à Paris n°17 déc 05/jan-fév 2006
à Paris n°17 déc 05/jan-fév 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de déc 05/jan-fév 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ville de Paris

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : conseils de quartier, de la jeunesse, associations... pourquoi il faut participer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
La restauration du Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, aura nécessité cinq ans de travaux. Venez goûter au nouveau Petit Palais L’un des plus beaux musées parisiens, le Petit Palais, réouvre ses portes mi-décembre, après cinq années de travaux. 34 décembre 2005 - janvier 2006 Entièrement rénové à l’extérieur comme à l’intérieur, et qui plus est agrandi, le Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, a quasiment retrouvé son allure 1900. Un espace agrandi Au-delà de la restauration, tout le travail du cabinet d’architecture Chaix et Morel a été de rendre à l’édifice sa luminosité d’origine. Le cahier des charges était, notamment, d’agrandir l’espace destiné aux collections, d’améliorer les conditions d’accueil, de sécurité et de créer de nouveaux outils culturels comme l’auditorium, les ateliers pédagogiques ou la salle de consultation des arts graphiques situés sous le patio. Un défi relevé : « Notre objectif était de dépoussiérer l’image de ce lieu et de lui rendre son lustre d’autrefois, tout en tenant compte des contraintes d’aujourd’hui. Grâce au soutien de la Ville de Paris, nous y sommes parvenus. Le résultat est plutôt bluffant ! », déclare Gilles Chazal, directeur du musée. Un site ouvert Les collections s’installent désormais sur deux niveaux. Composé essentiellement d’œuvres des XVIII e et XIX e siècles, le circuit intègre aussi bien les peintures que les sculptures, les décors et les objets d’art. A elle seule, cette réorganisation offre 2 500 m 2 supplémentaires de
surface d’exposition, ce qui permet de présenter 1 300 œuvres contre 800 auparavant, sur les quelque 45 000 que compte la réserve du musée. Les étages accueillent la bibliothèque, le cabinet d’art graphique ainsi que les bureaux des conservateurs et de l’action culturelle, grâce à la création d’un niveau supplémentaire dans l’aile sud du bâtiment. Enfin, jouissant d’une toute nouvelle clarté, le bâtiment donne le sentiment d’une large ouverture sur l’extérieur. « Nous espérons que les gens viennent non seulement pour voir une exposition, mais tout simplement pour profiter du lieu qui est une œuvre d’art en soi, notamment du calme et de la beauté du jardin », ajoute Gilles Chazal. En effet, un café ouvert sur le jardin est accessible à tout moment de la journée. « Nous avons tout fait pour que cet endroit soit plus qu’un musée, un lieu de vie, de création et de culture où chacun se sente à l’aise ». Pari tenu. Une histoire ancienne C’est à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1900 que ce bâtiment voit le jour, construit par Charles Girault, lauréat pour le pont Alexandre III, en vue de devenir le Palais des Beaux-Arts de la Ville. Il est alors destiné à abriter les collections de peintures et de sculptures françaises rassemblées par la municipalité depuis 1870. Sur le plan architectural, il traduit l’esprit des Les ferronneries, un élément essentiel de l’esthétique du Petit Palais. Couronnant l’escalier Sud, la coupole peinte par Maurice Denis (1925). impressionnistes et leur fascination pour la lumière. Immenses verrières, hautes baies vitrées et un charmant patio sont autant d’ouvertures sur l’extérieur. Mais le désir de « Nous espérons que les gens viennent simplement pour profiter du lieu, qui est une œuvre d’art en soi. » Le jardin et les immenses verrières, vus de la Coupole. présenter toujours plus de collections a contraint la direction de l’époque à l’obstruction d’une partie de ces ouvertures. La rénovation a su redonner toute sa lumière au bâtiment. Visites spéciales Visite tactile pour non et mal-voyants, visite en lecture labiale pour sourds et malentendants, enquêtes en famille comme une chasse au trésor parmi les collections, conférences pour adultes, ateliers d’arts plastiques pour les jeunes, contes pour les petits : tout un programme spécial réouverture ! Av. Winston-Churchill (8 e). Tél. 01 53 43 40 00. Activités pédagogiques sur réservation au 01 53 43 40 36 (du mardi au vendredi de 10 h à 12 h et de 14 h à 16h, le lundi de 10 h à 16 h). www.petit-palais.paris.fr expositions Y Carte blanche à Quentin Blake Le célèbre illustrateur anglosaxon a bénéficié d’une carte blanche pour célébrer la réouverture du Petit Palais. Lautrec, Vuillard, Renoir, Denis… le créateur a ainsi retenu 58 pastels, peintures et estampes, parmi les œuvres conservées dans la réserve du musée, dont le thème est la femme au XIX e siècle. Cette exposition s’articule autour de l’accrochage de cette sélection originale à laquelle il a ajouté des dessins de sa main, dénotant son humour tout anglo-saxon. Du 10 décembre au 12 février. Y Regards croisés A l’occasion de la réouverture, le Petit Palais, propose de s’attarder sur le travail de trois photographes, Flore, Patrick Tournebœuf et Bruno Delamain, qui ont croisé leurs regards sur le chantier. Les clichés permettent de mieux appréhender l’importance des travaux, le travail des mosaïstes comme celui des restaurateurs. Du 8 décembre au 12 février. décembre 2005 - janvier 2006 culture 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :