à Paris n°19 jun/jui/aoû 2006
à Paris n°19 jun/jui/aoû 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de jun/jui/aoû 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 264) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : La culture ça se partage !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
tribunes GROUPE LES VERTS Histoire de Justice sociale Améliorer les transports collectifs, favoriser l’émergence de modes de transports alternatifs, c’est améliorer les conditions de vie du plus grand nombre et notamment de ceux qui ont les plus faibles revenus. Il suffit de regarder certains chiffres pour voir que les arguments avancés par ceux qui aiment tant nous caricaturer ne tiennent pas. Est-ce par « sectarisme » ou par une quelconque lubie idéologique que les Verts portent au sein de cette municipalité une politique ambitieuse en matière de déplacements qui profite aux 50% de Parisiens ne disposant pas de voiture, aux 75% utilisant les transports en commun, aux 950 000 personnes qui sont amenées chaque jour à entrer dans Paris pour rejoindre leur lieu de travail ? Est-ce privilégier les « bobos » quand on sait qu’à Paris, seuls 9% des personnes aux revenus faibles utilisent leur GROUPE DU MOUVEMENT REPUBLICAIN ET CITOYEN Un auditorium à la Villette : un succès pour Paris, une victoire de la Culture. 18 trimestriel juin 2006 voiture dans la journée contre 25% aux revenus élevés ? Soyons sérieux ! C’est bien l’intérêt général et notamment celui des moins aisés que les Verts défendent. Et les Parisiens ne s’y sont pas trompés en approuvant très majoritairement, lors de la consultation lancée en ce début d’année, les orientations de cette municipalité en matière de déplacements et en exprimant très clairement leur désir de voir s’opérer des changements de fond. Alors oui, ces changements de fond supposent le lancement simultané de plusieurs chantiers. La vie quotidienne des Parisiens s’en est trouvée parfois profondément perturbée. Alors oui, il faut écouter, discuter, parfois rectifier les projets. Mais il faut surtout avoir le courage de reconnaître que les « solutions homéopathiques » qui cherchent à ne brusquer personne (et surtout pas ceux qui sont en capacité de crier le plus fort !) n’ont que trop duré et que l’intérêt collectif doit primer les intérêts particuliers. C’est ce même souci du bien commun et de la défense des plus précaires qui guident l’action des Verts au Conseil de Paris sur tout un ensemble de dossiers, comme le logement, l’action sociale, la santé, l’éducation, etc. Le principe défendu avec opiniâtreté par les Verts est très clair : ne pas laisser « le marché », encouragé par la politique de « casse sociale » du gouvernement, les lobbying économiques, l’individualisme forcené, décider du sort de toute une collectivité et ruiner à tout jamais les chances de voir Paris rester une « Ville pour tous ». René Dutrey, président du groupe Paris disposera, à l’horizon 2012, d’une grande salle de concert symphonique. Voilà une très bonne nouvelle pour tous ceux qui défendent depuis longtemps l’idée d’un véritable auditorium permettant à Paris de rivaliser, dans le domaine de la musique classique, avec les autres capitales. Songeons aux capacités d’accueil de Berlin ou Londres, pour juger du retard pris dans les décennies précédentes et de l’impact négatif que ce retard a eu sur le rayonnement international de Paris. La réouverture de la salle Pleyel permet déjà de redonner à Paris son rang en matière de musique classique. L’implantation d’un auditorium à la Villette permettra de contribuer au développement de la musique symphonique à Paris. C’est un succès incontestable pour la municipalité. Le nouvel auditorium pourra contenir 2 200 à 2 500 places et se situera donc à proximité de la Cité de la musique. Les élu(e)s du Mouvement Républicain et Citoyen, la gauche républicaine, souhaitent que cet auditorium, une fois construit, développe une politique d’accessibilité à tous les ménages, même les plus modestes. Car il n’y a pas de contradiction entre la quête de l’excellence artistique et celle de l’accès à la culture pour tous. Chacun a le droit à l’excellence, et nous le prouvons, par exemple, avec le laboratoire du beau et du vivre ensemble que la Ville de Paris construit dans le 11 e arrondissement de Paris : la Maison des Métallos. En termes de financement de l’auditorium de la Villette, la majorité parisienne assumera ses responsabilités ; compte tenu de l’enjeu régional, national et international du projet, il appartient aussi à l’État de s’engager véritablement, ainsi qu’à la région Ile-de-France. Georges Sarre, président du groupe Ces tribunes n’engagent pas la Rédaction du magazine.
Vos réactions Pour vous, Paris la nuit c’est d’abord « la Ville lumière », dans laquelle « vous aimez flâner tout en appréciant un patrimoine mis en valeur par l’éclairage ». Vous appréciez notamment les quais de Seine et les canaux, la proximité de l’eau. Le soir est pour vous l’occasion de pratiquer des activités sportives ou artistiques, et vous souhaitez accéder plus facilement aux services et aux équipements de la Ville. Mais vous avez aussi exprimé des besoins liés à la mobilité nocturne: pour beaucoup d’entre vous, « se déplacer la nuit reste encore problématique » en raison de la fermeture du métro, trop tôt, de l’organisation des bus, encore difficile à comprendre, et de taxis trop chers et trop rares le week-end. Par ailleurs, le « Paris animé » est « souvent recherché mais pas toujours trouvé ». Paris Plage et Nuit Blanche sont des ambiances extérieures que vous aimeriez vivre plus souvent, car Paris semble encore réservé à un cercle restreint. En revanche, vous êtes peu à parler de sécurité. On peut donc penser que Paris la nuit ne suscite pas de craintes particulières. Bien vu Paris la nuit Vous avez été nombreux à répondre à notre enquête sur Paris la nuit, exprimant idées et envies, pour que Paris offre tant des lieux festifs, des services adaptés, que la tranquilité. Vos propositions Elles sont essentiellement liées au confort et à la convivialité : des transports collectifs généralisés la nuit et des trajets Paris-banlieue facilités, « des taxis collectifs, comme dans d’autres pays » et qui proposeraient des tarifs attractifs, des toilettes et des bancs en nombre suffisant… Vous aimeriez trouver plus facilement « des lieux de convivialité abordables » pour manger ou boire un verre très tardivement. Vous exprimez également des attentes diverses : vous aspirez à profiter « d’une ville esthétique et animée » mais aussi à « une nuit plus écologique », en évitant les éclairages agressifs et en respectant l’environnement. Les plus romantiques prônent « le retour de la nuit étoilée… » Et, pourquoi pas, dans le calme nocturne des jardins parisiens. Dans un autre registre, certains d’entre vous aimeraient aussi que les sorties de bars et de boîtes de nuit se passent plus calmement, et que « les motos et mobylettes ne réveillent pas tout le monde sur leur passage » ! « Les vaches font la loi ! » Vach’art : 110 vaches stylisées envahissent les rues de Paris. Photographie de Jean Louis. Faites partager votre regard sur Paris en envoyant vos photos légendées avec vos nom et adresse à : Magazine « à Paris », 4, rue de Lobau, 75004 Paris. Ce qui a été réalisé En collaboration avec le Stif, la RATP, la SNCF et la région Ile-de-France, les transports collectifs nocturnes sont en pleine mutation: après le lancement, déjà fortement apprécié, du nouveau réseau de bus Noctilien en septembre 2005, il a été décidé de mieux desservir la grande banlieue avec huit lignes supplémentaires, en particulier en suivant le tracé des RER. Comme vous l’attendiez tous, le métro fonctionnera une heure de plus, jusqu’à 2h15, le samedi et les veilles de fêtes à partir de 2007, et le vendredi soir l’année suivante. Le nombre de taxis le soir et le week-end augmente grâce à un système d’incitation à travailler sur le créneau de soirée et de nuit. Jouir de la ville la nuit devrait être facilité par l’installation de mobilier urbain: la Mairie de Paris va bientôt mettre en place des bancs, des fontaines d’eau potable et des toilettes gratuites et accessibles aussi le soir et la nuit. L’accès à des loisirs et des équipements le soir se développe avec, par exemple, l’extension des horaires des bibliothèques, des piscines et, à terme, d’autres équipements sportifs et culturels. Si vous ne recevez pas le magazine dans votre boîte aux lettres, ou si vous ne souhaitez plus le recevoir, vous pouvez vous (dés)abonner gratuitement : • en appelant le 39 75 (coût d’un appel local à partir d’un poste fixe)• en ligne sur Paris.fr• ou en renvoyant le coupon ci-dessous à l’adresse suivante : Magazine à Paris 4, rue de Lobau - 75004 Paris actualité enquête Je désire recevoir gratuitement/ne plus recevoir (rayez la mention inutile) le magazine Nom : Prénom : N°rue/av/bd : Code postal : I7I5IIII Paris



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :