à Paris n°17 déc 05/jan-fév 2006
à Paris n°17 déc 05/jan-fév 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de déc 05/jan-fév 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : conseils de quartier, de la jeunesse, associations... pourquoi il faut participer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
SPECTACLEI Noël décalé Spectacles variés pour les fêtes à l’Espace Jemmapes, avec les Grosses Papilles, un mélange d’univers théâtral et musical sur des rythmes poétiques punk, ou encore Zip Code 2025 dont l’ambition est de réveiller la « bête rock » qui sommeille en chacun de nous. Un spectacle décalé, à la fois drôle et dingue. A moins que vous ne préfériez Oldelaf et Monsieur D (photo), chanteurs humoristiques et attachants. Du 20 au 30 décembre. 116, quai de Jemmapes. Tél. 01 48 03 11 09. www.jemmapes.com CINEMAL Pas d’images sans lumière Le 6 e Festival international de cinéma, qui se déroule à Paris et en périphérie, propose des rencontres entre public et professionnels. L’association l’Industrie du rêve 38 décembre 2005 - janvier 2006 MUSIQUEI Jazz culture Un dimanche par mois, de 18 h à 21h, la Maison du jazz explore l’univers d’un musicien en compagnie de plusieurs invités. Au programme, une conférence, la projection d’extraits vidéo et un mini-quizz live avec des CD à gagner, avant de clore la soirée par un concert acoustique. Prochaine date prévue le 15 janvier 2006, un spécial « Bird & Diz », avec Pierrick Pedron (photo) et Stéphane Belmondo. Maison du jazz, halle Saint-Pierre. 2, rue Ronsard (18 e). Entrée : 10 à 12 €. Réservations au 01 42 58 72 89. www.maisondujazz.org MUSEEL Le MAM en pleine lumière Après deux ans de travaux pour une mise aux normes de la sécurité, le musée d’Art Moderne réouvre le 2 février. Il consacre une exposition au travail de Pierre Bonnard, avec une sélection de peintures, photos et dessins. Les thèmes retenus sont le nu féminin, les paysages et l’autoportrait. Une seconde exposition présente les œuvres de Pierre Huyghes, artiste français qui s’intéresse au temps et à l’espace. La salle de la Fée Electricité de Raoul Dufy, fermée depuis 2002 pour désamiantage, bénéficie d’un tout nouvel éclairage. A partir du 2 février. 11, rue du Président- Wilson (16 e). Tél. 01 53 67 40 00. www.mam.paris.fr poursuit son cycle de réflexion en trois ans sur le studio. Après le décor et avant la production, on parlera cette année de la lumière. Projection, films rares, conférences, débats, expo photos… Du 6 au 13 décembre. Tél. 01 48 18 75 44. www.industriedureve.com THEATREi Théâtre Molière/Maison de la poésie Rebelles Textes et mise en scène d’Olga Jirouskova D’après les sonnets de Louise Labé. Du 2 au 23 décembre. Théâtre Silvia Monfort Occupe-toi d’Amélie de Georges Feydeau Mise en scène de Jean-Louis Martin Barbaz. Jusqu’au 15 janvier. Théâtre du Rond Point Les Antilopes de Henning Mankell Mise en scène de J.-P. Vincent. Du 17 janvier au 18 février. Concerts Georges Moustaki 5 concerts exceptionnels. Du 27 au 31 décembre. Théâtre du Châtelet Barbara Hendricks soprano Œuvres de Bernd Alois Zimmermann, Francis Poulenc, Johannes Brahms et negro spirituals. Le 19 décembre à 20h. Orchestre national philarmonique de Russie sous la direction de Vladimir Spivakov Concerto pour piano et orchestre n°3 en ré mineur opus 30 de Serge Rachmaninov. Le 30 janvier à 20h. Théâtre 13 Roméo et Juliette de William Shakespeare Mise en scène de Benoît Lavigne. Jusqu’au 23 décembre. Aztèques de Michel Azama Mise en scène de Quentin Defait. Du 10 janvier au 19 février. Théâtre 14 La mère confidente de Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux Mise en scène de Jean-Paul Bazziconi. Jusqu’au 31 décembre. Salle Gaveau L’Orchestre de Paris dirigé par Jeffrey Tate Adagio et fugue pour corde en ut mineur K 546 de Mozart, Ricercare de Bach/Webern et Métamorphoses, étude pour 23 instruments à cordes de Strauss. Le 7 décembre à 20h.
Anne Bourgeois et ses Parisiens Journaliste, Anne Bourgeois rend hommage, à travers cette galerie de portraits, à sa ville ainsi qu’aux hommes et femmes qui en sont l’âme, les Parisiens. Pourquoi un livre sur les Parisiens ? Anne Bourgeois : J’ai longtemps travaillé pour la presse et j’ai eu l’occasion de faire de nombreux portraits de gens connus ou anonymes qui avaient pour point commun d’habiter et d’aimer Paris. Un jour, je me suis dit que ce serait bien de rassembler tous ces portraits et d’essayer d’en faire quelque chose. Je me suis baladée dans les librairies et très vite, je me suis rendu< compte qu’il n’existait pas de livres sur les Parisiens. Comment avez-vous fait votre choix ? J’ai décidé que chaque portrait définirait plus ou moins un univers. C’est ainsi que j’ai décidé d’interviewer une ancienne voisine à la gouaille fort sympathique, puis le célèbre ébéniste Roger Catusse, l’acteur André Pousse, la doyenne des puces Marie-Louise Roussat, le dessinateur Enki Bilal et tant d’autres… Au total, deux ans d’enquête, de rencontres et d’écriture. Etaient-ils tous partants pour vous dévoiler leur vie ? J’ai expliqué pourquoi je souhaitais leur poser toutes ces questions. La plupart du temps, je n’ai eu aucun problème. J’ai passé parfois jusqu’à huit heures en leur compagnie. C’était Tous accrocs à Lili Cros « J’entends la pluie sur le carreau, les orages ont le cœur lourd… à Paris », chante Lili Cros. Une poésie à fleur de peau, des sons pop rock, chez cette jeune femme à la fois auteur compositeur et interprète. Après avoir assuré la première partie de Jeanne Cherhal et bientôt celle de Raphaël, elle séduit de plus en plus de monde avec son timbre doucement acidulé et ses airs délicieusement naïfs. Lili Cros, par Lili Cros. Sofia Label, 19 €. La ville selon Tati Deux doubles DVD pour renouer avec le bonheur fou de revoir deux films de Jacques Tati : Mon Oncle, tourné en 1958, et grâce au succès duquel il pourra se lancer dans l’aventure de Playtime, commencée en 1964 et qui devait s’achever trois ans plus tard. Les bonus – documentaires, interviews, archives – venant comme une sucrerie délicate après le plat épicé, vif, corrosif et satirique de notre modernité. A noter : c’est dans le bois de Vincennes que Tati avait reconstitué sa propre cité, Tativille, pour les besoins du tournage de Playtime. Play Time et Mon Oncle. Naïve, 20,99 € et 24,99 €. à chaque fois passionnant et chargé en émotion. On rencontre quelqu’un pour la première fois et il accepte de vous livrer toute sa vie, ses forces, ses failles, ses souvenirs les plus intimes, ce qui le constitue.Ce sont des moments fabuleux ! Vous avez travaillé avec un photographe ? En effet, les éditions Parigramme ont demandé à Jean-Louis Guillemin d’illustrer chacun de mes textes. Chaque personnage se présente sous un angle nouveau pour le lecteur. Il nous livre un peu plus encore de lui-même. Au fond, je suis heureuse que ce livre constitue une trace de tous ces destins croisés, une sorte de travail de mémoire. Selon vous, à qui s’adresse ce livre ? A tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur Paris, autrement que par les livres d’histoire ou les musées. Aux amoureux des destins singuliers. Aux amoureux de cette ville, tout simplement. Parisiens, par Anne Bourgeois, photos de Jean-Louis Guillemin. Éd. Parigramme, 272 p., 29 €. Si vous ne recevez pas le magazine dans votre boîte aux lettres, vous pouvez vous abonner gratuitement : • en appelant le 39 75 (coût d’un appel local à partir d’un poste fixe)• ou en vous inscrivant en ligne sur Paris.fr• ou en renvoyant le coupon ci-dessous à l’adresse suivante : Magazine à Paris 4, rue de Lobau – 75004 Paris Je désire recevoir gratuitement le magazine Nom : Prénom : N°rue/av/bd : Code postal : I7I5I_I_I_I Paris culture



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :