e, 18e, 19 e et 20 e arrondissements, qui accusaient un réel retard. Les clés de l’information Nombreuses et parfois complexes, les aides pour les familles peuvent être méconnues. Quatre Maisons de l’Enfance ont été créées et le premier « Relais informations familles » a vu le jour à la mairie du 12 e arrondissement en février dernier. Il rassemble l’ensemble des informations qui intéressent les familles et offre un accueil personnalisé aux usagers parisiens. S’agissant des aides sociales facultatives du CASVP, le plus simple est de vous adresser à la section locale de votre arrondissement. 5200 places en crèche seront créées effectivement d’ici mars 2008 La réalisation de cette structure avait été suggérée par le Conseil consultatif des Familles à Paris. Créé en 2002, le Conseil rassemble experts et associations agissant en direction des familles et émet des propositions pour orienter l’action municipale. La naissance prochaine de l’Observatoire des Familles à Paris offrira également une base de données inédite, utile à l’action publique, aux médias et aux chercheurs. Sur Paris.fr,l’information a également été renforcée, notamment avec la mise en place d’un univers dédié aux familles : www.famille.paris.fr.Depuis 2004, le « Fil info familles », géré par l’Ecole des parents et des éducateurs et financé par la Ville de Paris, renseigne et oriente les parents qui se posent des questions dans le domaine éducatif. L’information sur la sexualité a aussi évolué avec la mise en service d’un numéro vert (gratuit) « Ecoute, sexualité,contraception » : le 0800803803. Des loisirs accessibles L’aide financière « Paris forfait familles », dédiée aux activités loisirs des familles d’au moins trois enfants, est désormais versée sans justificatif (d’où son nom de forfait) aux foyers gagnant jusqu’à 5000 euros par mois. Dans le même temps, les tarifs des services utiles aux familles (accueil périscolaire, vacances Arc en ciel, conservatoires, centres d’animation…) ont été réformés pour les rendre plus progressifs, cohérents et équitables. Avec 10 millions d’euros de plus chaque année, le secteur périscolaire s’est renforcé: 800 animateurs ont été recrutés, des ateliers Découvertes et Multisports se développent dans 60 écoles le samedi matin, des clubs « Coup de pouce » pour les élèves en difficulté dans 90 écoles et onze collèges de Zone d’éducation prioritaire. Les initiatives sont nombreuses. Sans oublier une action spécifique auprès de 15000 adolescents grâce à Action collégiens. Ahmed, 17 ans, a bénéficié de ce dispositif de prévention éducative. « J’ai surmonté mes grosses difficultés en français avec une aide personnalisée, et j’ai repris goût aux études », se réjouit-il. Finies les vacances « au pied de mon immeuble dans le 18 e arrondissement ». Il part dans le Loiret ou le Cantal avec l’association, « un apprentissage de la vie en collectivité ».
Dans le secteur périscolaire, 800 animateurs ont été recrutés Sept nouveaux centres d’animation auront ouvert leurs portes entre 2001 et 2008. La Ville de Paris finance aussi une vingtaine de postes d’animateurs spécialisés qui organisent des loisirs de proximité, un accompagnement scolaire pour les jeunes et aident leurs familles dans les difficultés qu’elles rencontrent. Pour rendre la ville plus agréable aux familles, d’importants efforts ont été déployés : aménagement des espaces verts, création du programme « Paris INTERVIEW ADOLESCENTS Nature » pour les enfants, ouverture aux circulations douces avec « Paris respire », sécurisation des trajets scolaires avec les « Points école », plan « Sports en liberté » pour faciliter l’accès au sport le soir, le week-end ou pendant les vacances scolaires… Concernant l’habitat à Paris, sur les 18 622 logements financés depuis 2001 (contre 1 550 par an, en moyenne, auparavant), 38% sont des logements de trois pièces et plus, dont un tiers est destiné aux classes moyennes. Ce sont Audry Jean-Marie : « Le nombre de familles augmente » Jeunes en fugue ou en détresse, soumis à des difficultés physiques ou psychologiques… Le « Réseau Ado », lancé en 2004, vient en aide aux mineurs et jeunes majeurs de 13 à 21 ans. « Paris Ados service » assure un accueil physique et une permanence téléphonique 7j/7 et 24h/24 pour plus de 500 adolescents chaque année. Un accueil de nuit réservé aux mineurs pour une courte période est disponible. Dédié aux jeunes issus des arrondissements du Nord Est (18e, 19 e et 20 e) , le réseau offre des solutions concrètes face à des problèmes de santé, de logement, de scolarité ou encore de relations familiales. Paris.fr Aides, calcul de votre quotient familial, adresses des crèches ou des centres de loisirs, nouveautés… www.famille.paris.fr Audry Jean-Marie, responsable des études socio-économiques à l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur) Existe-t-il un modèle type de famille parisienne ? Il n’y a pas un type unique mais des spécificités des familles parisiennes: rythme, activité. Les mères sont plus actives, à nombre d’enfants égal, que les autres mères en France. Les comportements devant le mariage sont différents : même proportion de mariages mais plus de séparations et de divorces qu’ailleurs, des relations conjugales plus complexes avec de nombreux Pacs et des couples non cohabitants. On a une forte proportion de foyers pauvres (16%) et une proportion quasi égale de revenus élevés (14%),avec une majorité (70%) de familles « moyennes ». Enfin, la natalité est plus forte,mais la fécondité plus faible à Paris qu’en province: 50% des foyers n’ont qu’un enfant. dossierIlActualité Au service des ados en détresse donc bien tous les aspects de la vie de famille dans la Capitale qui sont pris en compte par la Mairie de Paris. ■ Plus d’info en appelant le 3975, sur www.famille.paris.fr et www.education.paris.fr Quelle est l’évolution récente des profils familiaux ? On distingue trois groupes principaux parmi les 2,125 millions d’habitants parisiens: parents et enfants représentent 865000 personnes (soit 41% de la population) ; viennent ensuite les personnes seules, 580 000 personnes (27%) ; 480 000 personnes vivent en couple sans enfants (23%). Des années 1950 jusqu’à 1999, Paris a perdu 700000 habitants, dont un quart d’enfants. Entre 1990 et 1999, la ville perdait encore 1500 familles par an. Depuis 2000 le nombre de familles augmente, d’abord grâce à une augmentation des naissances. La population a grimpé de 19 000 habitants entre 1999 et 2004. trimestriel septembre 2006IlàParisIl9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :